Télécom ParisTech est un acteur phare du numérique comme terrain et outil de l’innovation. Yves Poilane, son directeur, nous explique comment il entend faire de l’école, de ses étudiants, enseignants-chercheurs et diplômés, les acteurs d’un collège de l’innovation par le numérique au service de ses partenaires de Paris-Saclay et du rebond économique de la France.

Yves Poilane, directeur de Télécom ParisTech © Fabienne Delattre

Yves Poilane, directeur de Télécom ParisTech © Fabienne Delattre

Quelle est votre vision de l’apport de Télécom ParisTech dans la société ?
Notre communauté par ses activités de formation, de recherche, de valorisation, répond à deux besoins profonds de l’être humain : communiquer et apprendre. Fournir des systèmes de communication et d’accès à la connaissance est notre utilité sociale. Il s’agit d’inventer le futur et notre singularité est d’offrir un champ de connaissances intégrant toutes les disciplines du numérique.

 

Quelle est votre contribution au sein de l’université Paris-Saclay dans cette optique ?
Nous nous définissons comme le « Collège de l’innovation par le numérique » de Paris-Saclay. Notre valeur-ajoutée est de dynamiser l’innovation par le numérique en coopérant, mutualisant, transférant des compétences afin que Paris-Saclay réalise son ambition collective : répondre aux grands enjeux du futur. Télécom ParisTech s’installera en 2019 sur le Plateau avec 330 personnes dont 200 chercheurs ou enseignants-chercheurs et 1 400 étudiants dont la moitié d’ingénieurs. Déjà l’école contribue à une trentaine de Masters Paris-Saclay.

 

Numérique et innovation, un duo indissociable ?
Le numérique a la particularité d’être à la fois un terrain d’innovations et un facilitateur de l’innovation. 80 % des innovations actuelles n’auraient pas été possibles sans le numérique. C’est le cas des business models qui s’appuient sur la géolocalisation et les fonctionnalités des smartphones. C’est sur la vision de l’apport du numérique puissant levier de développement et de soutien à l’innovation que nous avons construit nos stratégies pédagogique et de recherche. Notre promesse d’établissement, définie comme former à « Innover et entreprendre dans un monde numérique » est notre réponse à l’impératif d’innovation de l’économie française.

 

L’innovation, fil rouge de l’action de l’Institut Mines -Télécom
12 écoles sont unies au sein de l’Institut au service du développement économique du pays et des territoires.  « Notre présence partout en France est un atout pour soutenir le pays pour prendre le virage de sa transformation industrielle. La formation et la recherche étant des instruments clés pour opérer ce rebond économique. » Les écoles de l’Institut allient leurs forces pour apporter des réponses aux trois grandes mutations du 21e siècle : transformation numérique, transition énergétique, transformation du fonctionnement des entreprises. « Nous partageons nos expériences et pratiques pédagogiques afin de former des ingénieurs toujours plus innovants et entreprenants. »

 

Quels acteurs de l’innovation formez-vous ?
Nous formons des acteurs innovants et entreprenants. L’établissement stimule cet esprit chez ses diplômés, chez ses enseignants-chercheurs et chez les entrepreneurs des deux incubateurs adossés à l’Ecole. J’ai pris le parti de l’« innovaction ». La France est un pays de penseurs. Pour innover elle doit aussi agir, valoriser sa construction intellectuelle. Le monde numérique fonctionne d’ailleurs ainsi : il agit très rapidement, teste ; quitte à échouer et rebondir immédiatement. Nous préparons nos élèves à « se dépêcher d’agir ».

 

Comment promouvoir cet état d’esprit ?
Pour nos étudiants, le projet emblématique est, en 2e et 3e années, le Projet Recherche Innovation Master (PRIM). Ils travaillent en équipes pluridisciplinaires avec des élèves marketeurs et designers pour produire un service réel et nouveau. Leur réflexion est nourrie par les dimensions innovation et service. Elle s’appuie sur des solutions scientifiques et technologiques. Ce projet prend de l’ampleur dans le cadre de la réforme du cycle master entrée en vigueur en septembre 2015 qui implique aussi nos compétences en sciences économiques et sociales. Cette pédagogie montera encore en puissance à Saclay notamment dans le cadre du projet de création d’un design center. Concernant nos enseignants-chercheurs, l’enjeu est de favoriser la valorisation de leurs inventions. Une invention devient une innovation lorsqu’elle est intégrée dans un produit, un service et répond ainsi à un besoin. Un nouveau chargé de mission valorisation s’attelle à identifier ces potentiels dans nos laboratoires. A ce jour, 5 inventions ont été retenues pour bénéficier de dispositifs de financement de pré-maturation de Paris-Saclay. Enfin, pour nos diplômés et ceux de Paris-Saclay, nous renforçons l’action de notre incubateur parisien en ouvrant un second site de 300 m2 cet automne. Sans oublier le plus grand nombre, sensibilisé à l’innovation par le numérique à travers nos MOOCs !

 

A. D-F