Une occasion de bien apprendre sur le terrain pour augmenter ses chances de trouver un emploi une fois diplômé : c’est ce que chacun est en droit d’attendre d’un stage réussi. Comment s’y prendre pour dénicher le bon plan qui apportera la meilleure valeur ajoutée à son profil ? Conseils en 4 étapes.

1- Soyez réalistes… et clairs sur vos attentes
Inutile de partir en bille en tête vers une multiplicité de possibles : soyez au clair avec les compétences que vous pensez avoir déjà acquises et faites le point sur les nouvelles compétences qu’il vous sera utile de développer. Avant de rechercher un stage ou un V.I.E, la première question à vous poser est donc de savoir ce que vous attendez de cette expérience. Doit-elle vous permettre d’approcher une nouvelle problématique ? De mettre en pratique ce que vous savez déjà acquis dans un autre secteur d’activité ? D’asseoir votre légitimité future dans un domaine précis ? Faites le point en ayant à l’esprit qu’un parcours étudiant doit, aux yeux d’un recruteur, avoir été bâti dans la réflexion et la cohérence. Etre au clair vous permettra de travailler une lettre de motivation qui saura convaincre une entreprise de vous ouvrir ses portes.

 

 

2- Faites jouer tous les réseaux
Une fois vos attentes bien ciblées, il vous sera plus facile de frapper aux bonnes portes. Si les candidatures spontanées,déposées sur les sites recrutement des entreprises, peuvent se révéler payantes, rien ne vaut  l’efficacité d’un réseau habilement mobilisé. N’hésitez pas à solliciter votre entourage familial, à vous rendre sur les salons professionnels, à participer aussi aux forums de recrutement organisés sur votre campus. Interrogez également des camarades des promotions suivantes, ,vos enseignants et rapprochezvous du bureau des stages de l’école et de votre BDE qui peut vous mettre en contact avec d’anciens diplômés, qui sont en poste dans des entreprises qui vous intéressent peut-être. Auprès d’eux, vous allez pouvoir trouver des conseils mais aussi des coups de pouce pour faire aboutir votre candidature. Multiplier la palette de ses interlocuteurs donne un choix plus grand et la possibilité aussi de vous orientez vers des opportunités auxquelles vous n’auriez pas pensé.

 

 

3- Identifiez les meilleurs potentiels à l’international
Une expérience hors de l’Hexagone est un « plus » qui ne peut qu’enrichir votre employabilité. Mettez par exemple à profit l’année de césure que vous allez effectuer dans une université étrangère pour approcher sur place les entreprises qui pourraient vous accueillir en stage. Vous pouvez aussi opter pour un stage en – renseignez-vous –, un stage réussi est en effet un avantage indéniable pour poursuivre une collaboration dans ce cadre du V.I.E. une fois diplômé. Là encore soyez cohérent : même si une pratique impeccable de l’anglais permet de partir n’importe où sur la planète, orienter ses recherches vers des bassins économiques dont vous maîtrisez la langue est une stratégie payante. Si l’espagnol est votre 2e langue vivante, identifiez les entreprises française ayant une forte exposition sur le continent sud-américain, sur le Bassin méditerranéen si vous parlez l’Arabe littéraire ou sur le continent asiatique si vous avez des bases de Mandarin ou de japonais.

 

 

4- PME- Grands groupes : quel est le bon plan maximal ?
Un stage, c’est d’abord un Sésame : qu’il s’agisse d’une PME ou d’un grand groupe global, c’est tout autant la notoriété de l’entreprise choisie que ce que vous y avez fait qui vont renforcer votre crédibilité auprès des recruteurs. Dans une PME, une large autonomie et une approche pluridisciplinaire peuvent vous permettre d’avoir accès à un plus grand spectre de missions. Ces dernières offrent aussi davantage d’opportunités de décrocher un premier poste car laisser filer une bonne recrue est une faute pour un employeur qui n’attire pas naturellement vers lui en nombre les bonnes compétences. Si la force des grands groupes est de proposer un accompagnement RH optimum des stagiaires ainsi qu’une méthodologie de travail plus solide à travers des process élaborés, les perspectives de recrutement à l’issue du stage ne sont toutefois garanties que pour une fourchette de 10 à 15 % de stagiaires. Prenez tous ces éléments en considération pour bien choisir votre entreprise d’accueil. Car un bon plan de stage, au-delà de ce que vous y aurez appris, c’est d’abord celui qui vous ouvrira les portes du monde du travail !

 

CG