Leader mondial de l’analytique, SAS a fait de l’épanouissement de ses collaborateurs sa priorité. Rencontre euphorisante avec Yannick Charron (UCP 99), son DRH.

 

SAS fait partie des entreprises où il fait bon travailler. Dans quelle ambiance évoluent les collaborateurs ?

En plus de locaux flambant neufs à La Défense, la filiale française est installée au château de Grégy-sur-Yerres en Seine et Marne. Nous profitons d’un parc 20 hectares avec parcours santé, d’un terrain de tennis, d’une salle de sport avec sauna, d’une conciergerie et d’une crèche. Ce cadre de travail reflète la pensée du fondateur de SAS pour qui des collaborateurs heureux fournissent un travail de qualité.

 

Cette culture d’entreprise se retrouve-t-elle dans le management des équipes ?

Totalement. Nous privilégions la responsabilisation de nos collaborateurs notamment via un dispositif de travail à distance qui permet à chacun de gérer son équilibre professionnel. Notre priorité est de savoir si le collaborateur a atteint ses objectifs, pas de l’avoir sous nos yeux tous les jours ! Notre valeur ajoutée s’illustre aussi par la culture de la porte ouverte qui passe par un accès simplifié à tous les managers de l’entreprise.

 

Un conseil à ceux qui souhaitent vous rejoindre ?

Chaque année, nous sélectionnons une vingtaine d’étudiants en Master 2 et nous les intégrons au programme « SAS Spring Campus ». Ils débutent par un mois de cours avec des experts spécialistes métiers, suivi d’un stage au sein d’une entreprise cliente, d‘une société de conseil partenaire ou de SAS elle-même. Une occasion en or pour les apprentis data scientists d’apprendre leur futur métier.

Chiffres clés SAS Institute : 3,2 Mrds $ de CA en 2016 / 25 % du CA investi en R&D tous les ans / 14 000 collaborateurs dans le monde / 300 employés en France

 

 

Contactez directement Yannick Charron

4 + 9 =

Une étudiante de Dauphine mène de concert ses études et sa passion

À seulement 19 ans, Madeleine Bénézit est déjà étudiante en 3e année à l’Université Paris-Dauphine, future cheffe d’orchestre et présidente de la J.E. de Dauphine. Portrait.

[Selfie] Marion Thomas l’ingénieure qui tombe à pic

Marion Thomas mène une double-vie ! Étudiante en génie industriel à Grenoble INP, elle est également l’une des meilleures grimpeuses sur glace du monde. Portrait.

[Selfie] Nez pour briller

Marine Ipert, diplômée de l’ISIPCA, vient de réaliser son rêve grâce à la formation interne de Symrise : devenir parfumeur-créateur.

[selfie] Talent aiguille

Mètre-ruban, épingles et aiguilles en mains, Julia Stratmann est LA révélation de l’Istituto Marangoni à Paris, l’école de mode et de design.

FieldBox.ai : la startup qui révolutionne l’industrie

Créée en 2011 et incubée à Telecom ParisTech, FieldBox.ia entend révolutionner l’industrie à grand renfort de data et d’intelligence artificielle.

Medhy Naamane, 17 ans et déjà à l’honneur à HEC Paris !

Eloquentia@hec n’a pas laissé son vainqueur sans voix. Medhy Naamane, élève en Première S au Lycée Jules Verne de Forges-les Bains (91) a remporté le 17 juillet dernier la finale du concours Eloquentia@hec, premier concours national de prise de parole en public dédié aux lycéens. Il revient sur cette aventure unique.

Surfez couvert avec ANOZR WAY

Parmi les jeunes pousses hébergées par l’IMT : ANOZR WAY, une solution de cybersécurité à destination des grands groupes ou des PME. Comment ça marche ? Son cofondateur, Alban Ondrejeck, nous dit tout !

Ordi pour tous

L’étudiant à CESI Arras a lancé avec deux camarades de promo le projet étudiant ITeach. Pour que le numérique soit accessible à tous.

Une victoire marquée d’une pierre blanche

L’étudiante en géologie à UniLaSalle est arrivée en 2nde place du concours mondial Imperial Barrel Award 2019 avec son équipe.

Grâce à Pulse Origin, la réunionite c’est fini !

Pour l’édition 2019 de VivaTech, Grenoble École de Management a mis en avant ses startups, parmi lesquelles Pulse Origin, qui veut en finir avec la réunionite