Les grands métiers exercés par les gadzarts

 

Le Centre d’Ingénierie du Matériel de la SNC F, installé au Mans, emploie 270 ingénieurs et techniciens dont les compétences couvrent l’ensemble des équipements du train. Son directeur, Pierre Lavergnat (Arts et Métiers ParisTech Bx 80), s’inscrit à propos dans les défis actuels et à venir de son entreprise.

Pierre Lavergnat (Arts et Métiers ParisTech Bx 80), directeur du Centre d’Ingénierie du Matériel de la SNCF, situé au Mans (72).

Pierre Lavergnat (Arts et Métiers ParisTech Bx 80), directeur du Centre d’Ingénierie du Matériel de la SNCF, situé au Mans (72).

Quels sont les domaines d’intervention du CIM ?
Le Centre d’Ingénierie du Matériel de la SNCF intervient sur tous les types de matériels roulants ferroviaires (TGV, automotrices TER, voitures voyageurs, wagons, locomotives, tramtrains, engins de travaux). Le CIM assiste la maîtrise d’ouvrage pour l’acquisition et la rénovation de matériels roulants. Cela consiste à aider le client à définir son besoin, à rédiger les cahiers des charges, dépouiller techniquement les offres, à accompagner le développement technique, à participer aux essais et aux mises au point. Nos autres champs d’intervention couvrent l’assistance à l’admission des matériels roulants, sur le réseau ferré national ou sur les réseaux européens, l’expertise technique de l’ensemble des systèmes et équipements d’un train, la recherche et le développement, et la participation aux instances de normalisations et de réglementation.

 

Comment décririez-vous votre fonction ?
Après un long parcours dans l’entreprise en tant que manager de différentes entités en production et en direction centrale, je dirige depuis trois ans le CIM. Mon rôle consiste à piloter l’entité sur les plans stratégique, opérationnel, économique et ressources humaines en s’inscrivant dans la politique du Groupe SNCF. Le CIM accompagne la SNCF dans son développement en France, en Europe, et dans le monde, à travers ses différentes filiales pour lesquelles, comme KEOLIS par exemple, nous effectuons des prestations d’ingénierie. Le CIM intervient également dans les instances internationales de normalisation, où nous défendons les intérêts du groupe SNCF, face à d’autres sociétés, désireuses d’imposer leurs standards. Enfin le CIM prépare les trains de demain en développant de nouveaux concepts et produits en partenariat avec les constructeurs et équipementiers dans un souci constant d’optimisation des performances et des coûts, d’économie d’énergie et de développement durable.

 

Quels conseils donneriez-vous à de jeunes Gadzarts ?
Il me paraît essentiel de bien développer ses compétences techniques, et de ne pas se centrer sur une expertise unique. Notre formation est généraliste, et il est important de conserver cette possibilité d’aborder différentes techniques, d’avoir une compréhension globale des systèmes. Il faut par ailleurs développer des compétences managériales, nécessaires pour piloter deséquipes en ingénierie ou en production. La maîtrise de plusieurs langues, dont l’Anglais, est absolument indispensable, en raison de l’internationalisation des marchés. La mobilité géographique, a minima au plan européen, me paraît tout aussi importante. Elle développe la capacité d’adaptation, ouvre l’espritsur différentes méthodes et cultures. C’est un levier indéniable pour progresserà l’intérieur d’un groupe industriel.

 

A.B.

 

Contact :
pierre.lavergnat@sncf.fr