Visiter Rio de Janeiro est un voyage inoubliable, plein de surprises et de découvertes. C’est aussi un voyage cher, au moins 2 000 € pour une semaine, le coût de la vie augmentant régulièrement ces dernières années.

Vue depuis le Corcovado sur la Lagoa Rodrigo de Freitas

Vue depuis le Corcovado sur la Lagoa Rodrigo de Freitas

De réserver ton billet d’avion tôt
Le prix des billets d’avion varie du simple au double, de 600 à 1 200 €. Plus que la compagnie, c’est le délai de réservation qui va vous permettre de bénéficier des meilleurs tarifs. L’idéal étant de réserver au moins 6 mois à l’avance.
Des bus desservent les quartiers touristiques depuis l’aéroport. Pour le retour, il suffit de vous poster le long des plages de Copacabana ou d’Ipanema, les bus y prennent les touristes. Il faut compter 8 à 10 R$. Vous pouvez aussi prendre un taxi, plus onéreux, 50 à 60 R$.
Début 2012, 1€ valait 2,34 R$. Vous pourrez passer au bureau de change de l’aéroport, mais le plus simple est de tirer de l’argent aux distributeurs en ville. En veillant toutefois à deux points. Ne pas retirer de petites sommes fréquemment car votre banque prélève une taxe. Comme vous serez amenés à fréquemment régler en liquide, vous pouvez lui demander de remonter votre plafond de retrait. Préférer les distributeurs à l’intérieur des banques plutôt que ceux sur rue. Les pharmacies ont aussi des distributeurs dans leurs boutiques. Rangez vos billets dans plusieurs poches, et si vous en avez la possibilité, laissez du liquide au coffre de votre hôtel et contentez-vous de 50 à 100 R$ sur vous.

 

De bien choisir ton lieu de résidence
Les quartiers les plus touristiques sont les mieux desservis, surveillés et proches des plages. Ils sont aussi très animés. Plusieurs formules sont possibles : hôtel ou pousada, auberge de jeunesse voire location si vous restez plus d’une semaine et partez à plusieurs. Il faut compter de 50 à 450 R$ la nuit hors saison dans les quartiers de la Zona Sul. Une autre formule se développe : la chambre d’hôte. C’est plus cher qu’un hôtel de catégorie moyenne, mais l’intérêt de résider chez des Brésiliens est qu’ils pourront vous conseiller sur vos sorties, trajets tout en vous faisant découvrir leur culture. Les prix sont assez élevés, il ne faut hésiter à négocier, surtout si vous partez en basse saison, c’est à dire en juillet ou août, donc en hiver au Brésil. Plus on s’approche des plages de Copacabana ou d’Ipanema, plus les prix montent. Vous pouvez aussi vous installer dans des quartiers populaires mais proches des sites culturels : Catete et Gloria. Ou encore, de tester le quartier qui monte : Santa Teresa, bohème et très animé.

 

De monter là-haut
De nombreux quartiers sont accrochés aux collines qui surplombent la baie. Les prodigieuses vues sur la mer, la ville, la Lagoa Rodrigo de Freitas ou le parc national de Tijuca font partie du charme particulier de Rio.
Trois visites en hauteur sont incontournables :
La vue sur le Pain de Sucre et sur Centro depuis le Parque das Ruinas à Santa Teresa est admirable. Vous pouvez ensuite redescendre vers le quartier de Lapa en empruntant l’escalier du peintre chilien Selaron en azulejos. Le Pain de Sucre. Il faut emprunter deux téléphériques, avec un arrêt à une station à mi-chemin sur la première colline. Prenez-vous y à l’avance pour être sûrs d’être en haut pour le coucher de soleil. Monter vous en coûtera 53 R$.
Le Corcovado. Le panorama est exceptionnel avec là aussi une vue à 360° sur Rio. Préférez une visite en journée pour voir « au loin ». Le billet coûte 36 R$. Préférez une visite en journée pour voir « au loin ». Le billet coûte 36 R$.

