Sur fond d’innovation, les startups de la Food Tech sont le nouveau bizz qui buzz. Au cœur de cette hype, on retrouve le Labo. Ce Fast Food Tech, qui ouvrira officiellement ses portes en 2019 à Strasbourg, c’est le projet d’Arthur Choisnet, étudiant à EM Strasbourg. Avec son ami et condisciple Nathan Lambert, il s’est lancé le défi de proposer des burgers sains, nutritifs et biologiques. Portrait d’un entrepreneur à l’ambition dévorante.

 

Un esprit sain dans un corps sain

A 22 ans, Arthur est épris de cuisine et de sport. Son ambition ? Concilier ses deux passions. Cet étudiant en master Entrepreneuriat à l’EM Strasbourg, ex-footballeur de haut niveau, s’est toujours intéressé aux bienfaits d’une alimentation healthy sur le corps. « Je suis un grand gourmand, mais j’ai envie de bien m’alimenter pour maximiser mes performances sportives », reconnait-il. Alors lorsqu’il s’aperçoit que les alternatives aux fast-foods se font rares, l’idée émerge. Créer un burger vite fait mais bien fait, il en fait son affaire ! Une aspiration partagée avec son camarade de classe, Nathan, grand habitué des potagers, pour qui manger bio et local est tout aussi important. « On se ressemble, on a les mêmes objectifs mais on n’a pas toujours la même vision des choses. On se complète. » Une équipe de choc à l’assaut « du burger du corps et de l’esprit ».

À toutes les sauces

Ils lancent donc Le Labo un projet de Fast Food Tech qui doit son nom aux expériences gustatives qui y sont faites. Ce restaurant rapide proposera des burgers nutritivement équilibrés, faits à partir de produits locaux et à prix abordables, pour le plus grand plaisir des papilles. « Pour que chaque Français puisse bien s’alimenter peu importe le budget, le temps ou le régime », affirme Arthur. Pour végans, carnivores, végétariens ou végétaliens, les recettes varieront, utilisant parfois des ingrédients assez improbables, mais toujours riches en nutriments : insectes, algues, fleurs … Diététicien et chef étoilé leur donnent un coup de main. « Le but c’est vraiment de proposer une alimentation intelligente pour contrer les mauvais effets de la malbouffe. Manger un burger ne doit pas signifier se faire du mal », explique le jeune entrepreneur.

Victime de son succès

A l’origine, Le Labo est le résultat d’un projet d’équipe, réalisé en cours, qu’Arthur et Nathan ont décidé de concrétiser pendant leur année de césure entre 2017 et 2018. Pour ce faire, ils avaient loué un appartement sur AirBnB pour y préparer les commandes de burgers. « Par le plus grand des hasards, cet appartement était celui d’un grand restaurateur. On a pris cela pour un signe ! », se souvient Arthur. Mais leurs plans sont bouleversés par leur campagne de crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank. Résultats : 121 contributeurs et 8 500 € récoltés. « On ne s’attendait pas à un tel engouement ! Grâce à ces dons généreux on a pu voir plus grand et acheter un fonds de commerce pour ouvrir un vrai restaurant à Strasbourg ». L’ouverture est pour le printemps 2019. Encore un peu de patience !

J’entreprends donc je suis

No pain no gain : on pourrait croire que c’est la philosophie d’Arthur. Le moins que l’on puisse dire c’est que cet étudiant se donne les moyens de réussir. « Je viens d’un milieu assez modeste où j’ai appris qu’il faut se battre pour avoir ce que l’on veut », avoue-t-il. Et ce qu’il veut par-dessus tout, c’est devenir entrepreneur à temps plein. « Il n’y a que ça qui me fait vibrer ! ». But first, les études. Arthur a repris à la rentrée 2018 son master à l’EM Strasbourg, et grâce à un emploi du temps aménagé, il continue à s’occuper du Labo avec Nathan.

 

[SELFIE] La bonne note à tout prix !