Spécial recrutement : les attentes des rh face à la génération Y

 

Le leader international des services parapétroliers offshore et onshore est passé de 7 000 collaborateurs en 2002 à 40 000 aujourd’hui. Le défi de son DRH France Denis Deguilhen est de conserver ces ressources en interne, mais aussi d’aller en recruter de nouvelles pour répondre aux exigences d’un secteur Oil & Gas en pleine croissance et en mutation permanente.

 

Denis Deguilhen, DRH Organisation et ICT de Saipem

Denis Deguilhen, DRH Organisation et ICT de Saipem

Concevoir, fabriquer, installer et maintenir des complexes d’exploitation énergétiques tant sur terre que sur mer, tels sont les grands métiers de Saipem. La filiale du groupe italien ENI, née en 1957 et dont le nom est apparu dans l’hexagone en 2002 lors du rachat de Bouygues Offshore, connait une croissance remarquable auprès d’un portefeuille de clients qui s’équilibre aujourd’hui entre grands majors et compagnies nationales. Saipem a multiplié par quatre son chiffre d’affaires en moins d’une dizaine d’années (de 3 à 12,5 Mds €). « Dans le même temps, nous avons continué d’améliorer chaque année notre résultat net qui s’est établi l’an passé à 921 M€, précise Denis Deguilhen, DRH Organisation & ICT. Pour ce qui est de la rentabilité sur les services parapétroliers, nous sommes les premiers de la classe en Europe et l’un des leaders mondiaux. »

 

Leader mondial sur le « deepwater »
Activité internationale oblige, près de 130 nationalités différentes cohabitent au sein du Groupe. Parmi les 40 000 collaborateurs, beaucoup opèrent loin, très loin du siège de Milan et du Centre d’Exécution de projets de Montigny-le-Bretonneux. « Depuis des années, nous avons choisi d’aller réaliser des projets “aux frontières”, dans des zones très isolées où peu d’opérateurs sont capables d’aller, en s’appuyant essentiellement sur les ressources locales des pays dans lesquels on opère. L’objectif est de recruter des locaux, de les intégrer, de les former et de les fidéliser. » Sur les quatre dernières années, Saipem a investi plus de 8 Mds € dans de nouveaux yards de fabrication et de nombreux bateaux, particulièrement sur sa flotte offshore qui lui permet de  réaliser des projets dans des eaux toujours plus profondes.

 

Saipem offre
à ses collaborateurs l’aventure au quotidien

Qu’offre Saipem qu’on ne trouve pas ailleurs ?
Saipem est d’abord un contractor présent sur toute la chaîne de valeurs de l’industrie Oil & Gas, de l’ingénierie au démarrage, à la fabrication et l’installation des équipements jusqu’à leur maintenance, à la fois dans les activités offshore et onshore. De plus, le Groupe dispose d’une activité forage qui représente 12,5 % du chiffre d’affaires global. De par sa stratégie visant à privilégier les projets aux frontières, Saipem offre à ses collaborateurs l’aventure au quotidien. Il y a cet aspect pionnier, avec ce que vivent nos collaborateurs actuellement envoyés en Papouasie Nouvelle-Guinée dans des territoires vraiment encore très éloignés de la viemoderne, mais aussi la possibilité de travailler dans un environnement multiculturel sans égal dans l’industrie.

 

Comment développez-vous la carrière de vos collaborateurs ?
Chez Saipem, la mobilité constitue le socle de toute carrière tant dans sa composante géographique que fonctionnelle. Vous pouvez très bien démarrer dans un poste technique, dans la filière achat ou la partie financière et passer ensuite sur un projet, de la partie offshore aux activités onshore, au forage, etc. Cela attire les jeunes, mais aussi des gens confirmés car on peut construire un vrai parcours d’évolution sur le long terme alternant des passages sur site et au siège.

 

Saipem : oui à la génération Y !
« En ce qui me concerne, et cet avis est largement partagé par le management, l’arrivée de cette génération Y est une réelle opportunité pour faire évoluer nos pratiques et nos approches dans le domaine du management, cela nous oblige à revoir la façon dont nous fonctionnons, la manière d’organiser nos équipes. et de travailler sur nos projets à long terme. Pour nous RH, il s’agit de gérer désormais des carrières de façon de plus en plus individualisée. Les attentes de ces jeunes ne sont d’ailleurs pas loin d’être partagées par une bonne partie de nos collaborateurs plus âgés qui ont envie de choses plus équilibrées et qui, comme eux, cherchent plus qu’autrefois  à “réussir leur vie” plutôt qu’à “réussir dans la vie”.  »

 

B.B.

 

Contact  :
www.saipem-sa.com