Une fois leur diplôme en poche, certains étudiants souhaitent commencer leur carrière à l’étranger. Une dimension internationale valorisante pour les jeunes ingénieurs et pour les entreprises.

Les écoles d’ingénieurs ont compris l’importance des langues étrangères et d’une expérience internationale dans le cursus des étudiants. Une fois diplômés, beaucoup souhaitent ouvrir plus largement cette fenêtre sur le monde et commencer leur parcours professionnel en terre inconnue. À l’ère où l’économie est globalisée, avoir une première expérience internationale est un atout. Encore faut-il bien se renseigner sur les tenants et les aboutissants des postes. D’autant que les postes d’envergure confiés à de jeunes diplômés sont rares.

 

© Franck Boston - Fotolia

Compétence Internationale

Beaucoup ont investi dans les pays BRIC (Brésil, Russie, inde, Chine). À l’instar de Schneider Electric. « Nous recherchons de plus en plus de jeunes avec cette compétence internationale qui renforce leur expertise technique et leur savoir-faire, indique Pascal Humbert, Directeur de l’emploi et du développement de l’image employeur pour la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Après cette expérience, ils savent naviguer à l’intérieur du Groupe. » Pour développer l’internationalisation de ses ressources, l’entreprise a établi des partenariats avec des grandes écoles et des universités dont l’école des Mines ParisTech et l’Université de Tsingua en Chine pour la préparation de post-Master internationaux spécialisés en management de l’énergie. « Nos contrats locaux proposent des packages rémunérations et des avantages très proches de ce que nous trouvons en Europe. » Revue des postes proposés aux jeunes diplômés.

Acheteur industriel spécialisé (ou spécialiste du Facility Management) : Responsable d’un portefeuille de fournisseurs sur une technologie spécifique, il doit trouver et négocier avec les fournisseurs ou les fabricants. Ses missions : prospections, analyse, négociation et suivi qualité. Ce poste requiert une formation d’ingénieur avec une vision technique et technologique doublée d’un Mastère en achat.

Ingénieur industriel ou commercial : Il doit promouvoir les produits de l’entreprise dans différents pays. Avec une formation d’ingénieur généraliste, il a la responsabilité d’un portefeuille de clients et fait de la prospection, de la promotion des ventes, de la fidélisation des clients et développe le chiffre d’affaires.

Ingénieur dans les énergies renouvelables : Ce débutant de haut niveau travaille dans des équipes de développement ou de création de l’offre pour accroître le business dans le pays où il se trouve. Il dirige la préparation des étapes préalables à la réalisation d’un projet. Puis, il coordonne les études de faisabilité pour s’assurer que le projet répond aux objectifs fixés : rentabilité, sécurité, respect de l’environnement et des délais.

Volontariat International en Entreprises (VIE)

Certaines entreprises préfèrent envoyer les jeunes diplômés en mission professionnelle à l’étranger via le Volontariat International en Entreprises (VIE). À l’instar de Michelin qui compte une trentaine de VIE dont la moitié sont des ingénieurs, « nous envoyons ces jeunes diplômés en Russie, en Chine et en Thaïlande, indique Marc Pasquet, responsable du recrutement. Notre ambition : améliorer l’attractivité du Groupe et leur permettre de vivre une première expérience à l’international qui peut durer de 12 à 24 mois. À leur retour, ils occupent des fonctions en organisation de la production, qualité ou maintenance. »
Le volontaire perçoit une indemnité forfaitaire, variable suivant le pays d’affectation. Michelin propose deux postes d’envergure aux jeunes diplômés :

Ingénieur maîtrise des procédés : Il conçoit et met en oeuvre des systèmes embarqués et de systèmes de production ainsi que leur maintenance.

Ingénieur en organisation industrielle : Il fait le lien entre la conception et la production. Il doit assimiler les exigences du bureau d’études et tenir compte des impératifs de la production.

 

FB