Telle est l’ambition d’Olivier Salaun. Président-directeur général de PSB Industries depuis septembre 2012, cet ingénieur de l’INP Pagora, titulaire d’un DEA de l’INP de Grenoble (1994) l’INSEAD et par le MBA HEC (2006) a insufflé une nouvelle dynamique au groupe. Stratégie ambitieuse à la clé, avec pour objectifs affichés la croissance profitable par le développement du capital humain, l’innovation et la conquête de nouveaux territoires.

 

Olivier Salaun (INPG 94, MBA HEC 2006), PDG de PSB Industries

Olivier Salaun (INPG 94, MBA HEC 2006), PDG de PSB Industries

« Le MBA HEC, un vrai tournant dans ma carrière »
Olivier Salaun savait d’emblée qu’il ne voulait pas être seulement ingénieur. Après 3M, Arjo Wiggins, il rejoint Ahlstrom où il évolue dans des fonctions commerciales, marketing, crée la cellule centralisée des achats, se forme au leadership et au marketing stratégique. Ressentant le besoin de se confronter à un environnement plus global, de s’ouvrir à d’autres problématiques, il choisit le MBA HEC qui répond bien à ses attentes. « Nous étions une équipe de 8-10 d’horizons et de profils très divers et très complémentaires, au sein d’une promotion d’une centaine. Ce MBA, à la fois théorique et pratique grâce aux études de cas, m’a permis de gagner en compétences dans les domaines de la finance, notamment des fusions/acquisitions, des RH, du développement du capital humain, de prendre du recul et d’élargir mon périmètre. Pas encore très actif dans le réseau HEC, je suis resté en contact avec 3-4 participants. Un détail appréciable pour rester en contact, nous avons tous la même adresse internet universelle.

 

Trouver une société
ou un groupe avec des vraies valeurs, avec lesquelles on se sent en adéquation.

Un groupe à l’éthique et aux valeurs fortes
Olivier Salaun rencontre un groupe, PSB Industries, dont le socle de valeurset l’éthique fortes sont en cohérence avec ses valeurs, un groupe qui a la volonté de faire du business avec une appétence pour l’international et l’innovation, et surtout de développer  capital humain. Entré en fonction en septembre 2012 – il succède au précédent président -, il trouve des équipes très motivées, engagées et passionnées, avec un vrai savoir-faire très orienté technologies et co-développement. Après un état des lieux, il lance une démarche d’analyse stratégique par marché, fait réaliser une enquête de satisfaction auprès des clients, des interviews des 180 cadres du groupe pour cerner leurs attentes en termes de ressources humaines et de développement du capital humain, et fait valider par le conseil d’administration un plan stratégique à l’horizon 2020. Objectif, faire de PS B Industries, holding financière avec 3 filiales historiquement autonomes pilotées pour la plupart par leurs fondateurs, un groupe plus intégré partageant des bonnes pratiques, davantage tourné vers ses clients et les marchés pour mieux comprendre leurs besoins et leurs attentes et ceux de la chaîne de valeur, et être encore plus force de proposition.

 

Centré sur les métiers de l’emballage et de la chimie de spécialités
PSB déploie ses activités dans trois grands domaines. Leader de l’injection plastique, le groupe, avec sa filiale Texen, réalise des packaging pour les plus grandes marques de la parfumerie et de la cosmétique, une activité en forte croissance qui représente 60 % du chiffre d’affaires. Toujours dans l’emballage, la conception de solutions de packaging sur mesure en thermoformage (CGL Pack) pour l’agroalimentaire, la pharmacie et le médical, un business avec un important potentiel de croissance, représente 20 % du chiffre d’affaires. Présent aussi dans la chimie de spécialités (Baikowski), le groupe met au point et commercialise des poudres minérales fines d’alumine et d’autres matériaux destinés au marché de l’éclairage – où il occupe une place de leader mondial- et sur les marchés des cristaux, des additifs pour polymères, des biocéramiques et du polissage de précision, par exemple pour l’horlogerie et l’industrie des semiconducteurs. PSB Industries emploie aujourd’hui plus de 1400 personnes auxquelles s’ajoutent une vingtaine de personnes dans les JV en Coréedu sud et au Japon, ainsi que 250 à 300 intérimaires appelés pour absorber les pics de production.

