Pour l’opérateur du système électrique, RTE, propriétaire et exploitant du réseau à haute et très haute tension en France, les réseaux électriques intelligents ont vocation à faire évoluer le système électrique pour accompagner la transition énergétique. Les explications de Michel Béna (Supélec 90), Directeur SmartGrids chez RTE.  Céline Deval

 

En tant que gestionnaire du réseau de transport d’électricité, quelles sont les missions de RTE ?

Notre rôle va bien au-delà de ce que qu’évoque le terme « réseau de transport d’électricité ». L’entreprise a pour mission d’assurer, sur l’ensemble de la France métropolitaine, la qualité d’alimentation, la sûreté du système électrique et la performance économique. L’électricité ne pouvant être stockée que dans des volumes limités, il faut la consommer dès qu’elle est produite. La mission de RTE est d’équilibrer au meilleur coût la consommation et la production, en temps réel à l’échelle de la France.

Face aux évolutions actuelles, cette mission se complexifie : jusqu’alors, la production s’adaptait à la consommation. Or on se dirige désormais vers des schémas plus compliqués, avec l’apport d’une production renouvelable variable moins prévisible, face à laquelle la consommation viendrait en partie s’ajuster. RTE doit mettre en œuvre les outils techniques et économiques pour y arriver.

«  Ma fonction est transverse, intégrant le monde de la recherche et de celui de la communication »

Quel est le rôle des SmartGrids, ces réseaux d’électricité intelligents ?

L’optimisation, à chaque seconde, de l’utilisation des ressources offertes par les acteurs du Système Electrique passe par le numérique et le déploiement des Réseaux Électriques Intelligents (REI). L’intelligence du réseau de transport d’électricité est au service de l’économie et de l’énergie de demain. Au cœur de l’innovation électrique, les SmartGrids nous permettent de remporter les défis liés à la transition énergétique et au développement économique des territoires, de la France et de l’Europe de l’Energie.

Avec 150 ingénieurs-chercheurs mobilisés dans notre centre de R&D à Versailles (bien connu des jeunes diplômés de Supélec), RTE met tout son savoir-faire au service du développement de projets pilotes, de la mise en place de démonstrateurs soutenus par le gouvernement français et la Commission Européenne… Comme dans le département de la Somme, leader en termes de développement de l’éolien, où RTE a installé son premier  » poste électrique intelligent « . Équipé notamment d’une station météo, il est capable de s’adapter aux conditions météo et d’optimiser l’utilisation des lignes et des énergies renouvelables dans la Picardie…

 

(c) Laurent Vautrin

(c) Laurent Vautrin

Quelle est votre mission, justement, vis-à-vis des REI ?

Depuis 2012, au sein de la Direction R&D Innovation, je pilote l’ensemble des projets de démonstration SmartGrids dans lesquels RTE est impliqué en France. Au-delà de ce volet technique, j’assure aussi un travail de communication et de représentation, pour expliquer notamment le rôle du réseau de transport et pourquoi l’intelligence qui s’y déploie se fait au bénéfice des consommateurs et des territoires. Ma fonction est transverse, intégrant le monde de la recherche et de celui de la communication. Un poste inédit et très challengeant, puisque les SmartGrids représentent un levier stratégique pour le développement de mon entreprise.

Depuis 2013, je suis également coordinateur interne de l’implication de RTE dans le plan gouvernemental Réseaux Électriques Intelligents, plan lancé dans le cadre de  » la Nouvelle France Industrielle « . Objectif : défendre la filière industrielle française des SmartGrids, domaine de pointe et secteur d’avenir. 10 000 emplois pourraient être ainsi créés en 10 ans.

 

Micro CV : Michel Béna est Directeur des SmartGrids à RTE depuis 2012. Il pilote à ce titre l’implication de l’entreprise dans différents démonstrateurs et dans l’écosystème français afférent. Il est également coordonnateur de l’implication de RTE dans le plan gouvernemental REI de la Nouvelle France Industrielle. Il a intégré RTE en janvier 2000 à sa création et a auparavant travaillé dans le domaine de la R&D lié au transport d’électricité et pris en charge des sujets tels que le développement de réseau, la sécurité dynamique et le réglage de la tension ou encore les équilibres production consommation long-terme.

 

Chiffres clés : 8 500 salariés / 105 000 km de lignes / 4,5 milliards d’euros de CA / 490 clients dont 135 acteurs de marché, 54 producteurs d’électricité, 258 consommateurs industriels / 32 distributeurs et 11 entreprises ferroviaires

 

Contact : michel.bena@rte-france.com

RTE : relever le défi de la transition énergétique !