Leader mondial de l’analytique, SAS a fait de l’épanouissement de ses collaborateurs sa priorité. Rencontre euphorisante avec Yannick Charron (UCP 99), son DRH.

 

SAS fait partie des entreprises où il fait bon travailler. Dans quelle ambiance évoluent les collaborateurs ?

En plus de locaux flambant neufs à La Défense, la filiale française est installée au château de Grégy-sur-Yerres en Seine et Marne. Nous profitons d’un parc 20 hectares avec parcours santé, d’un terrain de tennis, d’une salle de sport avec sauna, d’une conciergerie et d’une crèche. Ce cadre de travail reflète la pensée du fondateur de SAS pour qui des collaborateurs heureux fournissent un travail de qualité.

 

Cette culture d’entreprise se retrouve-t-elle dans le management des équipes ?

Totalement. Nous privilégions la responsabilisation de nos collaborateurs notamment via un dispositif de travail à distance qui permet à chacun de gérer son équilibre professionnel. Notre priorité est de savoir si le collaborateur a atteint ses objectifs, pas de l’avoir sous nos yeux tous les jours ! Notre valeur ajoutée s’illustre aussi par la culture de la porte ouverte qui passe par un accès simplifié à tous les managers de l’entreprise.

 

Un conseil à ceux qui souhaitent vous rejoindre ?

Chaque année, nous sélectionnons une vingtaine d’étudiants en Master 2 et nous les intégrons au programme « SAS Spring Campus ». Ils débutent par un mois de cours avec des experts spécialistes métiers, suivi d’un stage au sein d’une entreprise cliente, d‘une société de conseil partenaire ou de SAS elle-même. Une occasion en or pour les apprentis data scientists d’apprendre leur futur métier.

Chiffres clés SAS Institute : 3,2 Mrds $ de CA en 2016 / 25 % du CA investi en R&D tous les ans / 14 000 collaborateurs dans le monde / 300 employés en France

 

 

Contactez directement Yannick Charron

6 + 13 =

Ma thèse en 180 secondes : doublé gagnant pour Grenoble en finale internationale

Philippe Le Bouteiller a remporté le 2ème prix du jury et le prix du public le 27 septembre dernier à Lausanne pour la finale internationale du concours Ma thèse en 180 secondes

Réfugié-entrepreneur

Réfugié soudanais de 28 ans, Motawakil Ali a pu se lancer dans l’entrepreneuriat grâce au programme Tremplin de l’université Paris-Dauphine.

Pour que les sportifs ne soient pas en RADS !

RADS, c’est le capteur connecté qui mesure les performances des sportifs de haut niveau (ou pas !). Romain Laurent présente l’innovation.

Rigg it !

Edgard Cros, étudiant en animation 3D à l’ESMA Montpellier, rigger hors pair : un profil qui a séduit le studio Illumination Mac Guff qui l’a pris en stage.

Rencontre avec J.R. dos Santos, écrivain du 3ème type

Présentateur vedette du 20 heures au Portugal, J.R. dos Santos mène une double vie. Écrivain à succès, il nous livre quelques uns de ses secrets et évoque Signe de vie, son dernier opus

Mars pour limite : un élève de l’ISAE-SUPAERO rejoint la station LunAres en août

Simon Bouriat aurait-il été piqué par un virus martien ? Après avoir participé à une première expérience de simulation de vie martienne à l’hiver 2017, cet étudiant de 3e année à l’ISAE-SUPAERO rejoindra la station LunAres basée à Pila (Pologne).

Apprendre l’anglais ce n’est pas du cinéma avec e-dutainment !

Focus sur e-dutainment, la plateforme d’apprentissage de l’anglais d’un nouveau genre développée par Clotaire Marmignon et son frère Corentin.

Un début de carrière bien négocié

Pauline Giraud, en 3e année du PGE à l’EM Strasbourg a remporté en mars 2018 le concours international francophone Les Négociales face à 6 000 candidats

Portrait : Embarquez pour une carrière de rêve !

Portrait d’Alyzée Joy Montana Eloi. Elle a décroché LE job le plus cool du monde. Sa mission ? Tester des croisières autour du monde

Portrait : y a-t-il une pilote dans l’avion ?

Elève-ingénieure à l’ISAE-SUPAERO, Elise Specty est passionnée par l’aviation. Sa participation à l’Eurotour était évidente : piloter un avion, quoi de mieux ! Portrait.