Une position de leader de référence
PSB Industries ne manque pas d’atouts, à commencer par le savoir-faire et l’agilité de ses équipes. En chimie de spécialités, la société historique Pierre Synthétique Baikowski, qui a donné son nom au groupe, a su très tôt nouer et capitaliser sur des partenariats avec des grands noms de l’éclairage et les accompagner à l’international, ce qui fait partie de l’ADN du groupe. Enparfumerie-cosmétique, PS B a démarré en 1984 en acquérant une petite société de la Plastic Valley française, et répond aux attentes de ses partenaires, par exemple le groupe L’Oréal, en matière de nouvelles technologies et de nouveaux produits, le tout sur fond d’international. L’enquête de satisfaction auprès de plus de 100 clients a confirmé la position de leader de référence de PS B Industries, avec un niveau de réactivité, de présence commerciale, de capacité d’innovation et de savoir-faire technique très apprécié. La croissance du groupe passe par le développement international, la conquête de nouveaux territoires, en particulier l’Asie, et par le renforcement de l’innovation qui fera l’objet d’un grand chantier en 2014. PSB Industries a également l’ambition de se diversifier sur des marchés adjacents en termes de technologies ou d’applications et d’acquérir de nouveaux clients.

 

Une composante de projets transverses
Pour fédérer l’ensemble de ses collaborateurs, Olivier Salaun, soutenu par le COMEX installé dès son arrivée, a mis en place une composante de projets transverses. Il a lancé un projet d’optimisation du Besoin en Fonds de Roulement (BFR ), très formateur en termes de management et d’accompagnement du changement, qui implique toutes les fonctions de l’entreprise ensemble. « Je me suis rendu compte de la force d’une culture projet dans les entreprises et nous abordons beaucoup de sujets sous cette forme. Nous avons également lancé un projet de site intranet, un autre dans le domaine des achats et d’autresdans la formation et les finances. Tout ce processus de structuration se met en place, les équipes y sont très réceptives. La croissance de 5 % en moyenne enregistrée ces 10 dernières années était en train de fléchir et nous devions  inverser la tendance. »

 

Donner du sens
Olivier Salaun a appris à se connaître, notamment grâce au MBTI , Myers Briggs Type Indicator, test pratiqué lors du MBA, qui permet de déterminer le profil d’une personne et qu’il utilise pour lui et avec ses collaborateurs. « J’ai beaucoup appris en termes de management du changement : il faut savoir s’adapter en fonction du contexte et de l’individu, faire appel à des qualités différentes. » Depuis son arrivée, il recourt à tous les styles de management, participatif, délégatif, directif, fonctionne en mode coaching, etc., et reconnaît qu’à ce type de poste, il faut bien sûr un minimum de leadership, avoir une vision, de l’intuition, la volonté de se projeter tout en s’assurant qu’on a les bonnes équipes et les bonnes compétences en place. Donner du sens passe par le style de management d’une part et par une communication, une ouverture vers l’autre. En tant que leader, on doit être exemplaire, ce qui va de pair avec les valeurs ; l’éthique et la responsabilité sociale.

 

Instant RH
Groupe en croissance, positionné sur des marchés prestigieux et porteurs, PSB Industries qui évolue dans un univers technique et très international attire les jeunes. Fervent partisan de la promotion interne, Olivier Salaun, qui actuellement renforce ses équipes en recrutant un DRH groupe et en recherchant un directeur de l’innovation pour une des filiales, a identifié des besoins complémentaires, profils marketing, en SI . « Souvent, nous recherchons le mouton à 5 pattes, du type docteur en génie chimique qui soit un vrai leader, créatif, avec des capacités de management, ce qui est très compliqué. Au delà du parcours ou de la formation, ce sont la personnalité et la capacité d’adaptation des candidats qui comptent le plus. » Pas très connu dans l’univers des grandes écoles, le groupe va communiquer un peu plus auprès de certaines écoles, dont HEC Paris.

 

Chiffres clés
1 407 personnes au 30 Juin 2013
Chiffre d’affaires : 248.1 Mds d’euros en 2012, dont 62 % à l’export
+ 8,6 % de croissance du CA au 1er semestre 2013 pour un chiffre d’affaires de 136.9 Mds d’euros
14 sites de production, dont 2 aux Etats Unis, 1 au Mexique, 1 en JV au Japon

 

Corporate games 2013
Annecy-le-Vieux a eu la chance d’accueillir, entre lac et montagne, du 4 au 7 juillet dernier, les Corporate Games, le plus grand challenge sportif interentreprises au monde créé il y a 25 ans. Une quarantaine de personnes de PSB Industries ont participé aux épreuves sportives : dragon boat, golf, natation, VTT, bowling, course à pied, pétanque, etc. L’occasion pour Olivier Salaun de toucher du doigt l’ambiance, la convivialité, la chaleur et la sympathie qui règnent au sein du groupe malgré la pression quotidienne, la recherche de la performance, qu’exige l’environnement concurrentiel.

 

A.M.O.

 

Contact : osalaun@psbindus.com