Communiqué de presse:

Du 27 au 29 janvier 2017 aura lieu la 25e édition du Salon des Formations et Métiers aéronautiques. Ces trois jours seront dédiés à l’information et l’orientation dans les métiers du transport aérien et de l’industrie aéronautique. Ces secteurs sont particulièrement dynamiques et affichent de belles perspectives d’emploi.

 

Perspectives d’emploi

Qu’il s’agisse des métiers d’organisation, de production ou encore des métiers à forte composante manuelle, le secteur aéronautique affiche toujours des perspectives d’emploi dans un secteur particulièrement dynamique. La presse généraliste et économique se fait l’écho très régulièrement des succès obtenus par les grands constructeurs aéronautiques. Le match Airbus-Boeing focalise souvent les attentions mais d’autres constructeurs (Embraer, Bombardier…) affichent également une bonne santé.

Dassault, récolte le fruit de plusieurs années d’efforts avec la vente à l’export de son avion de combat Rafale, compensant la petite faiblesse de son secteur aviation d’affaires.

Du côté des compagnies aériennes, la meilleure santé d’Air France, le développement des low cost et l’expansion des compagnies vers les Antilles stimulent l’emploi.

Des emplois sont donc en permanence proposés. Les chiffres du Gifas qui ont été récemment publiés montrent que, sur 5 ans, 60 000 personnes ont été recrutées et 26 000 postes créés. Par ailleurs, l’embauche pour 2016 aura été une fois encore de l’ordre de 10 000 salariés. Ce rythme devrait être maintenu dans les années à venir, compte tenu du volume de production d’appareils à fournir.

Rappelons simplement les prévisions des deux grands constructeurs Boeing et Airbus. Ils prévoient respectivement à l’horizon 2034 : 38 050 et 32 585 appareils à livrer. Concernant, l’emploi, Boeing estime que l’industrie aéronautique aura besoin de 671 000 pilotes, 679 000 techniciens et 814 000 PNC sur la même période.

 

Construction

En France, après les grands programmes de conception type A380, A 320 Neo A350, la production prend le relai. Le secteur dispose d’environ dix ans de production devant lui. Et l’industrie peine à faire face aux commandes. Câbleurs, monteurs, stratifieurs mais également fraiseurs et usineurs font partie des postes en fort besoin de recrutement. Ces derniers métiers ne bénéficient pas, à tort, d’une notoriété positive. La qualité de production est dans l’aérien élevée au rang de dogme et les salariés ont un rôle important dans cette chaine de la qualité du produit. Certains de ces métiers sont accessibles avec un simple diplôme industriel auquel les organismes de formation donnent un vernis aéronautique.

Dans la construction toujours, sont aussi recherchés des techniciens spécialisés dans la maintenance.

Enfin, un avion a une durée de vie d’une trentaine d’années au cours de laquelle il est nécessaire de le modifier, l’adapter, faire face à des faiblesses qui n’étaient initialement pas prévues. Pour cela, ingénieurs et techniciens (BTS) capables de concevoir les méthodes de réparation et de modification sont indispensables.

 

Exploitation

Du coté des pilotes, après des mois de morosité, la conjoncture emploi-pilote s’améliore globalement. La santé d’Air France et son flot de départs à la retraite permettent à la compagnie de reprendre les embauches. Une partie de ces recrutements sera issue des filiales, une autre partie des effectifs ENAC et une partie de pros, ce qui devrait créer un  appel d’air.

Depuis plusieurs années, on sait que l’emploi n’est plus français mais mondial ou, au minimum, européen. Les compagnies Low cost sont certainement les plus actives en matière d’embauche. Au début de l’année, EasyJet avait annoncé vouloir embaucher. Ryanair a annoncé en octobre qu’elle devrait recevoir une cinquantaine d’avions en 2017. Elle prévoit l’embauche de 1000 pilotes.  D’autres compagnies comme Air Caraïbes ou sa filiale, French Blue, ont organisé des sélections PNC/PNT.

Côté PNC, là encore Air France a prévu d’embaucher 250 hôtesses et stewards en contrat d’apprentissage.  Les compagnies comme French Blue et Air Caraïbes emploient régulièrement ; pour la première, 70 embauches de PNC au moment de son lancement, la seconde propose régulièrement des contrats courts pour la saison été.

EasyJet et Ryanair, ont, elles, prévu 2000 embauches de PNC en 2017.

Ces vagues de recrutement servent à constituer un vivier en prévision de l’arrivée de nouveaux appareils et/ou l’ouverture de nouvelles lignes.

Pour terminer, les métiers au sol affichent des besoins permanents, même s’ils sont plus difficiles à chiffrer. Ils concernent les boutiques en aéroport, le domaine de la sûreté et les métiers de la piste.

 

A propos du Salon des Formations et Métiers aéronautiques.

Du 27 au 29 janvier 2017 aura lieu la 25e édition du Salon des Formations et Métiers aéronautiques, au musée de l’Air et de l’Espace, sur l’aéroport de Paris-Le Bourget. Le salon, organisé par le magazine Aviation et Pilote, est l’occasion pour tous de s’informer sur les différentes carrières et filières de formation offertes par le milieu aérien. Les professionnels seront disponibles pour répondre aux questions des visiteurs et les conférences seront l’occasion d’aborder les différents cursus de formation, les perspectives d’évolution, les atouts et contraintes d’un métier. Entrée libre.

 

 

www.salondesformationsaero.fr/