Diriger un centre de profit, c’est être à la tête d’une mini-entreprise. Qu’elle soit structurée par typologie de clients, par gamme de produits ou par zone géographique, la business unit a besoin d’un véritable manager avec une solide expérience de la vente. – Par Aurélie Nicolas

 

 

En véritable chef d’orchestre, le Directeur de Business Unit assure la gestion autonome d’une entité à la fois sur le plan commercial, managérial et administratif. Inutile de préciser que posséder un esprit d’entreprise, être un « meneur d’hommes », est un atout pour réussir et s’épanouir dans cette fonction.

Un stratège

Sa principale mission ? Mettre en œuvre le Business Plan de sa BU en lien avec la Direction générale. Fixer des objectifs et déterminer la stratégie à adopter pour les atteindre, sont essentiels pour celui qui a la responsabilité de la croissance et de la rentabilité financière de sa « petite entreprise ». En relation régulière avec les clients et les partenaires du groupe, il peut lui arriver de reprendre la main et gérer lui-même les grands comptes de la BU, pour lesquels il est un ambassadeur de la maison mère. Prospecter, développer et fidéliser le portefeuille en plaçant de nouvelles offres commerciales, sont les moteurs de cet homme de contact. En analysant les appels d’offres, il décide d’y répondre ou pas en fonction des forces et faiblesses de sa BU et du positionnement de ses concurrents.

Un meneur d’hommes

Un autre visage du Directeur de Business unit est celui de DRH : il doit recruter, encadrer et motiver ses collaborateurs, dont l’effectif peut atteindre jusqu’à 150 personnes dans les grandes structures. Avoir du leadership est essentiel pour fédérer les hommes et créer une dynamique autour de la stratégie de l’entreprise. A l’interface entre la Direction générale et ses collaborateurs, le Directeur de Business Unit doit être résistant à la pression, habile négociateur et avoir un très bon contact humain. C’est à lui de contribuer au développement des compétences de ses hommes, au partage des méthodes d’organisation et à la mise en place des dispositifs d’animation et de formation adaptés.

 

Un gestionnaire rigoureux

Le Directeur de Business Unit assure un reporting précis et régulier de l’activité de sa BU : comptes de résultat, budget, trésorerie, rentabilité… Sans être expert juridique ou financier, il doit connaître les réglementations en vigueur dans son secteur, le droit du travail et également être en mesure de gérer des litiges commerciaux. En répondant à des appels d’offres ou en rédigeant un contrat, il est garant de sa conformité avec les règles en vigueur.

Un homme d’expérience

En raison de ses multiples casquettes et de son niveau de responsabilités, le Directeur de Business Unit est rarement un jeune diplômé. Plusieurs années d’expériences (entre 3 et 8 selon les secteurs) sont nécessaires pour pouvoir y prétendre. Il n’y a pas de profil type, compte tenu de la richesse du poste, mais au sein d’un groupe industriel, la double compétence ingénieur/manager est particulièrement recherchée. Par la suite, la somme de compétences acquises par le Directeur de Business Unit en fait un candidat naturel aux fonctions de Directeur régional, Manager à l’international ou Directeur général.

Son équipe rapprochée ?

Un directeur commercial et marketing, un responsable de production et un directeur financier.

 

Profil du Directeur de Business Unit :
• Bac+5, école de commerce ou d’ingénieurs
• Expérience managériale confirmée (entre 3 et 8 ans)
• Aptitudes commerciales, juridiques et comptables