La qualité de vie est un facteur déterminant et encore largement inexploré de la performance individuelle et collective des organisations. C’est pour cela que Sodexo en a fait son métier et sa raison d’être. Explications de Michel Landel (EBS 75) Directeur Général de Sodexo.

 

A l’origine spécialiste de la restauration collective, Sodexo est devenu un groupe international leader, intégrateur de services de qualité de vie pour les hommes et les femmes qu’il sert au quotidien. « Lorsque nous proposons des services, la performance et la confiance réciproque qui va de pair reposent en grande partie sur la qualité des process et l’engagement de nos équipes. En fait, ce sont nos clients qui nous ont naturellement incités à prendre en charge des activités éloignées de leur cœur de métier et à diversifier notre offre de services », constate Michel Landel. Dans les établissements de santé par exemple, Sodexo offre des solutions intégrées de services de restauration, mais aussi de bio-nettoyage, d’accueil et transport des patients, de maintenance des bâtiments ou des matériels techniques, etc.

 

Des marchés à très fort potentiel

Tous ces services à forte valeur ajoutée contribuent au bien-être et à la motivation du personnel, à la satisfaction des consommateurs et, finalement, au succès de ses clients, dont Sodexo est le partenaire stratégique. « Pour attirer des talents qui ont envie de s’investir, il faut donner du sens à leur action. C’est pour cela que notre mission, qui consiste à améliorer la qualité de vie des hommes et des femmes que l’on sert, est engageante tout comme le fait de participer au développement économique, social et environnemental des communautés dans lesquelles nous opérons. Nous avons tracé un cap avec une stratégie claire. Nous la mettons en oeuvre avec rigueur en saisissant l’opportunité d’être sur des marchés à très fort potentiel partout dans le monde ! »

 

Premier employeur privé français dans le monde

Présent dans 80 pays, Sodexo sert chaque jour 75 millions de consommateurs avec une offre globale de services sur site, de services avantages et récompenses et de services aux particuliers et à domicile. Premier employeur privé français dans le monde, le Groupe s’est très rapidement internationalisé, et beaucoup développé dans les pays asiatiques et d’Amérique du Sud depuis une quinzaine d’années. Au milieu des années 80, la société familiale, alors dirigée par son fondateur charismatique Pierre Bellon, offrait déjà de belles perspectives de carrières internationales. L’entreprise était connue pour donner une marge d’autonomie à ses équipes et à ses cadres en France et dans le monde. « C’est ainsi que j’ai rejoint Sodexo, il y a 33 ans. J’ai passé quelques mois au Moyen Orient pour connaître l’entreprise et apprendre le métier, avant de devenir Responsable de l’Afrique de l’Est, puis de l’ensemble des activités du Groupe sur le continent africain. Cela a été une expérience passionnante, notament pour fournir à de grands clients du secteur pétrolier et du BTP des services de restauration, d’hébergement et de logistique sur des bases vie ou des plateformes offshore. »

 

Une success story américaine

Michel Landel est ensuite parti aux Etats-Unis, en janvier 1989. Il y est resté 16 ans ! Il est unanimement reconnu pour avoir été l’animateur de la montée en puissance du groupe en Amérique du Nord, où l’entreprise réalise aujourd’hui près de 43 % de son chiffre d’affaires . « Là encore, ce fut une chance inouie, avec à la clef la réalisation d’un rêve d’enfant, et au-delà, une expérience unique et extraordinairement enrichissante. C’est un pays attachant qui permet d’entreprendre facilement, qui laisse sa chance à tout le monde et où l’on ne vous juge pas sur votre passé ou vos diplômes. » En 2005 Michel Landel devient Directeur Général de Sodexo. Passionné de sport, il joue plus que jamais collectif. Sous son leadership, le chiffre d’affaires de Sodexo a augmenté de plus de 70 %, le résultat opérationnel a plus que doublé et le résultat net a plus que triplé en 12 ans.   » L’Américain  » du groupe rappelle que le rôle du leader, c’est d’être au milieu de la mêlée, d’aider les gens et de faire confiance. « Personne n’a le pouvoir, à part les équipes sur le terrain qui font et le consommateur qui achète. Pour être un bon leader, il faut bien se connaître, accepter de se remettre en cause avec humilité, accepter de se tromper, reconnaître le droit à l’erreur et apprendre de ses mêmes erreurs. »

 

