Afin d’en savoir plus sur ce que l’année 2012 réserve aux sportifs de la capitale, le Journal des Grandes Ecoles a rencontré Jean Vuillermoz, adjoint au maire chargé du sport.

 

Jean Vuillermoz

Jean Vuillermoz

En quoi consiste votre rôle d’adjoint au maire chargé du sport ?
Pour ce qui concerne le sport de proximité, je suis chargé de rehausser le niveau du sport féminin dans la ville, et celui des personnes handicapées, de privilégier le sport des enfants de quartiers, de prendre en compte le sport des seniors, et de développer la pratique du sport urbain. Par ailleurs, il y a également trois autres volets : sport de haut niveau, événementiel et équipements.

 

Quelles sont les principales actions que vous avez mises en place depuis votre arrivée en 2008 ?
Tout d’abord, nous avons créé des événements comme Femmes en Sport, nous avons donné naissance à la carte Senior + qui garantit la gratuité du sport aux plus de 55 ans, nous avons inauguré un centre handicap/ sport, etc. J’ai également obtenu 600 millions d’investissement pour cette mandature qui ont permis de construire deux piscines, dix-huit gymnases, de créer des espaces pour les sports de glisse, de moderniser Jean Bouin, POPB, Roland Garros…

 

Quelles sont les grandes orientations prévues pour la ville de Paris dans les mois à venir ?
La plus importante sera le plan piscine. La plupart des piscines sont vieilles, se fissurent, et leur matériel tombe en panne. Il faudrait donc les rénover les unes après les autres. C’est ce que nous proposerons pour la prochaine mandature. Il y aura aussi l’ouverture des berges de Seine qui offrira aux Parisiens un nouvel espace pour faire du sport. Nous pensons également à créer un espace sportif dans les Halles.

 

Comment le milieu du sport a-t-il évolué au cours des dernières années ?
Le milieu du sport français a été figé pendant de nombreuses années et a évolué très rapidement. Il y a de plus en plus de gens qui veulent faire du sport seul, sans passer par un club. Avant, le sport était surtout pratiqué pour la compétition. Maintenant, il l’est pour la santé, les loisirs, le bien-être.

 

Quelles sont les particularités du sport étudiant parisien ?
A Paris il n’y a que 8 % des étudiants qui font du sport dans les équipements universitaires, parce que les universités n’ont pas de terrain. Le seul équipement universitaire qui existe c’est la Cité Internationale et c’est très cher. Les étudiants préfèrent donc faire du sport sur les créneaux de la ville mais il est difficile de répondre à toutes les demandes.

 

Pourquoi la mairie de Paris s’est-elle associée au Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » ?
C’est évidemment un événement très important pour Paris et pour Charléty parce qu’il s’agit d’athlétisme. Il n’y a pas beaucoup de manifestations de ce type donc qu’elle ait lieu à Paris est une bonne chose. De plus, le CDMGE colle à nos valeurs : le sport féminin est présent, le volet handicap également.

 

Jean-Baptiste Cailhau, adjoint au directeur de la mission évènementielle pour la Mairie de Paris et le Stade Charléty
Quelles sont les spécificités du stade Charléty ?
C’est déjà le seul équipement parisien qui accueille à la fois une équipe professionnelle de football et de rugby, sans oublier le volleyball. Nous avons donc trois clubs professionnels qui cohabitent en même temps, auxquels s’ajoutent un public scolaire, universitaire, et de nombreux événements. Par ailleurs, Charléty est le seul équipement parisien avec 8 couloirs qui peut donc légitimement accueillir des manifestations d’athlétisme.
Que pensez-vous du Challenge du « Monde des Grandes Écoles et Universités » ?
C’est une très belle manifestation, l’une des plus belles de celles que l’on accueille.

 

Le stade Charléty

Le stade Charléty

Maguy Nestoret, conseillère technique Sport et Outre-Mer pour la Mairie de Paris
Comment résumeriez-vous votre parcours sportif ?
Pendant plus de dix ans j’ai pratiqué l’athlétisme à haut niveau. J’ai eu mon 1er titre de Championne de France en 1985 et ma dernière sélection en équipe de France date de 1995 avec au passage la participation aux Championnats du Monde 1991/1993/1995, aux Jeux Olympiques de 1992 et aux Championnats d’Europe de 1990 et 1994.
Et votre parcours professionnel ?
Après un bac économie, j’ai commencé un de ug STAPS avant de me rediriger vers un BTS Action commerciale puis une maîtrise Marketing et Vente. Après plusieurs expériences professionnelles, j’ai été responsable sport marketing chez adidas France, puis directrice technique nationale adjointe à la Fédération Française d’Athlétisme et c’est en 2005 que j’ai rejoint la Mairie de Paris. Au total, j’ai pu participer à quatre JO : en 1992 en tant qu’athlète, en 2000 à Sydney chez adidas, en 2004 à la FFA et en 2008 à Pékin avec la mairie de Paris !

 

Claire Bouleau
Twitter @ClaireBouleau