Si votre airbag se déploie et que votre ceinture vous retient pour vous sauver la vie en cas d’accident de la route, c’est entre autres grâce à AUTOLIV NCS, filiale du groupe suédois leader en sécurité automobile. Son DG Stéphane Nancy (MBA ESSEC 2017) nous explique pourquoi travailler dans cette entreprise lui donne du baume au cœur.

 

(c) Autoliv INC

« J’aime le produit, donc je le comprends »

« Il y a longtemps que j’ambitionne de rejoindre le groupe Autoliv que j’ai toujours vu comme un groupe attentif à ses ressources humaines. » confie Stéphane Nancy qui a travaillé depuis 20 ans dans la fabrication de sièges automobiles. « Nos produits sauvent des vies. S’ils font défaut, l’airbag ne se déclenche pas. Idem pour la ceinture de sécurité. Cela signifie que l’on n’a pas le droit à l’erreur. Cette lourde responsabilité donne beaucoup de sens à notre travail, et nous en tirons une grande fierté. » Diplômé d’un BEP en maintenance industrielle, d’un bac technique en Maintenance aéronautique et d’une licence en qualité, Stéphane Nancy a su se hisser de postes de technicien à celui de DG, animé par sa passion du métier.

High Tech Lovers, welcome !

« En arrivant, j’étais curieux de voir le mécanisme de plus près et j’ai été impressionné par autant de technicité. » Les dispositifs complexes et sensibles d’AUTOLIV NCS mettent en œuvre une technologie extrêmement pointue. 3.5 millions de pièces sortent chaque semaine de l’usine de Survilliers. Pour soutenir une telle cadence, la société s’appuie sur de nombreuses machines automatisées. « En pénurie d’ingénieurs et de techniciens en programmation, automatismes et maintenance industrielle, nous recherchons fréquemment de jeunes talents. »

Transformer la crise en opportunité

« Au départ, je cherche toujours des victoires rapides, c’est ainsi qu’on emmène les équipes. Puis je construis sur le long terme. « C’est pour booster la performance d’AUTOLIV NCS et diminuer ses coûts que Stéphane Nancy a été recruté. Gérer les situations de crises passionne cet entrepreneur dans l’âme qui s’appuie sur une longue expérience dans l’amélioration continue et la qualité.  » Si tout roulait, comment sentirait-on son utilité ? »

Pour cet homme qui vient du terrain, il n’y a qu’une manière de trouver des solutions : demander aux opérationnels.  » En plus de réponses, écouter ses équipes apporte une légitimité. D’autant que pour ma part, je sais de quoi elles parlent !  » Il lui est d’ailleurs arrivé devant une assistance médusée, de troquer son costume pour un bleu de travail, prenant la place d’un opérateur pour se faire sa propre idée des contraintes évoquées.

MBA à l’ESSEC : une révélation

Durant de longues années, Stéphane Nancy n’était pas partisan des diplômes. « Je crois plus à la motivation des gens de faire avancer les choses. Pourtant j’encadrais des bacs+5, des docteurs parfois et j’ai voulu me prouver que j’en étais capable aussi. »Voilà ce qui l’a conduit à suivre une formation MBA à l’ESSEC il y a un an. « J’avais besoin de valider par la théorie ce que je faisais depuis des années au feeling. » Aujourd’hui il bénit cette initiative qui lui a permis d’acquérir une compréhension globale du business en en saisissant tous les rouages. De ce parcours atypique, il tire une force inégalable : la capacité à se sentir à l’aise aussi bien avec un opérateur qu’avec un financier !

Les dirigeants cassent les codes ! Pas besoin de rappeler à tout le monde que vous êtes le patron en faisant semblant de tout savoir. Il faut être simple et accessible avec ses collaborateurs.

Du tac au tac 

Une passion ? Le jazz
Un défouloir ? J’aime faire la fête
Une personne inspirante ? Churchill :  » Pour s’améliorer il faut changer, pour être parfait il faut avoir changé souvent.  »
Ce que vous changeriez avec une baguette magique ? Je permettrais à tout le monde de communiquer simplement
Un conseil aux jeunes ? Soyez volontaire dans l’entreprise !

Contact : stephane.nancy@autoliv.com