Avec l’arrivée d’Internet, des smartphones, des objets connectés, la publicité s’est transformée. Les métiers doivent s’adapter tout comme les formations. Philippe Cattelat, directeur de Sup de Pub, décrypte ces mutations.

 

Le numérique impacte tous les secteurs et celui de la publicité n’est pas épargné. Les évolutions se font sentir dès l’élaboration des campagnes de publicité. « Lorsqu’une campagne est réalisée, les annonceurs attribuent autant d’argent voire plus, sur les médias numériques que sur les médias classiques. »

Quelle publicité demain ?

L’intelligence artificielle, le smartphone et la VOD sont les nouveaux terrains de jeu de la publicité. « L’intelligence artificielle recueillera des données en permanence et la publicité sera de plus en plus automatisée. Les marques proposeront alors un produit à un moment et à un prix qui correspond parfaitement à nos attentes. C’est de l’analyse prédictive. Aujourd’hui, les annonceurs commencent à se placer sur les terrains de la VOD et des smartphones, pour toucher les jeunes. » L’individualisation de la publicité est en marche.

Une publicité plus ciblée ?

Internet, les réseaux sociaux et le big data permettent de récolter de plus en plus d’informations sur les consommateurs. Nous dirigeons-nous vers une publicité plus ciblée ? « Aujourd’hui, les réseaux sociaux ou les sites de vente e-commerce permettent de définir des profils. Grâce à cette analyse précise, les marques parviennent à faire des propositions de plus en plus ciblées, quasiment individuelles. » Autant d’évolutions qui transforment évidemment les pratiques des publicitaires.

 

Trois questions à Stéphane Beder, consultant spécialisé en publicité chez Selescope, cabinet de recrutement

 Comment intégrer une grande agence ?

La compréhension des éléments basiques d’un marché, d’une marque, d’un positionnement, telle que dispensée dans les écoles, est intéressante. Mais, l’accent est mis sur la capacité des employés à apprendre rapidement. Au-delà de la formation, c’est surtout la personnalité qui compte pour ces métiers où les outils et les techniques évoluent constamment.

« Les qualités pour intégrer une grande agence sont : la curiosité, l’esprit d’analyse, les capacités de communication »

 Quels enjeux doivent avoir en tête les publicitaires en herbe ?

Aujourd’hui, on observe une sophistication du consommateur. Il comprend et accepte même la publicité pour bénéficier de certains services. Pour se démarquer, il faut donc une capacité à emmener les gens, à les surprendre, à les toucher, quels que soient les outils utilisés. Il faut une cohérence entre l’histoire racontée et le service ou produit proposé. En revanche, il ne faut pas forcément faire le buzz pour faire parler de soi.

Les technologies comptent-elles de plus en plus dans ces métiers ?

Les métiers évoluent dans deux dimensions :

  • La partie mesure chiffrée qui est de plus en plus précise avec les nouveaux outils
  • La partie créative qui permet de se différencier au travers d’un contenu ou d’une idée

Les technologies d’immersion ouvrent de nouvelles perspectives aux publicitaires comme de placer le consommateur au cœur d’expériences de marque uniques.
Les objets connectés sont aussi très utiles pour la pub : par exemple, le réfrigérateur connecté pourra passer lui-même des commandes ; les montres connectées sont des outils potentiels de feedback immédiat et continu pour les annonceurs qui peuvent mesurer l’effet d’un stimulus sur les consommateurs. A ce jour, la tendance mobile est la plus prometteuse pour les annonceurs. Elle permet d’être en dialogue permanent avec le consommateur.