La SFTRF, concessionnaire de l’Etat et dont le capital est détenu à 99,4 % par ce dernier a pour mission d’aménager et d’exploiter le tunnel franco-italien du Fréjus et l’autoroute de la Maurienne. Rencontre avec Didier Simonnet (X 77, ENPC 82), son Directeur Général.

Didier Simonnet (X 77, ENPC 82),  Directeur Général de SFTRF © SFTRF

Didier Simonnet (X 77, ENPC 82), Directeur Général de SFTRF © SFTRF

Un gestionnaire par mandat
Le Groupement Européen d’Intérêt Economique, dénommé Groupement d’Exploitation du Fréjus (GEF) est le gestionnaire du tunnel par mandat des deux sociétés concessionnaires, la SFTRF et la SITAF. « À la différence du Mont-Blanc, ce sont les sociétés qui pilotent les investissements et décident des choix stratégiques pour la concession du tunnel qui expire en 2050, date à laquelle les Etats reprendront leurs prérogatives. »

 

« Un dirigeant n’est
pas qu’un financier, mais doit connaître
les processus techniques et la vie sociale de l’entreprise »

Un parcours d’excellence
« Après avoir été notamment directeur départemental de l’équipement et directeur d’administration centrale, j’ai souhaité, en 2005, « refaire du terrain » à l’occasion d’un grand chantier comme celui de la galerie de sécurité du Fréjus (devenue depuis second tube circulé – 500 M€ de travaux pour les deux sociétés). Il y a au sein de la SFTRF, séparation des fonctions de président et de DG. Le président est non exécutif. Je représente la société dans tous les actes de gestion et je suis responsable devant le Conseil d’Administration, l’autorité concédante (le ministère de l’Ecologie) et l’actionnaire (Agence des participations de l’Etat). »

 

Des postes à pourvoir
Les besoins de l’entreprise sont variés. Cela va de l’ingénieur en génie civil ou spécialisé dans les réseaux de communications, à l’agent routier patrouilleur ou au comptable. « Nous accueillons les jeunes ingénieurs, soit à l’issue d’un stage de fin d’études, soit après une première expérience même courte. Pour se donner les chances de réussir, il est primordial de savoir ce qui se passe sur le terrain. Il n’y a certes pas de parcours type, mais il faut prendre garde à rester les pieds sur terre et à ne pas tomber dans la pensée unique. Un dirigeant n’est pas simplement un financier, mais doit connaître les processus techniques et la vie sociale de l’entreprise. »

 

Une formation plurielle
« L’X et l’ENPC m’ont formé aux matières techniques, ce qui me sert encore dans certains domaines (résistance des matériaux ou mécanique des fluides). Mais j’ai vraiment appris dans mes différents postes au contact des réalités et des projets, notamment en tant que directeur général des services techniques de la Ville de Chalon sur Saône. »

 

Faire carrière :
« Certes la SFTRF est une PME, mais pouvoir faire de la technique, du management, des relations sociales et du financier est une donnée essentielle pour moi. Je n’ai jamais voulu faire carrière dans un seul domaine. Cette fonction de management et de pilotage de projets est essentielle pour moi. »

 

Quel professeur vous a marqué ?
« Jacques Fauchart, professeur de résistance des matériaux à l’ENPC et Laurent Schwartz, professeur de mathématiques à l’X. »

 

Le symbole de la réussite c’est…
« Pouvoir concilier vie familiale, vie professionnelle et vie sociale, ce qui est quasiment impossible. »

 

Une date clé dans votre parcours ?
« Il y en a eu plusieurs, mais je dirais 1990 où j’ai été recruté comme DGST de Chalon sur Saône (les intercommunalités n’existaient pas) grâce à l’annuaire, le maire voulant un X-Ponts dans une certaine tranche d’âge pour ce poste. »

 

F.B

 

Contact
dsimonnet@tunneldufrejus.com