Avec un tiers du chiffre d’affaires réalisé à l’international, une activité sur tous les métiers de la mobilité, leader mondial du mass transit et du métro automatique… SNCF est loin de son cliché de vieille dame. C’est un Groupe  jeune, dynamique et innovant, qui ne cesse de se transformer. La preuve : la transformation en société anonyme en 2020. Une formidable opportunité pour David Sitruk (Université Paris 2 Panthéon-Assas 96) directeur financier préfigurateur du nouveau Groupe, attaché au travail collectif et à la dimension humaine au sein des équipes.

 

Pourquoi le groupe SNCF est-il une référence mondiale dans tous ses métiers ?

Depuis 80 ans, nous ne cessons de nous transformer et d’innover pour nous adapter à nos clients voyageurs et chargeurs. Pionnier de la grande vitesse dans le transport de voyageurs, SNCF est aussi reconnu mondialement grâce à Transilien & Keolis pour la gestion des flux urbains (mass transit). Détenteur d’un des réseaux ferroviaires le plus dense d’Europe et avec plus de 2 000 km de grande vitesse, le Groupe est aussi parmi les tous premiers transporteurs de marchandises au monde, présent dans 120 pays grâce à Geodis. Nous sommes donc très bien positionnés sur chacun de nos métiers. 

SNCF devient une SA au 1er janvier 2020. Une page se tourne ?

Clairement ! Nous sommes un des derniers EPIC (Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial) à devenir une Société Anonyme, après Orange, EDF, GDF, La Poste, Air France… Grâce à ces précédents, nous avons identifié les points sensibles à anticiper. Nous savons exactement comment nous organiser. Au 1er janvier 2020, il y aura donc une holding SNCF, assortie de 11 Business Units (BU) au périmètre métier bien défini. Les marques existantes seront conservées, car elles ont chacune leur valeur propre : InOui, Ouigo, Eurostar, Keolis, Geodis, Transilien… Cette holding rassemblera l’ensemble des fonctions transverses du Groupe (RH, Finance, Stratégie, Immobilier, Communication…) et apportera une plus-value et un soutien logistique aux BU, tout en leur laissant autonomie et capacité de décision.

Quel impact sur votre rôle de manager ?

Je dois trouver la bonne posture pour conférer un esprit de Groupe à des entités qui pourraient avoir envie d’être trop indépendantes, sans toutefois limiter leur autonomie opérationnelle. La finance doit être le bras armé décisionnaire en soutien des activités dans leurs choix opérationnels, mais pas une contrainte. Cette transformation est une formidable opportunité pour les équipes et pour ceux qui vont nous rejoindre. Notre image de vieille dame poussiéreuse n’est pas légitime : nous sommes un Groupe jeune, dynamique et innovant, avec un très haut niveau d’expertise.

Un jeune collaborateur arrive dans votre équipe : que lui dites-vous ?

Que mon parcours prouve que SNCF donne la possibilité de saisir les opportunités. Quand je suis arrivé en 2012, je gérais un périmètre limité et aujourd’hui je suis en charge de préparer la direction finance du Groupe de demain. Je conseille donc aux jeunes d’être en veille pour évoluer vers ce qui les intéresse. L’âge n’est pas un critère et les responsabilités viennent très vite ! Les nouvelles idées et le sang neuf sont toujours un plus dans un Groupe, et nous recrutons plus de 10 000 collaborateurs par an ! SNCF est un vrai tremplin pour un jeune et la direction finance en particulier. L’exigence, le travail d’équipe et la dimension humaine sont les valeurs auxquelles j’attache une grande importance. Rien ne peut se faire de bien dans la durée sans le respect de l’autre. Ainsi, nous les accueillons et les formons, pour ensuite les laisser évoluer s’ils le souhaitent vers l’un des nombreux métiers qu’offre le Groupe, en France et à l’international. « Donner la liberté à chacun de se déplacer facilement en préservant la planète » est notre raison d’être. C’est important pour les jeunes générations de trouver un métier au sein d’une entreprise qui donne du sens.

Les qualités qui vous séduisent chez un jeune dip’ : Rigueur, créativité et humilité.

« La qualité première d’un universitaire est son adaptabilité. Les grandes écoles constituaient à mes débuts la voie royale pour la finance, pourtant le passage en université a été un moteur dans ma carrière »

Les chiffres : 33,3 milliards € de CA (dont 1/3 à l’international)

10 milliards € d’investissements par an

+de 270 000 collaborateurs dont 50 000 hors de France

Contact david.sitruk@sncf.fr

Recrutement : sylviane.soubrier@sncf.fr

Communication Financière : axel.baviere@sncf.fr

Finance / marketing : la guerre des sexes a toujours lieu

Pousser vers plus de parité dans les grandes écoles de management est essentiel pour tendre vers plus de mixité en entreprise.

Les secrets des championnes de la mixité

Caroline de la Marnierre, DG de l’Institut du Capitalisme Responsable vous donne les clés pour que votre entreprise fasse rimer succès, mixité et performance business.

Kellogg’s : l’égalité femmes – hommes, c’est du concret !

Focus sur la politique diversité de Kellogg’s France avec Aude Pichaud, Directrice Nationales des Ventes et Rachida Saraka, DRH.

JJA : C’est la maison du bonheur !

Suivez les conseils de Catherine Abiteboul, (TBS 93), Secrétaire Générale de JJA, pour performer chez le leader B to B de l’équipement et de la décoration de la maison.

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?