Michael Laviolette est professeur d’entrepreneuriat et de stratégie à TBS depuis janvier 2017. Il évoque une intégration aisée dans un univers aussi stimulant que confortable, et une correspondance avec les valeurs d’audace, d’ouverture, d’éthique et d’enthousiasme.

 

Docteur en sciences de gestion, comment êtes-vous arrivé à l’entrepreneuriat ?

De nationalité mauricienne, je suis venu faire mon doctorat en sciences de gestion à Lyon. J’ai mené une première carrière à Novancia, y fondant un fort intérêt pour l’entrepreneuriat. J’y ai mené l’essaimage de la politique en faveur des jeunes entrepreneurs. Cela a été passionnant.

Quelle histoire entre vous et TBS ?

Après ce parcours enrichissant, j’ai souhaité rejoindre un établissement plus « installé », plus important en taille. J’ai rejoint TBS en janvier 2017, séduit par un établissement ancré dans sa capitale régionale, avec des ambitions internationales et une pédagogie qui me correspondent. J’ai eu un très bon contact avec mes pairs lors du recrutement. J’ai mis mon expérience de la pédagogie entrepreneuriale au service de TBS, et de son incubateur TBSeeds.

« L’ambition sincère de développement personnel de nos étudiants séduit un certain type de profil »

Quelle ambiance découvrez-vous à TBS ?

Je suis très heureux d’évoluer au sein d’une ambiance quasi familiale où l’intégration se fait très aisément. J’apprécie la diversité de mes collègues et étudiants. Il se passe des choses à TBS ! Je sens un environnement protégé, où il fait bon apprendre. Un univers à la fois apaisé et stimulant, confortable. Lorsque j’ai participé aux oraux, nous cherchions à déceler chez les candidats les qualités d’audace, d’ouverture, d’éthique et d’enthousiasme. J’ai le sentiment que la visée d’intégration en recrutant des personnes en cohérence avec ces valeurs est authentique. L’ambition sincère de développement personnel de nos étudiants séduit d’ailleurs un certain type de profil.

Etudiants de TBS droits Christian Rivière

© Christian Rivière

Vous considérez la relation avec les étudiants au cœur de votre métier ?

C’est le lien le plus important. Je considère faire partie d’une communauté d’apprentissage. Je me dois de développer en permanence mes connaissances pour transmettre l’état de l’art. C’est d’ailleurs ma première source de motivation. Je place mes étudiants en capacité d’apprentissage autant que moi-même. La qualification des professeurs est par ailleurs maintenue via leurs travaux de recherche. Je travaille en collaborations au-delà de TBS, avec HEC Montréal, ESCP Europe.

« Je place mes étudiants en capacité d’apprentissage autant que moi-même »

Riche vie associative et double diplôme sont compatibles à TBS !

Quel est votre style pédagogique ?

Je mène des recherches sur la pédagogie entrepreneuriale, sur l’intention d’entreprendre. C’est ainsi que j’en suis venu à m’investir dans l’accompagnement d’étudiants créateurs. J’enseigne en outre en Bachelor et au sein du SEMIS (Séminaire d’initiation entrepreneuriale) du PGE. Mon style pédagogique est de placer l’étudiant en posture active pour simuler son entreprise. Nous travaillons aussi sur des problématiques réelles confiées par des commanditaires. Mon objectif est toujours d’impliquer et responsabiliser les étudiants au maximum. Je limite à 40 minutes la partie du cours en mode descendant. Puis je passe à la pratique, aux exercices, aux interactions, à la restitution.

« Le métier d’enseignant c’est beaucoup une affaire de don de soi »

Vous pratiquez également la pédagogie de classe inversée ?

J’imagine un exercice pratique et je les laisse l’initier. Ils réalisent l’exercice collectivement, vont chercher les connaissances et informations, nous échangeons et le cours se profile à partir de ces éléments. Ils contribuent activement à la construction du cours. Je peux appliquer cette pédagogie en plénière comme en petit groupe. Je pense qu’il faut être passionné par son objet de recherche pour transmettre au mieux aux étudiants. Car le métier d’enseignant c’est beaucoup une affaire de don de soi.

« TBS a soin de mettre en valeur les hommes et les femmes qui la composent »

Quels sont vos lieux préférés à TBS ?

Bien sûr l’incubateur où je rencontre mes étudiants, je peux aussi y tenir des réunions. La cafeteria est comme dans beaucoup d’établissement le centre névralgique de l’école, un lieu ouvert, convivial où se détendre, croiser des collègues et étudiants. Mais la « cantine » des profs est le restaurant de l’hôtel Novotel à proximité de TBS. J’aime beaucoup aussi la place de l’Europe devant l’école. C’est un espace minéral, vaste, et plus loin derrière il y a un beau jardin japonais.

Un insolite ?

J’ai été très agréablement surpris de découvrir une galerie de beaux portraits des professeurs dans les lieux de passage de l’école. C’est une manière d’humaniser la communauté. TBS a soin de mettre en valeur les hommes et les femmes qui la composent.

TBS maître de son destin grâce au statut d’EESC