Isabelle Bouquet (EM Normandie 95, IAE Aix-Marseille 96) est Directeur des engagements et des prestations chez Banque Populaire Méditerranée. Elle est aussi la première femme à avoir intégré le comité de direction de son entreprise il y a quelques années. Aujourd’hui, elle se réjouit : les femmes accèdent plus facilement au top management. Et c’est tant mieux !

 

Le pitch de votre poste ?

Etre Directeur des engagements et des prestations signifie animer les filières Crédits et Back-offices de la Banque et homogénéiser les process clients entre les différentes agences. A ce titre, je manage près de 300 collaborateurs.

Quid de la représentativité des femmes dans le secteur de la banque ?

Le monde du travail se féminise excessivement vite. Dans le secteur de la banque, c’est probant : sur les 2 200 collaborateurs de Banque Populaire Méditerranée, 1 600 sont managés par des femmes du Board ; soit plus de la moitié. Nous sommes 6 femmes sur 10 au Board.

D’après vous, à quoi est due cette prise de conscience ?

Les hommes ont enfin compris que les femmes ne doivent plus être reléguées au second plan. Ils ont tout autant leur rôle à jouer dans l’égalité des sexes que de faire bouger les choses plus rapidement. La preuve en est chez Banque Populaire Méditerranée : tous les salariés sont mis à pied d’égalité. Il n’y a pas de disparités dans les salaires perçus pour le même poste par exemple. C’est devenu normal heureusement.

Avez-vous déjà été confrontée au plafond de verre ?

Oui, c’était avant mon poste chez Banque Populaire Méditerranée. Ayant un enfant en bas âge, on m’a dit qu’il était trop tôt pour m’intégrer au comité de direction. J’étais très surprise que ce critère prenne le pas sur mes compétences. Mais pas autant surprise que la fois où mon ancien responsable m’a annoncé, lors de mon premier job, qu’il avait dû se battre pour négocier mon salaire au même niveau que les autres collaborateurs hommes. C’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il pouvait y avoir des différences entre hommes et femmes à compétences égales. Quelle prise de conscience !

Votre conseil pour le briser et atteindre les sommets ?

Avoir des mentors. Hommes ou femmes. Pour ma part, j’ai été épaulée par deux hommes qui m’ont aidé à faire décoller ma carrière en m’ouvrant les portes de différents postes. Ils ont été une source de soutien et de motivation incroyable et ils m’ont appris à me battre pour faire entendre ma voix.

Concilier vie professionnelle et vie familiale, c’est possible ?

Bien sûr ! C’est une question de choix. Je ne veux sacrifier ni l’un ni l’autre. Certes, il faut parfois faire quelques compromis mais il suffit d’accepter de ne pas être parfaite et jongler avec son emploi du temps comme on peut. Ayant été élevée seule par une mère au foyer, j’ai très vite été indépendante et j’avais envie de construire une carrière à responsabilités.

I have a dream !

Je rêve qu’il y ait 50 % de femmes à la tête des entreprises du CAC 40.

#BalanceTonCliché

Il y a deux clichés liés à la féminité contre lesquels je me bats au quotidien. Tout d’abord, celui qui associe la femme à une mère au foyer, qui doit faire un beau mariage et réussir tous ses gâteaux maison. Mais le cliché sur le physique m’insupporte encore plus. Ce n’est pas parce que je ne mesure pas 1m80 et que je ne pèse pas 80 kg que je ne peux pas m’imposer et me faire respecter ! Les femmes aussi peuvent en imposer avec leur force mentale.

Contact : isabelle.bouquet@bpmed.fr

 

Chiffres clés au 31/12/2017

  • 2 200 collaborateurs
  • 520 000 clients dont : 5 000 entreprises / 63 000 professionnels / 450 000 particuliers / dont 30 000 clients patrimoniaux
  • 160 000 sociétaires
  • 230 agences
  • 365 M€ de PNB (CA)