LEADER INCONTESTÉ SUR SON MARCHÉ, ROYAL CANIN A NON SEULEMENT INVENTÉ LA « NUTRITION-SANTÉ » MAIS NE CESSE DEPUIS D’INNOVER. POURSUIVANT INLASSABLEMENT UNE CROISSANCE À DEUX CHIFFRES NOTAMMENT RÉALISÉE À L’INTERNATIONAL, CE GROUPE AUX FORTES VALEURS HUMAINES OFFRE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS REMARQUABLES. RENCONTRE AVEC CHRISTIAN VIGNAUD, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE ROYAL CANIN FRANCE.

Christian Vignaud (Aix 79, MBA HEC 97), Directeur Général de Royal Canin France

Christian Vignaud (Aix 79, MBA HEC 97), Directeur Général de Royal Canin France

Née dans le Gard en 1968 sous l’impulsion de Jean Cathary, vétérinaire inventeur des aliments secs pour animaux de compagnie, Royal Canin rencontre immédiatement un immense succès, français tout d’abord, puis dans le monde entier. Rachetée en 2002 par Mars, géant mondial de l’agro-alimentaire, Royal Canin poursuit alors sa croissance sur le marché international, croissance à deux chiffres soutenue depuis maintenant… 16 ans ! Il faut dire que le groupe familial Mars est lui-même porteur de fortes valeurs, qui préconise 5 principes fondamentaux : mutualité, efficacité, qualité, responsabilité et liberté. Donnant sa cohésion au groupe, ces valeurs permettent également à Royal Canin de continuer de gérer son business de façon autonome en toute confiance. Et si, chez Mars, un collaborateur est appelé « associé » et se trouve amené à donner chaque année son point de vue personnel sur la marche de l’entreprise et ses conditions de travail, ce ne sont pas que des mots puisque le groupe arrive troisième en France du désormais célèbre classement « Best place to work ».

 

« UNE SUCCESS-STORY EXEMPLAIRE »
« L’exemplarité de la réussite de Royal Canin tient au fait qu’elle est autant humaine qu’économique, explique Christian Vignaud qui a lui-même rejoint l’entreprise il y a 16 ans. Alors que nous sommes largement leader, et depuis longtemps, l’innovation et la croissance demeurent le coeur de notre ADN. Nous avons très fortement innové sur le segment de la nutrition- santé en 1997 et cela reste LE grand virage de l’alimentation animale. Nous avions alors établi le fait que la santé de nos compagnons dépendait en grande partie de leur alimentation, et ce, exactement au moment où dans les pays développés chiens et chats devenaient de véritables membres de la famille. Et comme nos équipes sont elles-mêmes réellement passionnées par les animaux et que nous fonctionnons non pas en grande distribution, mais à travers un réseau de spécialistes, cela constitue un vrai plus. En forte croissance sur les BRICS et même sur un marché plus mûr comme les Etats-Unis, nous parvenons encore à grandir en Europe. 90 % de notre CA étant aujourd’hui réalisé à l’international, j’avoue sincèrement être un tout petit peu fier quand même de retrouver Directeur Général en Chine ou en Russie des jeunes parfois entrés chez nous comme stagiaire…»

 