L’esprit d’équipe, de service et de progrès

Sodexo fait reposer son développement sur ses trois valeurs originelles que sont l’esprit d’équipe, l’esprit de service et l’esprit de progrès. « Derrière ces mots simples, il y a des convictions qui guident nos comportement et nos actions à tous les niveaux. Mais aussi il faut être capable de faire travailler ensemble des femmes et des hommes de culture et d’origine différentes, d’essayer de « leverager » cette intelligence collective pour engager les équipes autour d’un projet ou d’une vision. Pour cela, il faut beaucoup d’écoute, d’humilité, de l’empathie, et beaucoup de rigueur aussi. » Michel Landel a annoncé en mai dernier son intention de prendre sa retraite en janvier 2018. Depuis le 1er septembre, il assure une transition progressive auprès de Denis Machuel qui lui succèdera le 23 janvier prochain. Après cette date, il continuera à siéger au conseil d’administration de Sodexo jusqu’au terme de son mandat en janvier 2020. Si on lui demande de quoi il est le plus fier dans sa vie professionnelle, l’homme de l’internationalisation n’oublie pas de rappeler que les valeurs et les missions de Sodexo correspondent vraiment à ce qu’il souhaitait faire. « Cela m’a permis, à tous les instants de ma carrière et pendant 33 ans, de ne jamais compromettre qui je suis en tant que personne. Nous avons contribué à construire ensemble un beau groupe, dont nous sommes fiers, en essayant de nous adapter et de nous  réinventer en permanence. Et pour cela, les générations X, Y et Z ont elles aussi un rôle important à jouer dans les succès à venir !

 

La QVT, un sujet concret et mesurable !

Sur la base d’études et de recherches pour approfondir sa connaissance et sa compréhension  de la Qualité de Vie et grâce à ses 50 années d’expérience auprès de ses consommateurs et de ses collaborateurs, Sodexo a identifié six dimensions de la Qualité de Vie dans lesquelles ses services ont un impact réel. Il s’agit de :

  • L’environnement physique qui comprend tout ce qui contribue au confort et à la sécurité des individus. (L’organisation des bureaux, la température ambiante, la qualité de l’air, la sécurité des espaces de vie, etc.)
  • Les interactions sociales qui contribuent à renforcer les liens entre les individus comme par exemple la communication entre les personnes âgées à domicile et leurs famille, comme l’animation d’activités communes pour renforcer la cohésion des équipes en entreprise.
  • La facilité et l’efficacité pour ce qui contribue à conduire son activité plus facilement, avec le minimum d’interruption. Qu’il s’agisse de souplesse dans les horaires ou dans les déplacements en entreprise, de réduction du temps d’attente à l’hôpital, d’organisation des transports sur les campus universitaires.
  • La santé et la nutrition avec des menus équilibrés, des conseils personnalisés nutritionnels et sur l’activité physique, l’accès à des salles de sport/fitness sur le lieu de travail, à l’hôpital ou sur les campus.
  • La reconnaissance, avec par exemple des gratifications non financières, des avantages ou récompenses en entreprise qui permettent aux individus de se sentir valorisés.
  • Le développement personnel qui permet aux individus d’apprendre et de progresser.

 

Contacts RH : http://fr.sodexo.com/home/recrutement/vous-etes-jeunes-diplomes.html

 

 

#MyTeam – Zoom sur l’entourage du PDG

Les plus proches collaborateurs du CEO constituent les premiers leviers de la diffusion et de l’acceptation de sa vision et de sa stratégie managériale. Mais au-delà de cette garde rapprochée, le CEO peut aussi compter sur les oreilles de ses...

Les tips du leadership

Les best practices pour dompter la complexité du monde et la traduire en performance durable pour l’entreprise ? Les conseils d’Olivier de Pembrock, Président du CJD

Les secrets des entrepreneurs qui réussissent

Le point commun entre Guillaume Gibault, Oprah Winfrey, Steve Jobs et Hans Riegel ? Ce sont tous des entrepreneurs qui ont réussi. Envie de connaître leurs secrets ? Séverine Le Loarne-Lemaire, Professeur à Grenoble École de Management, les...

Devenez une luck machine !

Attracteur et passeur de chance, transformateur d’inattendu, le grand chanceux est un aimant à opportunités. Décryptage avec Philippe Gabilliet

Peut-on détecter un potentiel à réussir ?

Observatrice privilégiée des attentes des entreprises, Isabelle Bastide, présidente de Page Group France, partage son analyse

Domalys, pour une entreprise vertueuse

Les fondateurs de Domalys, entreprise qui facilite le quotidien des personnes dépendantes, promeuvent une entreprise vertueuse, explications

Les 5 secrets du manager juste et donc performant

Faut-il manager juste pour faire réussir ses collaborateurs et son entreprise ? Sans aucun doute pour Thierry Nadisic, professeur à emlyon

SKEMA décrypte les nouvelles valeurs du secteur du luxe

Parce que le secteur du Luxe doit répondre à la quête des clients pour de nouvelles expériences, les marques doivent à la fois se réinventer et réinventer la relation-client dans son ensemble. Elles doivent aussi recruter les talents qui seront capables de conduire ces changements. SKEMA Business School, acteur de référence de la formation dans le Luxe avec plusieurs programmes masters dont le Global Luxury & Management, a organisé une table-ronde le 7 février 2019 au Meurice pour faire le point des défis du secteur et apporter de nouvelles réponses en faisant témoigner plusieurs acteurs

Les compétences pour réussir au 21è siècle

Face à l’invasion de l’IA, il faudra compter sur les compétences 100 % humaines. Le point avec Jérémy Lamri, cofondateur du Lab RH

Faut-il innover pour réussir ?

La continuité est morte vive la disruption. Pourquoi ? Comment ? Les réponses de Dominique Vian, professeur à SKEMA