Paris, ville lumière, capitale de la mode, épicentre de l’art et de la culture, de l’économie … Autant de qualificatifs qui ne manquent pas de souligner l’influence de la ville. Pas étonnant que les business schools françaises soient de plus en plus nombreuses à s’y installer. A chacune ses raisons, mais toutes voient en cette localisation une occasion en or de développer son attractivité. Qui sont ces « Parisiennes d’adoption » ?

 

Ouvrir un campus à Paris n’est pas nouveau. Mais cette tendance s’est accentuée ces dernières années. L’IÉSEG School of Management et l’EDHEC Business School, toutes deux lilloises d’origine, ont ouvert la marche au début des années 2000. Et bien d’autres ont suivi le mouvement depuis. Indispensables ces antennes parisiennes ? En tout cas, elles sont sources de fructueuses opportunités s’accordent à dire les business schools.

Une porte sur le monde

Indéniablement, Paris est le point névralgique pour sillonner le monde. Pour des écoles comme SKEMA Business School ou emlyon business school, qui misent sur une stratégie de globalisation, c’est l’emplacement idéal. Comme toutes capitales, la métropole baigne dans la culture internationale. Un hub d’attractivité incontournable en France pour les étudiants du monde entier. Pour Toulouse Business School, c’était une raison suffisante pour s’y enraciner en 2012. « S’implanter sur Paris nous a permis d’accueillir plus d’étudiants étrangers car c’est la meilleure vitrine pour nos accréditions internationales. Accréditions que nous avons obtenues en 3ème après HEC Paris et ESSEC Business School quand même ! », s’enthousiasme François Bonvalet, directeur général. Rayonner pour mieux régner.

Plus de proximité avec les entreprises

Et si la capitale attire autant, c’est parce que c’est une technopole économique majeure au niveau européen et mondial. De puissantes entreprises ce n’est pas ce qui manque ici ! Pour les business schools, avoir un campus parisien c’est aussi l’occasion de se rapprocher de ces grandes firmes. Une stratégie mise en œuvre par ICN Business School. Début 2018, l’école est venue se nicher directement au cœur de La Défense, le quartier d’affaires par excellence. « Etre au cœur de cet écosystème parisien renforce nos partenariat avec les entreprises et facilite le recrutement de nos jeunes diplômés dans ces pépinières », soulignait Florence Legros, directrice générale de l’établissement nancéien, lors de l’annonce de cette nouvelle implantation. L’employabilité reste un enjeu incontournable.

Un nouveau public

Paris c’est aussi ses habitants. Nombreux, diversifiés et avides de savoirs sont les étudiants franciliens, un public à conquérir. Raison pour laquelle NEOMA Business School est arrivée dans la capitale, la même qui la pousse à déménager en 2021 pour un nouveau campus plus grand, à deux pas de la Place d’Italie. « Cette ouverture à Paris servira de relais de croissance des programmes à Reims et à Rouen tout en répondant aux attentes de certains lycéens franciliens d’engager leurs études supérieures près de leur domicile », détaille Delphine Manceau, directrice générale. Plus d’étudiants, plus d’alumni.

Le réseau des anciens

La Grande Ville abrite de nombreux alumni des écoles hexagonales. Offrir un lieu de rencontre à cet important réseau d’anciens entre les murs d’un immeuble haussmannien s’est également imposé. KEDGE Business School mise sur cet aspect avec son Business Club, au cœur du 9ème arrondissement depuis 2015. Cet espace permet de faire le pont entre les étudiants d’hier et d’aujourd’hui. En resserrant les liens avec sa communauté, KEDGE en fait ses meilleurs ambassadeurs. « Grâce à nos diplômés fidèles, notre potentiel de développement s’accroît, remercie José Milano, directeur général. D’ailleurs, pour continuer sur cette belle lancée, nous avons décidé de déménager notre campus parisien pour plus grand. Ce qui veut dire plus d’étudiants et plus de programmes. » Un bon retour sur investissement semble-t-il. Les Parisiennes d’adoption, plus que ravies !

Les parisiennes sont-elles toujours les plus belles ?