« LE MANAGER ? UN FACILITATEUR ! »
Après un début de carrière dans la grande distribution, « le temps de me rendre compte que ce n’était pas mon aire de jeu personnelle », Christian Vignaud passe 10 années chez Thomson puis Sauter où, entré commercial, il finit directeur de la marque et se montre particulièrement attentif au développement des réseaux de distribution spécialisée. Devenu ensuite Directeur Commercial & Marketing chez Père Dodu, on lui propose la Direction Générale de Royal Canin et c’est à ce moment, pour acquérir une vision plus globale de l’entreprise, qu’il décide de passer par la case Exécutive MBA d’HEC. « Je n’ai jamais autant bossé, mais qu’est-ce que je me suis enrichi ! On travaillait sur des cas concrets, en groupe principalement, avec des participants d’origine très diverses, ce qui ne manquait pas de créer des frottements et tensions qu’il nous fallait dépasser pour avancer. Ce qu’on faisait bien sûr et qui créait entre nous une vraie cohésion, une dynamique. » Armé de ce nouveau bagage, Christian Vignaud peut, à la direction de Royal Canin, se livrer tout entier à la facette préférée de sa mission : le management des équipes. « Voir le manager comme un chef omnipotent que suivent docilement ses cadres me semble dépassé, ou tout du moins réservé à certaines circonstances. Je crois qu’aujourd’hui manager recouvre d’autres priorités. Comme celle de porter la vision que l’on a de l’entreprise et la répéter in-la-ssa-ble-ment ! L’expliquer et la réexpliquer sans cesse, à tous, car c’est elle qui donne un sens au travail et que de chacun a besoin de savoir pour qui et pour quoi il travaille. Et puis la notion d’un « manager-coach » me paraît tout aussi capitale : être équitable, certes, mais certaines personnes réclament toujours davantage d’attention que d’autres et il faut la leur accorder. Enfin, et c’est là un vrai virage, je crois que, dans son entreprise, le manager doit être un facilitateur, un lien. On n’est plus dans un modèle pyramidal, mais davantage matriciel, les expertises se multiplient et vont avoir tendance à séparer les gens. Amener mes collaborateurs directs (huit directeurs) et toutes leurs équipes à travailler ensemble représente donc une de mes missions essentielles, et je m’y emploie de mon mieux. »

 

« Think global,
act local illustre parfaitement
notre stratégie »

« SOYEZ INTERNATIONAUX ! »
« Une fois que l’on a partagé sa vision à tous les niveaux : commercial, services, logistique, etc. et donné à chacun les moyens de se développer mais aussi de travailler avec les autres, une bonne partie du travail de manager est faite et l’on peut prendre du recul pour juger la cohérence de sa stratégie sur le long terme »… Et recevoir les candidats à l’embauche ! De fait, Royal Canin recherche avant tout des profils liés au développement commercial, mais aussi des gens ayant des compétences sur le web, des vétérinaires et ingénieurs agronomes bien sûr, pour renforcer la qualité des produits proposés. Des produits dits « pondéreux » qui réclament donc une logistique particulière. Mais le cursus n’est pas tout. Outre un réel intérêt pour les animaux, la personnalité compte beaucoup chez Royal Canin où on lutte tout autant contre l’uniformisation des équipes que des produits. « Parce qu’elle fonde la richesse même de nos équipes, nous recherchons la diversité des expériences. Lire sur un CV que la personne a essayé diverses pistes, pris des initiatives, mené des projets et, naturellement, s’est ouverte à l’international, est très apprécié. Etudes, stages, emplois ou même simple voyages de découvertes à l’étranger durant sa césure deviennent, dans le village global actuel, non plus de « petits plus », mais des atouts fondamentaux ; tout comme la pratique de l’anglais faut-il le préciser. Royal Canin donnant par ailleurs à ses cadres l’occasion de découvrir bien d’autres langues et tout autant de cultures… »

 

PASSION
« Je suis assez investi dans l’APM, l’Association Progrès du Management qui regroupe quelques milliers de dirigeants passionnés par l’innovation dans le management, mais je consacre également du temps à la Fondation Sup de Co Montpellier, excellente école qui à travers cette structure s’est donné pour mission d’aider un certain nombre d’étudiants français en difficulté et également des étudiants étrangers. J’ai enfin la chance d’habiter une région particulièrement belle, au nord de Montpellier, qui ouvre sur les Cévennes au gré de paysages magnifiques dans lesquels j’aime beaucoup randonner. »

 

DES CHIFFRES ET DES ÊTRES
Royal Canin France réalise un CA de 270 millions d’euros et emploie 480 personnes.
Le groupe Mars réalise, lui, un CA de 30 milliards de dollars et emploie 70 000 « associés »
dont 5 000 en France.

 

JB

 

Contact : www.royalcanin.com/carrieres