Le concours Sésame vous donne rendez-vous mercredi 8 avril 2020 pour une session mondiale unique. Intégration de 7 nouvelles écoles et de 8 nouveaux programmes, calendrier aligné sur ParcourSup, épreuves remodelées et nouvelle identité visuelle : celui qui se veut leader des concours business schools voit les choses en grand pour 2020.

 

C’est en plein cœur du Collège des Bernardins (Paris 5e) que les directeurs et directrices des 14 écoles membres du Concours Sésame ont annoncé les grands enjeux de la banque d’épreuves pour l’année prochaine. L’occasion pour Vincenzo Vinzi, président du concours et DG de l’ESSEC de rappeler, en introduction, que l’excellence « est et restera le pilier principal de Sésame ». Les écoles membres font en effet toutes partie de la CGE, sont habilitées par la CFEDG et sont titulaires d’accréditations internationales.

La famille s’agrandit 

Pour la session 2020, 7 nouvelles écoles viennent ainsi rejoindre la « famille Sésame », comme aime à l’appeler Jean Audouard, DG de l’ESCE et membre du Bureau du concours. 14 business schools font désormais partie de cette banque d’épreuves qui s’enrichit en parallèle de 9 nouveaux programmes visés à bac+4 et bac+5 : Bachelors bac+4 de Skema, emlyon business school et Y Schools et les Programmes Grande Ecole (PGE) de l’EMLV, EBS, PSB et TEMA de NEOMA BS.

« On ne s’élargit pas pour le plaisir mais pour répondre à notre mission vis-à-vis des étudiants et de leurs familles. Sur un marché des business schools très dense et hétérogène, Sésame a un rôle clé de transparence et  de clarification auprès de ses candidats », précise Vincenzo Vinzi. Avec 7 816 candidats en 2019 (soit + 11 % par rapport à 2018), le concours s’enorgueillit d’ailleurs d’une croissance assez unique.  

>>> Découvrez l’interview Flash de Vincenzo Vinzi, DG de l’ESSEC et président du concours Sésame

Et si on en restait au dossier ?

Un concours, pour quoi faire ? A ceux qui proposent un système de sélection 100 % sur dossiers, calqué sur le modèle des prépas, Delphine Manceau, DG de NEOMA BS et membre du Bureau de Sésame, apporte une réponse sans équivoque. « Nous sommes attachés aux épreuves. Seule façon d’évaluer tous les candidats de la même façon, quel que soit leur niveau antérieur. D’où qu’il vienne, un candidat doit pouvoir être évalué à un moment donné de façon équitable et comparable à tous les autres. Un principe auquel nous tenons, tant à l’écrit qu’à l’oral et nous maintenons le cap. »

Do you speak ParcourSup ?

Après un report d’un an, Sésame se voit aujourd’hui au  pied du mur de ParcourSup. Une intégration qui passe d’abord par un alignement des calendriers, une gageure pour le concours qui a dû réduire par deux ses délais habituels. Un défi d’autant plus grand qu’il est le seul concours à proposer à l’ensemble de ses candidats une session unique partout dans le monde.

Il lui a également fallu travailler sur le format des épreuves. Sur la base d’une phase de test lancée lors de la dernière session, les épreuves de langues se passeront en tout QCM en 2020. L’épreuve Analyse-synthèse, épreuve phare depuis 25 ans, sera aussi complètement revisitée afin d’en optimiser les temps de correction. Elle se déroulera donc désormais en deux parties : une analyse et des questions de connaissances générales en lien avec les enjeux contemporaines. Là encore, le tout QCM sera de mise.

En plus des notes reçues aux épreuves, la note finale ouvrant accès aux oraux sera complétée par une évaluation prenant en compte les notes de Première et de Terminale, les notes du Bac de français et les appréciations reçues en cours de scolarité. Pour les candidats sélectionnés, direction ensuite les oraux qui se dérouleront sur 2.5 à 3 semaines à partir de mi avril. Chaque école organisera et gèrera ses propres épreuves, qui pourront ainsi différer d’un établissement à un autre. Un système de vidéo pourra être mis en place pour les candidats hors Métropole.

Une nouvelle identité graphique

Porté par la signature « Start yout future here », le concours Sésame se dote cette année d’une nouvelle identité visuelle. « Une identité qui se veut puissante, moderne et fédératrice. Elle incarne le sérieux et la sélectivité du concours », conclut le président de Sésame.