Longtemps le système éducatif a considéré sa mission comme circonscrite à un transfert de connaissances des enseignants vers les apprenants, principalement en termes de savoir et savoir-faire. Bien entendu, dans les faits, le savoir-être jouait un rôle essentiel, bien que non théorisé, dans le déroulement des carrières et la vie sociale en général. Par Julien Siri, Responsable développement chez Ionis-STM

(c)  Ionis-STM

 

 Savoir, savoir-faire et savoir-être

Ce n’est qu’au début du 21è siècle que l’importance du savoir-être, aussi appelé soft skills, a été officiellement reconnue comme primordiale au sein de la sphère éducative et professionnelle. Des économistes renommés et en particulier le Prix Nobel James Heckman ont ainsi prouvé que les soft skills étaient directement liées au taux d’employabilité. Dans le domaine de la psychologie, Angela Duckworth et Martin Seligman prouvaient eux à quel point ces soft skills permettaient de prédire avec plus de certitude que les mesures conventionnelles comme le QI le succès à venir des étudiants. Aujourd’hui les recruteurs dans le monde entier reconnaissent que le développement du savoir-être chez les étudiants et les professionnels est vital à la prospérité, en particulier dans un monde globalisé. Le PISA a d’ailleurs introduit en 2015 dans ses tests la résolution collaborative de problèmes au même titre que l’anglais, les mathématiques et la science. L’OCDE, l’Organisation de Co-opération et de Développement Economique, mène, elle, une vaste étude pour évaluer la progression de ces soft skills dans l’éducation. Un mouvement quasi universel est donc en cours pour intégrer le développement du savoir-être dans le système éducatif à partir de 2017.

Mais qu’entendons-nous exactement par savoir-être ou soft skills ?

  1. Les soft skills peuvent ainsi être classées en plusieurs catégories d’aptitude :
  2. La capacité à utiliser la technologie pour accéder à l’information, créer des produits et services et résoudre des problèmes
  3. L’esprit critique et créatif ou la capacité à penser et se confronter à des problématiques
  4. Les qualités personnelles et sociales, l’empathie, l’appréciation de la diversité et la capacité à travailler au sein d’un groupe
  5. L’éthique, la compréhension des valeurs et concepts qui soutiennent la pensée
  6. Les relations interculturelles, la capacité à s’intéresser à sa propre culture et à apprendre de celles des autres et de leurs croyances

ENGIE mise sur les soft skills de ses jeunes ingénieurs

Mettre en place un écosystème et des méthodes pour développer les soft skills

L’équipe de Ionis School of Technology and Management, école délivrant des MBA en double compétence technologique et managériale, s’est donc logiquement penchée sur ce sujet pour auditer ses méthodes d’enseignement au regard de cette tendance générale. Le développement du savoir-être était au cœur de notre philosophie depuis toujours. Mais qu’en était-il réellement ? Il en est ressorti que nos étudiants et diplômés sont justement reconnus pour leurs soft skills : leur capacité à être opérationnels en entreprise, à s’adapter rapidement, à être créatifs, à travailler en équipe et à diriger.
Pourquoi ? Car Ionis-STM est d’abord un écosystème unique. Plus de 20 nationalités parmi nos étudiants, une diversité de cultures et d’origines sociales, autant d’hommes que de femmes, le brassage de milléniaux, de génération Y et de professionnels plus âgés. Un lieu de rencontre entre étudiants et professionnels pour une diffusion progressive de l’esprit d’entreprise et d’entrepreneuriat : conférences, ateliers…

Et la conjonction de 2 principes essentiels

La reconnaissance de l’intérêt de la pluridisciplinarité, matérialisée par l’accent mis sur la double compétence managériale et technologiques – en particulier sur le domaine numérique – qui donne cette faculté à pouvoir communiquer avec la diversité des profils qui composent une entreprise.

La transmission des connaissances et compétences par le biais de la pédagogie par projets – 20 projets par an pilotés par des professionnels en activité – et donc la maîtrise progressive par nos étudiants des méthodologies de gestion d’équipe et de projet dans un environnement riche et divers, à l’image du monde professionnel qui attend nos étudiants.