S’il est possible de dégager des tendances principales parmi les qualités inhérentes à un dirigeant d’exception toutes les compétences sont-elles sollicitées de la même manière selon que l’on dirige une startup, une PME, une grande entreprise ou même un groupe international ? Pas nécessairement car la relation à l’autre change selon la taille de l’entreprise. Or, comme le précise François Asselin, président de la Confédération Générale des PME (CGPME), « il n‘y a pas de dirigeant d’exception car on ne peut réussir sans être bien entouré. Je ne crois pas en l’Homme providentiel. Ceux qui un jour deviennent exceptionnels sont ceux qui ont la science de s’entourer des compétences qu’ils n’ont pas. »  – Par Violaine Cherrier

 

3 QUESTIONS À FRANÇOIS ASSELIN, PRÉSIDENT DE LA CGPME

Qu’est-ce qu’un dirigeant d’exception selon vous ? Diriger une entreprise au quotidien est un exercice de grande humilité. Il faut sans cesse l’exercer avec autant de pugnacité et de talent dans un monde très complexe, voire agressif. Il faut aller chercher les victoires et se remettre en question en permanence car elles ne sont jamais définitives. Même des marques mondialement établies peuvent subir des crises, en témoignent les récentes affaires qui ont ébranlé Volkswagen ou Samsung. Cela permet néanmoins de remettre l’exception à sa juste mesure.

La France étant un pays de PME, quelles sont les forces d’un patron de PME ? Je ne connais pas d’entreprise qui tourne sans chef. Mais l’autorité incarnée s’appuie toujours sur la compétence. Voilà la première qualité d’un dirigeant de PME. La deuxième repose sur son exemplarité car il sera observé en permanence. Enfin, il se doit d’afficher une réelle cohérence entre ses discours et ses actes, mais surtout dans ses erreurs. Montrer que l’on s’est trompé libère les énergies. Entreprendre, c’est avant tout poser des actes audacieux.

Les qualités d’un dirigeant de PME diffèrent donc de celles d’un autre dirigeant ? Oui car au sein d’une PME, il n’y a aucun filtre. Le dirigeant a une relation directe et rapide avec ses équipes. Le dialogue social y est souvent plus serein. C’est une relation profondément humaine. Le manager de demain est celui qui comprend le terrain. Or je vois arriver une jeunesse en mode projet et non en mode rejet. Les jeunes sont aujourd’hui très attachés au sens : c’est un vrai challenge pour les chefs d’entreprise et c’est une bonne chose.

LES 6 DIMENSIONS MANAGÉRIALES D’UN DIRIGEANT DE STARTUP

Bpifrance le Hub a récemment interrogé une soixantaine de dirigeants de startups françaises pour mettre en évidence les principales tendances en matière de management et de leadership des fondateurs du Top 100 digital : INTUITION – AGILITÉ – AMBITION – CAPACITÉ PÉDAGOGIQUE – LE JEU COLLECTIF – LA COMMUNICATION

QUELLE EST LA FORMULE GAGNANTE POUR DEVENIR UN DIRIGEANT D’EXCEPTION ?

Un bon équilibre entre les qualités de leadership – intuition, agilité, ambition – et de management – pédagogie, jeu collectif, communication. Au final, le chemin emprunté importe plus que l’ambition elle-même car il permet de mettre en oeuvre l’intelligence collective.

 

QUEL MANAGER ÊTES-VOUS ?
David Bernard, psychologue du travail et dirigeant d’AssessFirst, leader du recrutement prédictif, a élaboré un test pour déterminer votre niveau de leadership autour de 5 facteurs clés : la vision, la communication, le sens de la direction, la motivation, la gestion des projets. 5 traits de personnalité qui définissent de manière directe la capacité des individus à occuper avec succès des postes à dominante managériale.
Faites le test : http://test.psychologies.com/tests-travail/ tests-emploi/pouvez-vous-etre-un-bonmanager