La qualité de vie est un facteur déterminant et encore largement inexploré de la performance individuelle et collective des organisations. C’est pour cela que Sodexo en a fait son métier et sa raison d’être. Explications de Michel Landel (EBS 75) Directeur Général de Sodexo.

 

A l’origine spécialiste de la restauration collective, Sodexo est devenu un groupe international leader, intégrateur de services de qualité de vie pour les hommes et les femmes qu’il sert au quotidien. « Lorsque nous proposons des services, la performance et la confiance réciproque qui va de pair reposent en grande partie sur la qualité des process et l’engagement de nos équipes. En fait, ce sont nos clients qui nous ont naturellement incités à prendre en charge des activités éloignées de leur cœur de métier et à diversifier notre offre de services », constate Michel Landel. Dans les établissements de santé par exemple, Sodexo offre des solutions intégrées de services de restauration, mais aussi de bio-nettoyage, d’accueil et transport des patients, de maintenance des bâtiments ou des matériels techniques, etc.

 

Des marchés à très fort potentiel

Tous ces services à forte valeur ajoutée contribuent au bien-être et à la motivation du personnel, à la satisfaction des consommateurs et, finalement, au succès de ses clients, dont Sodexo est le partenaire stratégique. « Pour attirer des talents qui ont envie de s’investir, il faut donner du sens à leur action. C’est pour cela que notre mission, qui consiste à améliorer la qualité de vie des hommes et des femmes que l’on sert, est engageante tout comme le fait de participer au développement économique, social et environnemental des communautés dans lesquelles nous opérons. Nous avons tracé un cap avec une stratégie claire. Nous la mettons en oeuvre avec rigueur en saisissant l’opportunité d’être sur des marchés à très fort potentiel partout dans le monde ! »

 

Premier employeur privé français dans le monde

Présent dans 80 pays, Sodexo sert chaque jour 75 millions de consommateurs avec une offre globale de services sur site, de services avantages et récompenses et de services aux particuliers et à domicile. Premier employeur privé français dans le monde, le Groupe s’est très rapidement internationalisé, et beaucoup développé dans les pays asiatiques et d’Amérique du Sud depuis une quinzaine d’années. Au milieu des années 80, la société familiale, alors dirigée par son fondateur charismatique Pierre Bellon, offrait déjà de belles perspectives de carrières internationales. L’entreprise était connue pour donner une marge d’autonomie à ses équipes et à ses cadres en France et dans le monde. « C’est ainsi que j’ai rejoint Sodexo, il y a 33 ans. J’ai passé quelques mois au Moyen Orient pour connaître l’entreprise et apprendre le métier, avant de devenir Responsable de l’Afrique de l’Est, puis de l’ensemble des activités du Groupe sur le continent africain. Cela a été une expérience passionnante, notament pour fournir à de grands clients du secteur pétrolier et du BTP des services de restauration, d’hébergement et de logistique sur des bases vie ou des plateformes offshore. »

 

Une success story américaine

Michel Landel est ensuite parti aux Etats-Unis, en janvier 1989. Il y est resté 16 ans ! Il est unanimement reconnu pour avoir été l’animateur de la montée en puissance du groupe en Amérique du Nord, où l’entreprise réalise aujourd’hui près de 43 % de son chiffre d’affaires . « Là encore, ce fut une chance inouie, avec à la clef la réalisation d’un rêve d’enfant, et au-delà, une expérience unique et extraordinairement enrichissante. C’est un pays attachant qui permet d’entreprendre facilement, qui laisse sa chance à tout le monde et où l’on ne vous juge pas sur votre passé ou vos diplômes. » En 2005 Michel Landel devient Directeur Général de Sodexo. Passionné de sport, il joue plus que jamais collectif. Sous son leadership, le chiffre d’affaires de Sodexo a augmenté de plus de 70 %, le résultat opérationnel a plus que doublé et le résultat net a plus que triplé en 12 ans.   » L’Américain  » du groupe rappelle que le rôle du leader, c’est d’être au milieu de la mêlée, d’aider les gens et de faire confiance. « Personne n’a le pouvoir, à part les équipes sur le terrain qui font et le consommateur qui achète. Pour être un bon leader, il faut bien se connaître, accepter de se remettre en cause avec humilité, accepter de se tromper, reconnaître le droit à l’erreur et apprendre de ses mêmes erreurs. »

 

