Depuis quelques années, les danses de couple sont redevenues très à la mode. Rock, tango, valse, kizomba, zouk, etc. il y en a pour tous les goûts ! Je vous propose ici de découvrir une danse de couple très en vogue, une danse latine, de mon point de vue, la plus artistique et esthétique possible : la salsa. Place donc à un voyage sensuel, où l’expression corporelle, la richesse gestuelle et les rythmes enivrants composent une harmonie voluptueuse de deux corps mouvants !

La salsa : de Cuba jusqu’à nous autres !
La salsa a longtemps été assimilée à d’autres styles latins tels que le merengue, la bachata ou encore le Cha-cha-cha dans un un but purement commercial. Cependant, il s’agit de genres totalement différents, mais néanmoins tous aussi attrayants. La salsa désigne avant tout un genre musical, qui puise ses origines rythmiques dans la musique cubaine, essentiellement marquée par des sons afro-caraïbes.
Les percussions héritées de la communauté africaine en constituent une caractéristique dominante, et ont alors fondé les bases rythmiques d’une nouvelle danse, la salsa. La salsa se développe donc originellement à Cuba, puis se diffuse progressivement en Amérique du Nord (Porto Rico, New-York, Miami, etc.) et du Sud (Colombie) avant de parvenir jusqu’aux pays européens. A ne pas s’y tromper, ce ne sont pas les capitales d’Europe du Sud, qui ont accueilli en premier les cours de salsa. En effet, c’est à Londres que la salsa a d’abord largement triomphé, spécialement auprès de la gente féminine. La sensualité exacerbée de cette danse a, en effet, certainement affriolé le comportement traditionnellement frigide et distant de nos chères britanniques. Si les bars à salsa ne désemplissent plus à Londres, il en va de même aujourd’hui pour l’ensemble des capitales européennes. Madrid, Paris ou Berlin, on y rencontre toujours le même type de communauté ! La salsa réunit des individus plus ou moins jeunes, provenant du monde entier et d’origines sociales diverses et variées, un ensemble hétéroclite et universel qui partage cette même passion pour une danse exceptionnelle.

 

Entre universalité et diversité
Le saviez-vous ? La salsa, en s’exportant, s’est déclinée sous diverses formes stylistiques. Salsa cubaine, portoricaine, colombienne, etc., chaque type a su développer sa musicalité et son esthétisme propres. Le style cubain consiste en un mouvement des deux danseurs l’un autour de l’autre, alors que le danseur déplace perpétuellement sa partenaire sur une ligne droite imaginaire dans le genre portoricain.
Du fait d’une forte immigration de la population cubaine en France, la salsa cubaine y est le style le plus pratiqué , alors que la portoricaine domine dans le reste du monde. Certains entendront parler des styles L.A et new-yorkais, variantes de la « porto », pour lesquelles on commence respectivement à danser sur le 1er temps et sur le deuxième. La salsa colombienne, largement répandue dans les pays d’Amérique latine, est la seule à marquer les huit temps, là où les autres styles manifestent deux temps de pause.
Si l’aventure vous tente, sachez que l’apprentissage de la salsa exige un entraînement régulier et assidu, spécifiquement chez les hommes, qui doivent apprendre à guider leurs partenaires. Il existe des écoles de danses latines ou même généralistes, qui proposent classes et stages de salsa. Les bars à salsa organisent également des cours de niveau hebdomadaires suivis de soirées dansantes, rien de mieux pour combiner initiation ou perfectionnement et fiesta du samedi soir !

 

Angélique Brunelle