Les grands métiers exercés par les gadzarts

 

Positionnée sur un marché en forte croissance, Sartorius Stedim Biotech est le leader mondial français dans la fourniture de solutions à usage unique utilisées dans l’industrie biopharmaceutique. Rencontre avec Eric Chevalier, (Arts et Métiers ParisTech 87), Vice-Président Manufacturing FMT de Sartorius Stedim Biotech.

Eric Chevalier, (Arts et Métiers ParisTech 87) Vice-Président Manufacturing FMT de Sartorius Stedim Biotech.

Eric Chevalier, (Arts et Métiers ParisTech 87) Vice-Président Manufacturing FMT de Sartorius Stedim Biotech.

Quel est votre coeur de métier ?
Nous fabriquons des poches en plastique à usage unique, utilisées par de grands groupes pharmaceutiques pour fabriquer les nouveaux médicaments à base cellulaire et les vaccins. Ces solutions sont fournies avec toute la connectique et l’instrumentation nécessaires. Concrètement, ces systèmes stérilisés, installés directement dans leur support sont au contact du principe actif du futur médicament. Cela évite aux industriels le nettoyage à la vapeur des cuves, et par la même, les risques de contamination. Ces systèmes alternatifs à l’inox sont privilégiés par de plus en plus d’entreprises car cela convient à leur process, en termes de rapidité et de productivité. Loin d’être dans legigantisme (max 3000 Litres) , nous proposons à nos clients du configurable. C’est un secteur passionnant avec des opportunités fortes, d’autant qu’il est jeune et très dynamique. Nous avons encore de nombreux marchés à conquérir car nous gagnons des parts de marché sur l’inox. Nous sommes très présents en Europe, ainsi qu’en Amérique et en Asie qui restent deux zones de forte croissance à moyens termes.

 

En tant que Vice-Président du Manufacturing FMT, quelles sont vos missions ?
J’ai en charge quatre usines : deux en France, une en Tunisie et une à Porto Rico. Je dirige les opérationnels locaux qui animent les équipes en termes de Production, Supply chain, Quality et Engineering. Je dessine aussi la stratégie industrielle. Je dois pouvoir connaître les exigences marchés en terme de qualité, de délai et d’innovations. Enfin, je collabore avec la R&D pour développer de nouvelles capacités encore plus sûres. En matière de management, je privilégie le participatif et l’équipe. J’ai tendance à partager ma vision et mon but avec mes collaborateurs pour mieux leur déléguer des responsabilités. Je les incite aussi à partager leurs bonnes pratiques.

 

Quelles sont les opportunités offertes aux jeunes diplômés Gadzarts ?
Nous avons des Gadzarts en production, ingénierie, qualité, informatique et en R&D, donc dans tous les postes opérationnels. En quête d’excellence, nous sommes toujours à la recherche de jeunes talents, multilingues, entreprenants et dynamiques qui sont prêts à se dépasser. Nous avons d’ailleurs créé en interne, un centre-école ouvert à tous pour former nos propres opérateurs. Nous proposons aussi des stages à l’étranger dans notre nouvelle usine de Porto Rico et des contrats en alternance. Nous avons des opportunités et des projets en pagaille. L’industrie en France a encore de beaux jours devant elle.

 

Quels conseils leur donneriez-vous ?
Privilégiez la double compétence, technique et business, les entreprises ne peuvent que craquer ! J’ai moi-même suivi un MBA à Hong-Kong, à l’époque où je travaillais chez Cebal Packaging. Cela m’a redonné un coup de pouce et j’ai abordé des aspects business qui manquaient à mon arc. Ça m’a donné une autre dimension. Enfin, on fait la carrière que l’on choisit : n’hésitez pas à changer de poste et à vous tromper car l’on apprend de ses erreurs. Sachez provoquer le hasard et vous fixer des défis.

 

F.B.

 

Contact :
www.sartorius-stedim.com