Denis Guibard, directeur de Télécom École de Management (TEM), a annoncé les objectifs de l’école à l’horizon 2020. L’école affiche ambition et pragmatisme pour s’assurer de la réalisation de ses projets.

 

 

Une triple ambition pour 2020

L’école s’est fixée trois objectifs pour 2020. « Nous souhaitons être reconnus comme étant l’école de management de l’Institut-Mines-Télécom. Nous voulons aussi être reconnus nationalement et internationalement comme une Business School de référence. Enfin, nous désirons augmenter notre effectif étudiant et notre budget de 25 % et espérons donc doubler nos ressources propres », annonce Denis Guibard.

 

Sept objectifs stratégiques pour TEM

Pour mener à bien cette ambition, TEM va poursuivre sept objectifs stratégiques :

  • Poursuivre le développement de la production de recherche de l’école. Ce développement se fera en cohérence avec les missions et les valeurs de l’école et avec l’appui des relations de TEM avec les autres écoles du Campus d’Évry
  • Adapter le Programme Grande Ecole et sa pédagogie aux évolutions du marché. Pour Denis Guibard : « Il faut que nous anticipions les besoins des entreprises et les attentes des étudiants de demain »
  • Développer l’Executive Education, les programmes spécialisés et la formation continue
  • Déployer la politique RSE et le développement durable de l’école. « Il faut avoir conscience de notre propre impact écologique, environnemental et sociétal. Nous souhaitons faire entrer cette dimension dans l’ensemble des cursus »
  • Renforcer la dimension internationale de l’école. « TEM a déjà noué un partenariat avec la Business School de Virginia Tech et nous voulons développer 4 à 6 nouveaux partenariats forts à l’étranger »
  • Doubler les ressources propres. « Les ressources propres sont constituées des frais de scolarité encaissés, la recherche partenariale, la taxe d’apprentissage et les revenus de la formation continue et de l’executive education »
  • Renforcer le corps professoral et les équipes administratives

 

Une stratégie en trois temps

« Entre 2015 et 2017, nous souhaitons consolider nos bases. D’ici 2020, nous voulons nous donner des marges de manœuvre avec l’augmentation de nos ressources propres. Enfin, notre point central est le renforcement de la différenciation autour de l’innovation, en développant notre activité en faisant levier sur nos écosystèmes ».

 

De nouveaux projets pour monter en gamme

TEM affiche deux accréditations : l’AACSB et l’AMBA, et brigue la triple couronne. « Aujourd’hui, nous sommes convaincus qu’il nous faut absolument l’accréditation EQUIS de l’EFMD ». L’école souhaiterait également faire partie de l’Université Paris Saclay. « Le campus d’Évry se tourne vers l’Université Paris Saclay et nous souhaitons faire partie de ce mouvement. C’est une opportunité en termes de partenariats, de financements et d’image ».

 

Industrie du futur, l’axe fort

L’industrie du futur est un grand projet d’État de transformation de l’industrie par la numérisation. L’IMT (France) et TUM (Allemagne) ont créé une académie franco-allemande dans l’optique de copier le modèle germanique de l’industrie robotisée ou « 4.0 ». Denis Guibard veut également porter le projet en tant que Business School : « TEM portera cette alliance pour l’industrie futur et portera le management dans le domaine des technologies ».

 

Les 4 valeurs de TEM :

  • Audace : être innovant, oser changer les choses
  • Excellence
  • Ouverture : sociale, vers le futur et vers le monde
  • Responsabilité : sociétale, face aux défis que les diplômés vont avoir à affronter. « Nous formons nos étudiants à comprendre, mesurer et gérer les impacts de leur activité professionnelle. »