Acteur leader de la verrerie pour parfums et cosmétiques de luxe depuis 200 ans, Stoelzle Masnières Parfumerie propose aux jeunes diplômés d’évoluer dans un univers challengeant. Son CEO, Étienne Gruyez (SKEMA Business School 2001), dévoile les coulisses de son entreprise.

 

Étienne Gruyez rejoint la filiale spécialisée dans la parfumerie et le cosmétique de luxe en 2015. Entre innovation et tradition, le CEO de Stoelzle Masnières Parfumerie apprécie ce secteur aux nombreux défis. « C’est un univers passionnant, car il faut toujours aller plus loin et innover pour satisfaire l’attente de grandes marques exigeantes. À chaque commande, nous sommes obligés de repousser nos limites ! »

Pour satisfaire l’exigence des grands noms du luxe, l’entreprise qui vient de fêter son bicentenaire mise tout d’abord sur le savoir-faire verrier et l’expertise de ses collaborateurs. Leur passion du verre se transmet de génération en génération. L’usine investit également dans les technologies. « Contrairement aux idées reçues, l’industrie n’est pas vieillissante ! Tous nos process sont digitalisés, nous disposons d’outils dernier cri comme des imprimantes 3D. ».

Imaginer le parfum de demain

Rejoindre Stoelzle Masnières Parfumerie, c’est travailler en collaboration étroite avec les plus grandes marques de luxe. L’entreprise peut se targuer d’avoir récemment produit les flacons des parfums Mademoiselle Rochas®, Pure XS® de Paco Raban et Man® de Bvlgari. Ils ont également dessiné et conçu le flacon de Dirk® de Bikkenberg. « Dans cet univers, tous les sens sont sollicités ! La vue et le toucher sont les premières sensations ressenties avec un produit. Notre défi est de susciter l’émotion et attirer le client sur ces deux dimensions. »

Dans un futur proche, Stoelzle Masnières Parfumerie souhaite construire un nouveau four et travailler sur l’accroissement de la taille de son usine. Pour accompagner son développement, l’entreprise cible avant tout des profils ingénieurs. Mais les postes à pourvoir sont nombreux : commercial, ingénieur en production ou en maintenance, marketing, contrôle de gestion… « Notre plus gros challenge est de recruter. L’objectif est d’apporter un vent de fraîcheur. Nous avons besoin d’être bousculés ! La qualité la plus importante, c’est le savoir-être. Nous recherchons des diplômés à l’écoute du client, capables de travailler en équipe et de s’adapter. »

Incontournable l’expérience à l’international aujourd’hui ?

« Oui ! Pour repousser ses limites, cultiver son ouverture d’esprit et développer sa capacité d’adaptation. Autre avantage en se frottant à la culture anglo-saxonne : elle laisse plus de place aux jeunes pour prendre des initiatives. C’est une superbe aventure ! »

 Adaptabilité et pluridisciplinarité, qualités phares des diplômés de SKEMA Business School ?

« Bien sûr ! La diversité des programmes et les nombreux partenariats de l’école à l’étranger contribuent à inculquer ces qualités aux étudiants. De plus, les formations de SKEMA Business School sont construites de manière à permettre à chacun de s’ouvrir en choisissant parmi de nombreuses options. »

2030, l’Odyssée de SKEMA avec Alice Guilhon, sa directrice

Nos leaders cassent les codes !

« J’essaie d’adopter un management à l’anglo-saxonne. Lorsque j’en ai besoin, je vais toujours voir directement les opérateurs de terrain. Il faut être capable d’aller au premier échelon de l’entreprise, car on y trouve les meilleures idées. J’invite également tout mon personnel tous les deux mois pour présenter les chiffres de l’entreprise en toute transparence. Cela permet de responsabiliser chaque salarié. »

 

Chiffres clés : Groupe Stoelzle : 2 450 collaborateurs en Europe / Stoelzle Masnières Parfumerie : 330 collaborateurs / L’entreprise appartient au groupe familial, CAG, qui représente 8 000 salariés et un CA de 1,5 Mds€ en 2017

 

Contact : etienne.gruyez@stoelzle.com