 

De tester tous les transports
Le métro est propre, neuf et climatisé. Les billets se prennent à l’unité (2,85 R$) ou par carte pré-payée (10 R$). Les bus sont très nombreux et plusieurs suivent le même trajet car il existe plusieurs compagnies privées. Le ticket s’achète à bord et coûte 2,20 R$. Prendre le bus est une expérience : les chauffeurs roulent à toute vitesse dans les grandes artères avec des véhicules dont les suspensions laissent à désirer… Parfois, un marchand ambulant monte pour vendre des friandises. Pour rejoindre le quartier de Santa Teresa, préférez le mythique tramway jaune, le bondinho, aux bus. Il gravit la colline au départ du Centro en passant au-dessus de l’ancien aqueduc. Si vous avez le vertige, ne vous asseyez au bord car il est ouvert. Le billet coûte 0,60 R$. Vous prendrez également le téléphérique pour monter au Pain de Sucre et un petit train pour aller au Corcovado. Le soir, il est préférable de prendre un taxi.

Vue depuis le téléphérique qui mène au Pão de acucar

Vue depuis le téléphérique qui mène au Pão de acucar

De jouer au Carioca
Bordées par l’Océan Atlantique, les plages sont immenses, magnifiques et en pleine ville ! Les jours de beau temps les Cariocas affluent avec leurs transats. Elles sont découpées par posto : ainsi les surfers préfèrent le posto 7 (Arpaodor) tandis que le 9 (plage de Pepê) est branché. Sortez danser et boire un verre (comptez 8 à 10 R$ pour un verre de Caipirinha) dans le quartier de Lapa. Il regroupe de nombreux bars, dont les plus fréquentés se trouvent au croisement de l’Avenida Mem de Sa et de la Rua do Lavradio. Pour les amateurs de football, assister à un match des flamengo est un incontournable. Le stade de Maracanã est en rénovation en vue de la Coupe du Monde de football de 2014. Il vous faudra donc aller au stadium Engenhão en train de banlieue ou en taxi pour plus de 60 R$ auxquels il faut ajouter 50 R$ pour le match, et éventuellement 100 R$ pour un maillot aux couleurs rouge et or.
Outre le marché artisanal touristique du dimanche matin d’Ipanema, il faut aller au marché populaire de Saara non loin du Centro. Les boutiques sont ouvertes jusque vers 14h30 sur un dédale de rues piétonnes. Il y a aussi un marché couvert. Ensuite, vous pouvez vous rendre sur la plus grande rue commerçante de Rio, Uruguaiana.
Testez une churrascarria, restaurant de viandes grillées que l’on vous sert à table jusqu’à plus faim (forfait), un self service ao kilo où l’on paie ce que l’on mange au poids. Les restaurants sont assez chers (de 30 à 100 R$), vous pouvez aussi manger dans la rue un beignet fourré (environ 3 R$) avec un jus de fruit frais comme vous n’en avez jamais bu (environ 3,50 R$) !

Ilha Grande est parsemée de petites criques désertes que l'on découvre au détour d'un chemin où se reposer ou se baigner

Ilha Grande est parsemée de petites criques désertes que l'on découvre au détour d'un chemin où se reposer ou se baigner

De visiter Ilha Grande
L’île grande est située sur la Costa Verde à l’ouest de Rio. Sanctuaire pour la faune et la flore des forêts Atlantique, les voitures y sont interdites. Il faut compter 60 R$ pour un minibus depuis Rio puis le bateau. Le voyage dure en tout plus de 3 heures. Rouler sur l’autoroute est une expérience similaire à celle du bus : à toute vitesse, en évitant les piétons et animaux qui la traversent allègrement !
Il est important de partir avec du liquide car tous les commerces ne prennent pas la carte bleue, et il n’y a aucun distributeur sur l’île. Il n’y a qu’un village, Abraão, avec ses rues en terre battue, ses restaurants sur la plage pour un dîner de poissons et fruits de mer pêchés dans la journée, les pieds dans le sable ; ses innombrables pousada à tous les prix de 50 à 200 R$ la nuit. A Ilha Grande tout se fait à pieds, en bateau ou à vélo. Il ne faut surtout pas rater l’une des plus belles plages du Brésil, Lopes Mendes. Avec son sable blanc, ses vagues pour les surfers. On y accède après 3 heures de marche à travers la forêt, avec des passages par de petites criques entre deux collines. Sur la dernière d’entre elles, la seule où vous trouverez un café, n’oubliez pas d’y acheter votre billet de retour par bateau (environ 8 R$). Depuis Abraão, de nombreuses randonnées sont possibles, il est parfois nécessaire de prendre un guide car les montagnes sont escarpées et la forêt dense à certains endroits. Le must est de partir à pieds le long du rivage et de trouver un crique déserte où se baigner, seul au monde !

 

A. D-F