A l’occasion des 70 ans de Télécom ParisTech alumni, nous avons rencontré son président Dominique Jean (Télécom ParisTech 73 – MIT  Sloan School of Management 77). Il nous dit comment il accompagne Télécom ParisTech dans son développement stratégique au sein de l’Université Paris-Saclay.

 

YVES POILANE (à gauche), directeur de l’école a annoncé une réforme pédagogique du cursus ingénieur pour 2015 © YLarayedh

YVES POILANE (à gauche), directeur de l’école a annoncé une réforme pédagogique du cursus ingénieur pour 2015 © YLarayedh

Télécom ParisTech alumni a fêté ses 70 ans le 8 décembre 2014 au sein de son ministère de tutelle, Bercy, et en présence de la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire. « J’ai souhaité rendre un triple hommage au nom de nos diplômés et élèves, explique  Dominique Jean. Au secteur du numérique et aux entreprises grâce auxquels nous avons la chance de mener des carrières épanouissantes. Aux pouvoirs publics qui soutiennent le développement du secteur, l’innovation et  la création d’entreprises. A notre école, ses professeurs, sa recherche ; au choix stratégique ambitieux de son directeur Yves Poilane de faire de notre école le Collège de l’innovation par le numérique de l’Université Paris-Saclay. »

 

Former les architectes de la société numérique
Yves Poilane prépare aussi une réforme pédagogique pour 2015. « Elle incarne notre vision du rôle de l’ingénieur Télécom ParisTech dans l’économie numérique. Elle distingue trois profils d’ingénieurs du futur. L’inventeur du numérique qui développe la technologie sur laquelle vont s’appuyer les nouveaux usages. L’entrepreneur ou l’intrapreneur du numérique. Et le transformateur (de son entreprise) par le numérique. »

 

« C’est une chance d’être  diplômé de Télécom ParisTech ! »
Dominique Jean, qui a réalisé sa carrière dans les produits de grande consommation, a rappelé la nature invasive du numérique dans l’économie. « Il n’est plus uniquement un outil de gestion ou une compétence d’ingénieurs de haute technologie. Il est un outil commercial, marketing et stratégique pour le développement des entreprises. Nos diplômés sont demandés dans tous les secteurs. Ces généralistes du numérique ont toutes les cartes en main pour réussir alors que notre monde vit sa transformation numérique. »

 

« Incarner l’association de diplômés du XXIe siècle »
TPA est passée d’une amicale à un réseau d’alumni. « Elle conserve sa dimension conviviale et développe ses échanges professionnels au travers de 50 groupes sectoriels ou thématiques. » Le réseau est actif dans le networking  entre professionnels et futurs diplômés. Les étudiants sont membres de l’association  et co-organisent des manifestations comme le forum entreprises. Pour Dominique Jean le rôle d’un réseau d’alumni a complètement changé dans  ses relations stratégiques avec son école.  « Jusqu’ici nous collaborions pour animer  le réseau et organiser des manifestations. Désormais, TPA a un rôle moteur et efficace par ses relations et son impact auprès des alumni. Notre message est clair : sans leur soutien financier notre école ne pourra pas relever le défi de son développement à l’avenir. » Le président va plus loin encore. Pour lui,  « sans association d’alumni, une école  est amputée d’un membre. C’est pourquoi les jeunes diplômés doivent nous rejoindre. Ensemble, nous formons une vraie force ! »

 

Un nouveau site web pour l’association  sera opérationnel en mai 2015.
http://www.telecom-paristech.org/

 

« Les Télécom ParisTech sont les ingénieurs du futur » Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat au numérique.
« Télécom ParisTech a toujours été une école d’ingénieurs du futur. Elle apporte les technologies qui bouleversent l’économie et les comportements sociétaux. A l’international, je dis souvent que notre secret le mieux gardé est notre formation d’ingénieurs à  la française. De nombreux porteurs de la  mobilisation nationale French Tech sont issus de Télécom ParisTech. La prochaine étape  est qu’ils envahissent tous les secteurs et  entreprises. Qu’ils apportent de nouveaux marchés, des innovations. Ils ont une responsabilité à accompagner la révolution numérique, source de croissance et d’emplois. »

 

A. D-F