L’innovation est au coeur des métiers de Rio Tinto, un leader mondial du secteur des mines et métaux. Elle lui permet d’être à la pointe pour assurer la sécurité et la compétitivité de ses activités. Luc Demange (Centrale Lyon 84, MBA GEM 2013), nous parle de cet enjeu sous un angle bien spécifique…

 

 

Quel rôle avez-vous ?

Business Partner Health Safety Environment, je coordonne la stratégie et les initiatives globales au niveau de la Business Unit en vue d’assurer que chaque employé et sous-traitant rentre sain et sauf chez lui chaque jour et de limiter notre empreinte environnementale. C’est la priorité n° 1 chez Rio Tinto.
Au fur et à mesure de mon parcours dans le groupe, j’ai (re)découvert une vérité toute simple : « Pour avancer, il faut deux pieds ! ». Ainsi je travaille à déployer des systèmes, normes et outils qui encadrent la façon de bien faire les choses. Et surtout je vise à accroître l’engagement individuel, le leadership et la culture, sans lesquels les meilleurs outils restent inefficaces.
Coach auprès des leaders, je les aide à développer leur force d’entraînement et de conviction, à ne jamais se satisfaire du statu quo. Mon objectif est de faire comprendre à tous l’intention profonde pour assurer l’adoption durable des bonnes pratiques.

Véhicule automatique de transport d’anode. MAX TN © Propriété de Rio Tinto, toute copie interdite

Véhicule automatique de transport d’anode. MAX TN © Propriété de Rio Tinto, toute copie interdite

Quelles relations avec l’innovation ?

J’en vois plusieurs.
Mon unité d’affaire, Technology and Project Development, a mission à développer des technologies pour améliorer la compétitivité des usines du groupe Aluminium de Rio Tinto. Je dois m’assurer que, comme dans les usines, les activités au quotidien se déroulent sans incident, notamment l’exploitation des prototypes ou les tests de procédés. Ainsi faut-il sans cesse innover pour s’adapter à des situations originales.
D’autre part je m’efforce de promouvoir le concept de « HSE in design ». Il s’agit d’intégrer dès la conception les principes qui placeront nos solutions technologiques au meilleur niveau mondial au plan HSE comme pour la performance technique pure. Ainsi le processus d’innovation traite au plus tôt les attentes HSE pour garantir une implémentation sans retard des solutions mises sur le marché.
Enfin pour rester à la pointe en HSE, il faut toujours se benchmarker et innover, que ce soit sur les systèmes ou les approches comportementales.

Cuve électrolyse du LRF © Propriété de Rio Tinto, toute copie interdite

Cuve électrolyse du LRF © Propriété de Rio Tinto, toute copie interdite

Pour vous, quel est l’intérêt d’obtenir un double diplôme ?

Ingénieur, j’ai acquis un socle de connaissances techniques et de pratiques de gestion de projet qui sont clé pour un rôle au contact direct des opérations. Le MBA que j’ai passé en cours de carrière à Grenoble Ecole de Management (GGSB) m’a renforcé sur d’autres dimensions tout aussi essentielles pour guider la transformation culturelle au coeur des enjeux HSE, telles que : comportements organisationnels, leadership, gestion du changement, négociation, etc.

 

Quelle place pour des diplômés de GEM dans votre monde d’ingénieurs ?

Le groupe Rio Tinto propose au niveau mondial de multiples opportunités : marketing, vente, finance, achats, RH, communication…
Et c’est aussi vrai au coeur même de la « machine à innover » que constitue la Business Unit Technology & Project Development. Elle offre une place grandissante aux compétences venant d’autres horizons que les filières techniques, afin d’enrichir la vision managériale, notamment celle des processus d’innovation.

De ce point de vue les diplômés de GEM ont une carte majeure à jouer : celle d’une école qui se pose en leader dan

 

CHIFFRES CLÉS RIO TINTO (rapport annuel 2015) :
Chiffre d’affaires : 34,8 Mds $ (USD)
Underlying earnings : 4,5 Mds $
Nombre d’employés : 55 000 personnes dans plus de 40 pays

 

Contact recrutement : http://www.riotinto.com/careers-92.aspx