Contrairement aux idées reçues, les jeunes diplômés de Sciences Po ne se prédestinent pas uniquement à la fonction publique. A leur sortie de l’école , on les retro uve dans une large palette de secteurs d’activit éS et de métiers. La finance représentant un des premiers débouchés !

© Fotolia

© Fotolia

La finance entre dans le Top 3 des domaines d’exercice les plus représentés
Si l’on regarde en détail la situation actuelle des diplômés sortis de Sciences Po Paris en 2013 (enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013) : 69 % travaillent dans le secteur privé. C’est 4 points supplémentaires par rapport aux diplômés de la promotion 2012. Ils occupent des emplois variés, notamment dans les secteurs Audit/conseil, Administration publique, Banque/ finance/assurance, Industrie/énergie/transport qui assurent 50 % des débouchés. Ce classement souligne ainsi l’entrée de la finance dans le Top 3 des domaines d’exercice les plus représentés – le secteur gagne une place par rapport à la dernière enquête, ce qui souligne à la fois à quel point le secteur est porteur pour les jeunes diplômés et combien ces derniers sont recherchés et appréciés par les entreprises.

 

Des formations qui s’adaptent aux évolutions du secteur, aux exigences des recruteurs
La finance reste l’une des spécialités de l’école : le Master Finance et Stratégie de Sciences Po a été créé en 2003 sur les fondations de la « Section EcoFi » du diplôme de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Il fait partie des masters du Département d’Economie de Sciences Po. Son objectif ? Former les jeunes diplômés aux métiers de la finance et du management stratégique des entreprises, qu’ils se destinent à des fonctions d’analystes (en banque ou au sein de cabinets de conseil) ou de managers (dans des entreprises industrielles ou de services).
Certes, les nouvelles donnes du secteur financier ont un temps quelque peu bousculé les formations. Mais elles ont su s’adapter avec succès ! En 2012, Sciences Po fermait ainsi deux mentions de son master finance et stratégie, faute de débouchés : International Project Finance et International Business. Pour rebondir et répondre à l’attente des recruteurs en matière de conformité, risk management, expertise des fraudes, etc, l’école lançait dans la foulée, un programme spécialisé : le Msc Financial Regulation and Risk Management.
Aujourd’hui, encore, les financiers doivent relever de nombreux défis : comprendre un environnement compétitif, complexe et bâtir des scenarii de risques ; assurer les missions traditionnelles et être irréprochable en matière de conformité, de contrôle interne, de rigueur financière, d’excellence opérationnelle ; s’inscrire dans une démarche sans cesse optimisée de création de valeur ; communiquer efficacement sur les enjeux financiers et diffuser une culture financière à l’ensemble de l’entreprise. C’est pourquoi, Sciences Po Executive Education a lancé une nouvelle formation diplômante « Finance d’entreprise et de marché – The emerging CFO » pour former des financiers capables d’intégrer dans une vision stratégique des décisions opérationnelles.

 

Une réputation qui dépasse les frontières
Logiquement, les cours sont dispensés tout ou partie en anglais et comme la « French Touch » s’exporte, les jeunes diplômés en finance ne sont pas seulement courtisés en France. Ils s’exportent en masse à l’étranger. Ainsi, 39 % des étudiants de la promotion 2013 exercent dans d’autres pays européens (51 %) ; mais aussi dans d’autres continents : 19 % partent en Asie/Océanie, 11 % en Amérique du Nord, 10 % en Amérique du sud et centrale et 9 % en Afrique. Au fil des ans, Sciences Po a ainsi su exporté un savoir-faire reconnu et affirmé son leadership international.

 

Le Saviez-vous ? Ils ont fait Sciences po Paris
Jean-Claude Trichet, promo 66, ex-directeur de la Banque centrale européenne
Emmanuel Macron, promo 2001, ministre de l’Économie

 

CD