Du 13 au 24 février s’est déroulée la 4e édition du Students Challenge, un raid étudiant à la fois éco-responsable, sportif et humanitaire, le tout dans un cadre idyllique : le désert marocain. Deux étudiantes de l’ESC Clermont-Ferrand, qui représentaient le Journal des Grandes Ecoles, nous racontent leur aventure.

Plantation d'un palmier-dattier avec un villageois (crédit photo: Maienga 2011)

Plantation d'un palmier-dattier avec un villageois (crédit photo: Maienga 2011)

Celle-ci a commencé bien avant le départ officiel de Toulouse

En effet, il leur a fallu monter un projet, trouver les financements nécessaires, se faire connaître pour sensibiliser le plus de personnes possible et acquérir une voiture capable de résister aux pistes tumultueuses du désert marocain. Une fois ces conditions réunies, voilà les deux aventurières en route pour le Maroc à bord de leur Renault 4L. Le rendez-vous avec tous les équipages est fixé le dimanche 13 février à 6h30 précises à l’ESC Toulouse pour les vérifications administratives, médicales et techniques.
Tous les participants se sont ensuite retrouvés sur la place du Capitole autour d’une paëlla géante et d’un concert. C’est l’occasion pour tous les aventuriers de se rencontrer et d’expliquer aux promeneurs du dimanche l’aventure qu’ils sont sur le point de vivre : « Nous traverserons l’Espagne pendant 2 jours en passant par l’ouest : San Sebastian, Valladolid, Burgos, Séville, pour enfin arriver à Tarifa (à l’extrême sud de l’Espagne) lundi soir et prendre un « fast-ferry » le lendemain matin afin de rallier Tanger » explique Juliette à une passante s’interrogeant sur ce rassemblement aussi surprenant qu’inhabituel.

Quelques jours et quelques galères mécaniques plus tard, voilà enfin le Maroc, qui apparaît comme une terre promise.

Les aventurières se mettent aux couleurs du pays et deviennent ainsi « des gazelles ». C’est maintenant parti pour 5 étapes à travers tout le pays. Le maître mot de ces épreuves : la régularité. Il faut suivre un road book qui indique les chemins à suivre, les distances à parcourir et le temps nécessaire pour cela. Si un équipage ne pointe pas au « check point » dans le temps imparti, il se voit attribuer autant de points de pénalité que de minutes d’avance ou de retard. C’est ainsi que se fait le classement général. Cela dit, personne n’a hésité à s’arrêter pour aider un équipage en détresse. C’est dans ces moments là que le mot solidarité a pris tout son sens. « Nous préférons largement nous arrêter un moment pour aider un équipage à se désensabler » affirme Julia. Les aventurières ont notamment plaisir à se remémorer une étape « catastrophe » durant laquelle pas moins de 10 équipages étaient ensablés au même endroit, ce qui demanda à tous les participants impliqués, près de 2 heures et une belle solidarité pour sortir tout le monde.

Une étape majeure et incontournable du Students Challenge est la Green Day

C’est lors de cette journée que les aspects « écoresponsable et humanitaire » du raid prennent tout leur sens. En effet, les équipages sont attendus au village de Tafroukhte pour y planter des palmiersdattiers. Le financement de ces arbres s’est fait en amont du raid. Chaque équipage devait vendre le plus d’éco-points possible, un éco-point valant 6€ et représentant un palmier-dattier planté et son irrigation assurée. En tout, ce sont 2 025 éco-points qui ont été vendus par les participants, soit un total de 800 palmiers-dattiers financés. Près de 200 palmiers-dattiers ont été plantés par les équipages lors de cette seule journée. Le reste sera réparti dans plusieurs villages et planté ultérieurement.
Cette journée a aussi été l’occasion pour les participants de partager des moments privilégiés avec les habitants. Les garçons ont pris part à un tournoi de foot, tandis que les filles ont pu se faire faire des tatouages au henné et ainsi profiter de moments de complicité avec les femmes du village. Les équipages avaient également amené des dons : fournitures scolaires et sportives, jouets… destinés principalement aux enfants et à l’école. Le soir, tout le monde s’est retrouvé autour d’un couscous, d’un grand feu et d’un concert de musique et de danses traditionnelles, des moments magiques et inoubliables pour tous les participants.
Au final, que ce soit par le caractère sportif ou humain de ce raid, les équipages ne sont pas prêts d’oublier cette incroyable aventure : « traverser le désert dans ces conditions est une chance unique. Ca vaut vraiment le coup de se démener pour organiser une aventure comme celle-ci qui, nous en sommes sûres, restera gravée dans nos mémoires ».

VIVE LE STUDENTS CHALLENGE !!

 

Julia Richard et Juliette Minster
(Equipage Le Journal des Grandes Ecoles – Students Challenge 2011), étudiantes en 1ère année à l’ESC Clermont-Ferrand)