L’industrie pharmaceutique vit aujourd’hui une profonde évolution et Sanofi s’y trouve aux avant-postes. Explications de Philippe Tcheng (Médecin, Stege ESCP), vice-président affaires publiques et gouvernementales France.

« Notre
secteur évolue…
Aux jeunes
diplômés
de se tenir
à l’affût des
nouvelles
formations
proposées. »

 

Philippe Tcheng (Stege ESCP), Vice-président affaires publiques et gouvernementales France de Sanofi

Philippe Tcheng (Stege ESCP), Vice-président affaires publiques et gouvernementales France de Sanofi

Après s’être développé ces trente dernières années grâce aux médicaments de prescription et des blockbusters comme Plavix (clopidogrel) ou Aprovel (Irbesartan), Sanofi a profondément revu son business model depuis deux ans pour s’engager dans une transformation stratégique profonde. Selon Philippe Tcheng, vice-président affaires publiques et gouvernementales France, « confrontés comme tout le secteur à l’épuisement des voies de recherche traditionnelles, nous développons de nouvelles approches plus ciblées en particulier autour des besoins des patients. » Loin de diminuer le montant de ses investissements de recherche –4 à 4,5 milliards d’euros par an– Sanofi aréorganisé ses activités pour nouer d’une part d’importants partenariats avec de grandes institutions publiques (AVIESAN) mais aussi avec des PME innovantes pourvoyeuses de projets que le laboratoire pourratransformer en médicaments. « L’organisation de nos équipes de recherche à été changée pour constituer de petites entités plus entrepreneuriales autour de domaines d’expertise ciblée. » Si l’innovation reste (Oncologie, diabète, vaccins, santé animale, pays émergents).

 

« Une de mes missions : devenir un leader mondial et diversifié de la santé tout en réaffirmant notre ancrage en France »
Expliquer ces orientations à l’Etat, aux élus, mais aussi aux institutions nationales ou régionales en charge de la santé, telle bien est la mission de Philippe Tcheng. « Il s’agit également de réaffirmer l’attachement à nos racines françaises et notre volonté de contibuer à la consolidation d’un écosystème de l’innovation en France, pour preuve notre participation à hauteur de 25 millions d’euros au fonds Innobio de soutien aux PME innovantes soutenu par l’Etat et dont je préside cette année le comité stratégique. » Sanofi accueille par ailleurs environ 500 jeunes en apprentissage et compte doubler ce chiffre à court terme. « Les étudiants et jeunes diplômés doivent prendre conscience de la mutation de notre secteur et de l’apparition de nouveaux métiers tels que la bioproduction ou la pharmaco- épidémiologie, conclut Philippe Tcheng. A eux de se tenir à l’affût des nouvelles formations pour compléter leur cursus et disposer d’un atout supplémentaire pour décrocher leur premier poste. »

 

AT


Contact recrutement : www.sanofi-aventis.com