Communiqué de presse :

Conçu dans une logique de progression et d’approfondissement dans le cadre de la réforme du Bachelor, le Parcours civique permet aux étudiants de développer leur propre projet personnel au service des autres. Obligatoire pour les 1600 étudiants entrant au Collège universitaire en 2017, il est nécessaire pour valider le diplôme de Bachelor.

 

Un élément structurant du premier cycle de formation

Sciences Po avait mis en place le stage de terrain obligatoire en fin de première année en 2009. Ce dernier mettait les étudiants en contact avec le public et visait à mieux faire comprendre les organisations du travail à partir d’une fonction d’exécution.

 

Pour tenir compte de l’évolution des structures de travail et pour institutionnaliser l’engagement citoyen, Sciences Po décide de franchir une étape supplémentaire avec l’instauration du Parcours civique. Le dispositif propose aux étudiants d’appréhender la citoyenneté et la responsabilité sociale : il s’agit de leur permettre d’effectuer une mission de service, en faveur de l’intérêt général, de la promotion de l’égalité et de la solidarité, de rencontrer des personnes de différents milieux et d’inscrire cette mise en contact dans un temps suffisamment long pour envisager un réel impact et une réflexion personnelle sur les apports de ce parcours.

 

Concilier expérience de terrain et mise à distance réflexive

L’objectif pédagogique est de mettre en perspective les enseignements reçus en sciences humaines et sociales par des expériences d’engagement sur le terrain. Ce dispositif permet de former les étudiants par l’action, afin de mieux comprendre les différentes dimensions des enjeux de citoyenneté et de développer une pensée critique. Le Parcours civique leur permet également d’acquérir de l’autonomie, un sens de l’action publique, une ouverture d’esprit et une capacité à travailler collectivement. Enfin, ce projet personnel dessine les premières pistes d’une orientation professionnelle grâce à la découverte d’une variété de métiers et de structures.

 

Le Parcours civique, obligatoire pour tous les étudiants, se déploie sur les trois années du Collège universitaire. Ce temps long est nécessaire à la construction d’un projet personnel qui s’inscrit dans une logique de progression et d’approfondissement. Pour ce faire, les étudiants bénéficient d’un accompagnement pédagogique renforcé par des enseignants-référents.

 

Pour Frédéric Mion, directeur de Sciences Po : “Acteurs majeurs dans la vie de la cité, Sciences Po et les institutions du supérieur ont naturellement un rôle à jouer pour promouvoir les valeurs de bien commun et d’intelligence collective, et s’inscrire dans la réflexion sur la mise en place du futur Service national universel. Je suis fier que les étudiants de Sciences Po puissent être à l’avant-garde de projets pédagogiques centrés sur l’engagement et le service aux autres.”

 

“Le parcours civique participe de la responsabilité sociale de Sciences Po. En confrontant les étudiants à la réalité la plus concrète, notre ambition est de former des citoyens animés par des valeurs de solidarité, d’éthique et de justice, éclairés par une démarche réflexive à la fois sur le monde qui les entoure et aussi sur leur propre parcours personnel.” ajoute Bénédicte Durand, doyenne du Collège universitaire.

 

Les modalités et étapes du Parcours civique

Qu’elles soient menées à l’échelle locale ou bien internationale, toutes les missions d’intérêt général sont conduites hors les murs de Sciences Po, au contact direct des publics. Elles s’inscrivent dans un large choix de thématiques relevant de l’éducation, de l’emploi, de l’environnement, de la justice, de la santé, de la paix, etc… Elles peuvent revêtir différentes formes allant du stage au volontariat, en passant par le bénévolat ou le contrat à durée déterminée. La mise en oeuvre des projets des étudiants est encadrée par une charte du Parcours civique disponible en ligne.

 

Le Parcours comprend écrits et expériences de terrain pour l’obtention de six à neuf crédits ECTS indispensables à l’obtention du diplôme :

 

·       Deux écrits réflexifs individuels

 

Au cours de la première année, les étudiants rédigent une lettre d’engagement, point de départ de la réflexion sur les thématiques choisies et de la mise en oeuvre du Parcours civique. D’un format de deux à trois pages, la lettre précise leur choix de projet et la manière dont il sera exploré sur le terrain. Pour défendre leur projet, les étudiants s’appuient sur leurs lectures personnelles, les enseignements reçus et un recueil de textes portant sur les questions de citoyenneté remis à tous.

 

En troisième année, ils restituent et valorisent cette expérience à travers la rédaction d’un rapport, qui rend compte de leurs apprentissages enrichis des enseignements théoriques. Ce document est une composante essentielle de l’épreuve finale du Bachelor, nommée “Grand écrit”.

 

·       Deux expériences de terrain

 

Le stage civique en première année se déroule en immersion dans une même structure pendant quatre semaines à temps plein entre les mois de mai et août. La mission consiste en une initiative personnelle comportant une dimension concrète de contact et de service auprès d’un public dédié : accueil, aide sociale, animation, accompagnement, etc.

 

Le projet libre de deuxième année peut prendre la forme d’un projet en groupe ou d’une initiative personnelle. Ce projet est mené dans une même structure tout au long de l’année en dehors des cours. Il implique la mise en oeuvre d’actions civiques hors les murs ayant un impact dans la vie de la cité. Un second projet libre est possible en troisième année à l’international.