Ancien président de Cartier et de Richemont, membre du conseil d’administration de Compagnie Financière Richemont, Richard Lepeu, Sciences éco, IEP Paris 74, a participé activement à la refondation de Cartier et à la progression foudroyante de l’industrie du luxe. Une aventure collective internationale passionnante qu’il nous fait partager.

 

Une success story extraordinaire

Rejoignant Cartier en 79, Richard Lepeu a la chance de faire partie de l’équipe de refondateurs de l’entreprise et de participer à la progression foudroyante de l’industrie du luxe, portée par la recherche de la beauté et du bien-être. « C’est très gratifiant de participer à une success story de cette ampleur, d’en être acteur. J’ai eu la chance de vivre les différentes phases de cette aventure assez atypique. Nous avons parcouru le monde, nous sommes devenus des internationauxDe 150, nous sommes passés à près de 30 000 personnes. Il y a en chacun de nous un côté Pygmalion qui permet d’offrir des opportunités aux gens, de les faire se développer, grandir, se réaliser.

 

Un rôle de coach

Si chaque membre de l’équipe a un rôle déterminé, « c’est collectivement que l’on gagne, ou pas ». Richard Lepeu compare son rôle à celui d’un coach, dont l’objectif est de créer la meilleure équipe possible, un collectif, composé d’une diversité de talents, d’identifier les forces et faiblesses de chacun, de maximiser les forces et de les faire travailler ensemble. Pour motiver les gens, il faut être inspirant, leur donner une vision, les responsabiliser : « ma réussite personnelle a toujours été liée à la qualité des équipes . »

 

Une culture d’entrepreneuriat et de passion

Malgré sa taille, Richement a gardé un esprit entrepreneurial, avec des patrons responsables de la réussite économique de leur unité. Autre facteur de succès du Groupe : « la culture de passion pour les marques, car on ne fait bien que ce que l’on aime. » Richemont est composé de Maisons prestigieuses indépendantes – maisons d’horlogerie et de joaillerie plus que centenaires et maisons de mode et accessoires -, qui ont survécu à de nombreuses crises et guerres. Chacune a gardé son identité, son ADN et son organisation, les fonctions non stratégiques étant sous traitées, ce qui donne lieu à un pilotage permanent entre les équipes de Richemont et celles des Maisons.

 

Laisser la création s’exprimer

« Si tout le monde a son rôle à jouer, sa partition, on n’est rien sans le produit, qui va guider la création et déterminer le succès ou l’échec de l’entreprise. » Pour Richard Lepeu, il est important de laisser les créateurs s’exprimer, de créer des environnements propices à la création. « Au service de la Maison, ils respectent son histoire, s’en inspirent et continuent à l’écrire. Il y a sans arrêt ce dialogue entre le passé et l’avenir. Pour nourrir la création, il faut des gens cultivés, qui aiment l’art. » Cartier a présenté son exposition « Cartier in motion », conduite par Sir Norman Foster, l’un des architectes les plus influents des dernières décennies, au Design Museum de Londres.

Mon message aux étudiants :

  • Détecter les secteurs d’avenir
  • Mettre très vite un pied dans l’entreprise. C’est en découvrant le monde de l’entreprise qu’on l’apprivoise, qu’on y trouve son inspiration, peut être aussi sa vocation
  • Saisir sa chance et saisir les opportunités
  • Capitaliser sur ses forces, minimiser ses faiblesses
  • S’adapter à son environnement, observer, regarder

In fine, le travail doit être aussi une façon de se réaliser, on en a besoin pour vivre, pour se réaliser soi-même, pour nouer des relations avec les autres, pour créer de la valeur ajoutée ainsi que des opportunités.

Chiffres clés : Effectif : c. 30 000 personnes / CA ‎: ‎c. 11 Mds €

Contact : richard.lepeu@richemont.com