Teddy fait du Taekwondo depuis l’âge de 4 ans. Il se fait remarquer à 16 ans lors de sa 1ère compétition nationale par les maîtres de cette discipline. Ceinture noire, premier dan, l’adolescent est promis à un bel avenir sportif.

Teddy satisfait de sa finale aux championnats universitaires à Braga (Portugal)

Teddy satisfait de sa finale aux championnats universitaires à Braga (Portugal)

Pour Teddy, le Taekwondo est une histoire de famille ! Tout petit, ce jeune polynésien fréquente le club de Taekwondo de son père. Tout le monde pratique : sa mère, ceinture noire, son père, le coach, mais aussi ses frères et soeurs : champion de Polynésie et championne de France. Le sport est même présent à la maison ! « Mon père a aménagé certaines pièces pour s’entrainer, avec des sacs de sable. » Teddy était destiné à devenir un grand champion ! Très vite, il est remarqué pour ses résultats en compétition. A sa première victoire en championnat de France, le jeune homme est détecté par l’INSEP. Après avoir battu plusieurs adversaires classés parmi les meilleurs français, le Pôle Espoir lui propose de rejoindre l’équipe de France. Il a 17 ans. « J’ai remporté mon premier combat haut la main ! » Toutefois, ses parents refusent de le laisser intégrer l’INSEP. Avec du recul, il comprend leur décision et les remercie de l’avoir poussé à poursuivre ses études. Il sait qu’il est difficile de vivre du Taekwondo. « Si jamais je veux vraiment vivre l’expérience de l’équipe de France, j’ai un diplôme qui me permet de gagner ma vie à côté. » Aujourd’hui, il est fier de pouvoir concilier vie d’étudiant et de champion. En effet, même s’il s’entraine moins que les espoirs, Teddy parvient toujours à se hisser sur le podium. « Mon club étant à 1h de chez moi ; j’y vais 2 fois par semaine. C’est peu par rapport à l’équipe de France mais je gagne malgré tout des médailles ! » Même s’il continue la compétition, Teddy s’épanouit chez Cofely Services GDF SUEZ, où il y travaille actuellement en alternance. A terme, il souhaite s’établir à Tahiti, et créer son club de Taekwondo dont il sera Maître. Pour cela, le Taekwondoiste doit obtenir son 4e dan : « un jour, je reviendrai chez moi. C’est une île incroyable ! »

UN RITUEL D’AVANT MATCH :
J’écoute « ia Here au ia oe. » (« Je t’aime » en français). Cela me fait penser à mes proches qui sont loin de moi.

TON PÊCHÉ MIGNON :
Le fondant au chocolat : « J’adore ! Mais je dois surveiller mon poids : je concours en -58kg ! Avant chaque compétition, je me mets à la diète ! »

TON MODÈLE :
Mon père ! J’admire ce qu’il fait et ce qu’il m’a apporté dans le sport.

UNE ANECDOTE DE COMPÉTITION :
« Pleure tant que tu veux dans les gradins, mais sur le tatami, tu es un guerrier ! » C’est ce qu’a dit mon père alors que je m’étais blessé au premier match en championnat de France. Après ça, j’ai senti une grande force en moi. J’ai battu mon adversaire à plate couture et remporté la compétition ! »

UN DESSIN ANIMÉ :
Kungfu Panda, sans hésiter ! Je trouve l’histoire vraiment incroyable. J’adore la fin, quand on lui demande son secret et qu’il voit son reflet.

UN ANIMAL :
A Tahiti, la tortue représente le Dieu de la mer, elle est très respectée. J’aime leur façon de se déplacer : elles sont majestueuses et évitent tous les dangers. Comme elles, je suis zen !

TES VALEURS :
J’aime offrir aux personnes que je rencontre un peu de bonheur : savoir accueillir, transmettre la joie de vivre, c’est essentiel pour moi !

TON MOT DE LA FIN :
Je souhaite remercier EDT GDF SUEZ, Marama Shop, Aloha ainsi que toutes les personnes qui me soutiennent et me permettent de me dépasser chaque jour. Je souhaiterai encourager les jeunes à poursuivre leurs rêves et à croire en leur potentiel.

 

Olympe Muller