« Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » Voilà une question que l’on a tous posée, un jour, à notre jeune entourage. Et si la réponse est : construire un pont sur une vallée infranchissable, fabriquer une belle voiture, trouver de nouvelles énergies, inventer l’informatique de demain voire créer une entreprise, alors votre interlocuteur se destine à une carrière d’ingénieur ! Décryptage de ce métier d’avenir à travers l’exemple du réseau Polytech qui forme près de 10 % des ingénieurs en exercice.

Nous venons de l’évoquer, le métier d’ingénieur peut prendre des formes très différentes, dans des secteurs d’activité variés. Mais un dénominateur commun s’impose en France : le diplôme d‘ingénieur. Celui-ci est spécifique, il doit être reconnu par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) qui garantit sa valeur. Le réseau Polytech le délivre ainsi dansplus de 80 spécialités différentes, toutes habilitées par la CTI, couvrant quasiment tous les domaines d’activité.

 

Comment intégrer une école d’ingénieurs ?
La première possibilité est d’accéder, directement après un bac S à un « cycle préparatoire intégré » comme le Parcours des écoles d’ingénieurs Polytech (Peip). L’admission dans ce parcours se fait via le concours Geipi- Polytech (www.geipi-polytech.org) auquel vous pouvez vous inscrire sur le portail Post Bac, de janvier à mars (1 550 places). Après deux années d’acquisition de bases scientifiques et de découverte des différents domaines d’ingénierie, le parcours validé ouvre de droit un accès à l’une des formations d’ingénieur dans les treize écoles* du réseau Polytech, en fonction des choix et des classements des élèves. Autre voie possible pour devenir ingénieur Polytech, les classes prépas. En 2012, le réseau Polytech offre 1200 places aux élèves des différentes classes préparatoires scientifiques principalement dans le cadre du concours commun Archimède (www.archimede-groupe.org). Enfin, vous pouvez intégrer une école d’ingénieurs après un premier cycle universitaire scientifique (DUT, L2, L3). L’admission se fait alors sur dossier et entretien (préinscription sur www.polytech-admission.org).
Par ailleurs, une vingtaine de spécialités d’ingénieur sont ouvertes à la voie de l’apprentissage au sein du réseau Polytech.Une fois admis au sein du cycle ingénieur Polytech, la formation dure trois ans au cours desquels enseignants-chercheurs et professionnels dispensent une solide formation scientifique. Vous ferez également de nombreux stages et réaliserez de vrais projets industriels : prototypage d’une maison solaire autonome, réponse à un appel d’offre pour la construction d’une tour de 35 étages, conception d’un véhicule, mise au point d’une nouvelle texture alimentaire… L’ingénieur n’échappe pas aux effets de lamondialisation et les écoles Polytech encouragent les élèves à partir à l’étranger, pour un stage ou un séjour académique, afin de les préparer à un environnement de travail international. Grâce aux nombreux accords de coopération existant dans leurs universités de rattachement et aux entreprises partenaires (Total, Schneider Electric, Bouygues construction…), les écoles Polytech offrent de nombreuses possibilités de départ, autant académiques qu’industrielles oude recherche.

 

Et après ?
Comme le confiait au réseau Polytech Stéphane Dahan, directeur du développement des ressources humaines chez Altan, « on aura toujours besoin d’ingénieurs ». Et ce d’autant plus dans une société où les enjeux technologiques et industriels sont tout aussi nombreux que vitaux : énergie, développement durable, santé, transport… Dans ce contexte, les ingénieurs Polytech, dotés d’une formation qui les rend rapidement opérationnels et qui les prépare à s’adapter à un environnement sans cesse en mutation, n’ont aucune difficulté à trouver un emploi : de 75 à 80 % des diplômés trouvent un emploi en moins de 6 mois suivant leur sortie pour un salaire de 33 000 euros brut annuel en moyenne.

 

Une idée fausse : ingénieur, ce n’est pas un métier pour les filles
Si, en moyenne, 17 % des ingénieurs sont des femmes, elles représentent aujourd’hui 26 % des ingénieurs de moins de 30 ans. La situation évolue rapidement, tant mieux ! Elles sont plus fréquemment employées dans le secteur tertiaire, les industries agro-alimentaires et le secteur para-agricole que les hommes. Mais l’industrie et le bâtiment leur sont aussi ouverts à l’image d’Angélique Bargeot- Saïd, ingénieur essais mécaniques chez Assystem, ou d’Anne Guyader, ingénieure d’affaires chez Spie Fondations, toutes deux diplômées Polytech. Avec 30 % d’élèves ingénieur filles, le réseau Polytech se mobilise pour battre en brèche cette idée fausse, notamment en développant des partenariats avec des associations comme « Elles bougent ».

 

En chiffres
13 écoles d’ingénieurs publiques
3 types de formation : initiale, par apprentissage, continue par alternance
13 700 élèves dont 10 000 élèves ingénieurs,
1 100 apprentis ingénieurs et 2 600 étudiants en PeiP (Parcours des écoles d’ingénieurs Polytech)
58 000 ingénieurs en activité
1 800 stages ou séjours d’études à l’étranger par an doctorants
125 laboratoires ou équipes de recherche associés aux écoles

 

* Les treize écoles
Annecy-Chambéry – Clermont-Ferrand – Grenoble
– Lille – Lyon – Nantes – Nice-Sophia – Marseille
– Montpellier – Orléans – Paris-Sud – Paris- UPMC – Tours

 

Plus de 80 spécialités dans 5 domaines scientifiques
* Biotechnogies, Agroalimentaire, Prévention, Ingénierie pour la santé
* Environnement, Aménagement, Génie civil, Développement durable
* Energie électrique, Systèmes électroniques, informatiques et optiques
* Mécanique, Energie, Matériaux, Mécatronique
* Informatique, Modélisation mathématique, Gestion


www.polytech-reseau.org www.geipi-polytech.org
www.archimede-groupe.orgwww.polytech-admission.org