Depuis plus de trois siècles, la force d’innovation de Saint Gobain en fait l’un des plus beaux groupes industriels français. Gros plan sur les ambitions d’un leader mondial des marchés de l’habitat avec Pierre-André de Chalendar (ESSEC 79, ENA 83), son PDG depuis 2010.

 

Quelle vision portez-vous pour l’avenir de Saint-Gobain ?

Pierre-André de Chalendar

Pierre-André de Chalendar

Notre ambition est d’être la référence mondiale de l’habitat durable.  ,Saint-Gobain conçoit, produit et  distribue les matériaux de la maison  d’aujourd’hui et de demain. Une maison qui doit être tout autant esthétique  qu’efficace sur le plan énergétique. Pour accroître notre visibilité dans les 64 pays où nous sommes présents et mobiliser nos 189 000 collaborateurs, nous avons axé depuis quatre ans notre stratégie  sur les marchés de l’habitat, tout en continuant d’en servir d’autres, l’automobile notamment avec nos produits verriers.

 

Comment votre groupe est-il organisé ?
Cette approche qui valorise les synergies entre toutes nos activités, s’exprime  à travers trois pôles stratégiques : un pôle Produits Pour la Construction, porté par des marques internationalement fortes telles qu’ISOVER ou PLACO ; un pôle Matériaux innovants, qui met en avant des produits de niche aux applications techniques ou industrielles aux forts contenus R&D à l’instar des verres  solaires, des vitrages intelligents ou  encore des piles à combustibles et, enfin, un pôle Distribution Bâtiment, qui  regroupe les enseignes Point P et Lapeyre et s’est imposé en quinze ans comme  le plus important réseau de points de vente spécialisés d’Europe.

 

Quels sont ses grands leviers de croissance ?
L’énergie va être de plus en plus chère et rare et il sera de plus en plus nécessaire  de l’économiser. Le gisement d’économies le plus facile à réaliser concerne le bâtiment, le poste chauffage représentant environ 30 % de l’énergie consommée  en Europe. Notre innovation doit donc continuer d’améliorer l’isolation du bâti avec des matériaux et des produits de haute technicité. Pour notre groupe,  exploiter ce potentiel d’économies  d’énergie est un beau réservoir de  croissance dans les pays matures,  où la réglementation énergétique se met progressivement en place. L’autre grand levier de croissance se trouve dans les pays émergents où nous accompagnons une urbanisation accélérée.

 

Saint-Gobain
offre aux jeunes diplômés des grandes écoles  des carrières très variées, en France et  à l’international.

En matière de recrutement, quels profils vous intéressent ?
Saint-Gobain offre aux jeunes diplômés des grandes écoles des carrières très  ,variées, en France et à l’international.  Nos besoins concernent aussi bien des ingénieurs généralistes ou à dominante matériaux pour nos activités production et recherche que des financiers ou des profils écoles de commerce pour des fonctions commerciales et marketing. Chaque année, nous recrutons aussi  une centaine de VIE, des contrats  qui sont un excellent point d’entrée pour nous rejoindre.

 

Que devez-vous  à votre formation  à l’ESSEC ?
Cette formation de très grande qualité m’a donné des bases solides en gestion  et en management ainsi qu’une ouverture d’esprit essentielle en accordant une grande importance au travail en équipe. Ayant le goût de l’intérêt ,général et parce que j’avais envie de continuer à étudier, j’ai poursuivi mon cursus à l’ENA  avec l’envie de m’orienter vers la haute fonction publique. Par choix cependant, je me suis assez vite tourné vers le monde de l’entreprise, plus adapté à mon tempérament !

 

Que retenez-vous des vos deux décennies dans le groupe ?
Mon parcours dans ce groupe a été  formidable car il m’a permis de découvrir des métiers différents -les abrasifs,  la distribution… De m’exposer aussi à l’international en passant quatre ans aux Etats-Unis, puis trois en Angleterre : quand vous travaillez chez Saint-Gobain, vous êtes immergé dans un environnement multiculturel permanent qui vous enrichit. Et parce que j’ai toujours  été attentif à ceux qui m’entourent,  j’ai pu consacrer une grande partie de mon temps à les faire progresser.

 

Quels conseils voudriez-vous donner aux jeunes diplômés ?
S’ils en ont la possibilité -c’est un vrai luxe !-, qu’ils choisissent le patron avec lequel ils ont envie de travailler. J’ai eu, pour ma part, de grandes chances car, après  l’inspection des finances, mon contact passionnant avec Jean Syrota, alors directeur général de l’Energie au ministère de l’Industrie, puis avec Jean-Louis Beffa, qui m’a recruté à Saint-Gobain, ont été décisifs. Je leur conseille aussi de faire ce qu’ils aiment et d’avoir l’esprit toujours ouvert : dans une vie professionnelle,  il faut savoir tirer parti des circonstances et saisir les opportunités !

 

CG

 

Contact : www.saint-gobain.com/fr/offres_d_emploi