L’esprit d’équipe, de service et de progrès

Sodexo fait reposer son développement sur ses trois valeurs originelles que sont l’esprit d’équipe, l’esprit de service et l’esprit de progrès. « Derrière ces mots simples, il y a des convictions qui guident nos comportement et nos actions à tous les niveaux. Mais aussi il faut être capable de faire travailler ensemble des femmes et des hommes de culture et d’origine différentes, d’essayer de « leverager » cette intelligence collective pour engager les équipes autour d’un projet ou d’une vision. Pour cela, il faut beaucoup d’écoute, d’humilité, de l’empathie, et beaucoup de rigueur aussi. » Michel Landel a annoncé en mai dernier son intention de prendre sa retraite en janvier 2018. Depuis le 1er septembre, il assure une transition progressive auprès de Denis Machuel qui lui succèdera le 23 janvier prochain. Après cette date, il continuera à siéger au conseil d’administration de Sodexo jusqu’au terme de son mandat en janvier 2020. Si on lui demande de quoi il est le plus fier dans sa vie professionnelle, l’homme de l’internationalisation n’oublie pas de rappeler que les valeurs et les missions de Sodexo correspondent vraiment à ce qu’il souhaitait faire. « Cela m’a permis, à tous les instants de ma carrière et pendant 33 ans, de ne jamais compromettre qui je suis en tant que personne. Nous avons contribué à construire ensemble un beau groupe, dont nous sommes fiers, en essayant de nous adapter et de nous  réinventer en permanence. Et pour cela, les générations X, Y et Z ont elles aussi un rôle important à jouer dans les succès à venir !

 

La QVT, un sujet concret et mesurable !

Sur la base d’études et de recherches pour approfondir sa connaissance et sa compréhension  de la Qualité de Vie et grâce à ses 50 années d’expérience auprès de ses consommateurs et de ses collaborateurs, Sodexo a identifié six dimensions de la Qualité de Vie dans lesquelles ses services ont un impact réel. Il s’agit de :

  • L’environnement physique qui comprend tout ce qui contribue au confort et à la sécurité des individus. (L’organisation des bureaux, la température ambiante, la qualité de l’air, la sécurité des espaces de vie, etc.)
  • Les interactions sociales qui contribuent à renforcer les liens entre les individus comme par exemple la communication entre les personnes âgées à domicile et leurs famille, comme l’animation d’activités communes pour renforcer la cohésion des équipes en entreprise.
  • La facilité et l’efficacité pour ce qui contribue à conduire son activité plus facilement, avec le minimum d’interruption. Qu’il s’agisse de souplesse dans les horaires ou dans les déplacements en entreprise, de réduction du temps d’attente à l’hôpital, d’organisation des transports sur les campus universitaires.
  • La santé et la nutrition avec des menus équilibrés, des conseils personnalisés nutritionnels et sur l’activité physique, l’accès à des salles de sport/fitness sur le lieu de travail, à l’hôpital ou sur les campus.
  • La reconnaissance, avec par exemple des gratifications non financières, des avantages ou récompenses en entreprise qui permettent aux individus de se sentir valorisés.
  • Le développement personnel qui permet aux individus d’apprendre et de progresser.

 

Contacts RH : http://fr.sodexo.com/home/recrutement/vous-etes-jeunes-diplomes.html

 

 

4 façons de faire aimer votre boite à vos collaborateurs

Prêt pour la « Saint Valentin des entreprises » ? Demain jeudi 18 octobre J’aime ma boite et sa présidente Sophie de Menthon vous invitent à déclarer votre flamme à votre entreprise ! L’occasion de partager quelques bonnes pratiques pour rendre vos...

Apprenez à reconnaître le travail de vos collaborateurs !

Découvrez le pouvoir de la reconnaissance au travail et faites bouger les lignes de votre organisation. Car loin d’être un effet de mode, récompenser l’engagement de vos collaborateurs est un véritable vecteur de performance. Jean-Pierre Brun, professeur...

Les universités se mobilisent pour faire réussir leurs étudiants

Innovation, relations avec les entreprises, « Plan Étudiants »… Comment les universités accompagnent-elles les étudiants vers la réussite ?

Universitaires mode d’emploi

Université ou grande école : même combat ? Comment les universitaires construisent-ils leurs trajectoires pro et comment font-ils la différence ?

#Innovation à tous les étages… de l’université

L’université bouge. Dans tous les domaines, elle change, se réinvente, innove. Les programmes, la pédagogie, la recherche… tout y passe

Marketing et science comportementale : Une nouvelle étude souligne que l’incertitude d’une récompense pousse les consommateurs à faire des achats répétitifs

Les responsables marketing cherchent ce qui pousse les consommateurs à l’achat – non pas une seule fois, mais bien plusieurs – et une nouvelle étude du professeur en sciences comportementales et marketing Christopher K. Hsee de l’Université Chicago Booth, révèle des résultats plutôt surprenants.

La France peut-elle réellement devenir un hub mondial de référence pour l’enseignement supérieur ?

Comment faire de l’enseignement supérieur un levier de rayonnement et de croissance pour le pays ? L’IÉSEG a proposé ses réponses lors d’une table ronde du Wine & Business Club Paris

Innover pour mieux régner ? Zoom sur la réalité virtuelle et augmentée

Entre fantasmes de la science-fiction et progrès authentiques, quels seront, demain, les véritables usages de la réalité virtuelle et augmentée ?

Les 5 secrets d’un wonder RP

A l’occasion de la sortie de « Passages Obligés » de Syntec RP, Stéphane Billiet nous livre ses conseils pour être un super RP.

1 étudiant français sur 2 pense que son futur métier n’existe pas encore

49 % des étudiants français pensent se former à des métiers qui n’existent pas encore, selon une nouvelle étude Kaspersky Lab menée ce mois d’août sur la vision de leur carrière à la sortie de l’université.