Montée fulgurante dans les classements, hausse des effectifs… Rennes School of Business est inarrêtable ! Avec son nouvel axe stratégique 2018-2023 centré sur le #UnframedThinking, l’école entend former des managers plus ouverts et vise désormais le top 10 des business schools.

 

En 28 ans d’existence, Rennes School of Business a su s’imposer comme un acteur important parmi les business schools françaises. Indépendante financièrement, tournée vers l’international avec des cours en anglais et un taux de 53 % d’étudiants étrangers, l’école souhaite renforcer son attrait vis-à-vis de l’international.

Ouverts sur le monde et ses transformations

Désormais, Rennes SB entend façonner des managers multiculturels, prêts à affronter les mutations de la société. « Ce que les étudiants apprennent aujourd’hui ne reflète pas la réalité du monde du travail dans 20 ou 30 ans », explique François Chatel, Président de Rennes School of Business. « Les soft-skills, c’est dépassé ! Il faut former des managers capables d’échanger et de prendre des décisions avec des collaborateurs situés en Chine, aux États-Unis ou au Moyen-Orient. »

L’incertitude est également un facteur clé auquel l’école souhaite préparer ses étudiants. « Nous voulons créer un système éducatif qui ne répond pas aux attentes de nos élèves aujourd’hui, mais à leurs besoins tout au long de leur vie professionnelle. C’est pourquoi nous transformons nos locaux pour créer un campus smart, plus centré sur les espaces de vie et sur l’expérience étudiante », complète François Chatel.

À l’assaut du Top 10

Pour continuer à grimper dans les classements, Rennes School of Business prévoit une hausse de son budget et de ses effectifs (passant de 4 500 à 7 000 étudiants).  Une volonté affichée :  recruter plus d’élèves étrangers, pour favoriser le multiculturalisme. Cette stratégie s’articule autour de trois chantiers : les nouveaux territoires de demain, les nouveaux territoires du monde et les nouveaux territoires pédagogiques.

Pour former des managers prêts à affronter les mutations de la société, l’école mise sur ses quatre grandes forces : Thriving Through Complexity, Data Driven Economy, Green, Data & Demand Driven Supply Chain Management, Agri(o)Business. Pour la business school, la préparation à un monde en plein bouleversement passe également par des partenariats. Parmi les grands projets de l’institution : des masters hybrides, un laboratoire de recherche commune en Agri Finance avec l’INRA et Agrocampus Ouest, ainsi qu’un nouveau bâtiment qui héberge un incubateur et le Research.Lab de Rennes SB.

Plus d’infos sur les partenariats de Rennes School of Business :

IMT Atlantique et Rennes School of Business renforcent leur partenariat dans les domaines de la formation, de la recherche et du soutien à la création d’entreprises

Former LES étudiants du monde

Thomas Froehlicher, DG de Rennes School of Business School

Pour diplômer des élèves toujours plus tournés vers l’international, Rennes School of Business s’appuie sur le multiculturalisme. « Cette école se différencie par son niveau d’internationalisation. Nous comptons près de 91 % de professeurs internationaux et de nombreux cours en anglais. Nous voulons aller plus loin dans ce qui fait notre force. L’engagement, que nous prenons de ne pas avoir plus de 20 % d’étudiants d’une même nationalité dans une classe, nous permettra d’avoir une richesse multiculturelle », précise Thomas Froehlicher, DG de Rennes School of Business.

Et ce n’est pas tout ! L’école va également permettre à ses partenaires de s’implanter au sein de son campus. Dès septembre 2019, l’école verra l’arrivée des étudiants d’INSOFE, une école d’ingénieur Indienne et de ZUEL, l’Université de Droit et d’Économie de Zhongnan (Chine). Rennes School of Business imagine déjà des parcours hybrides pour les futurs ingénieurs et travaille même sur la création d’un Institut Sino-Européen spécialisé en Audit et en banque (prévu pour 2019 également).

Côté pédagogie, Rennes School of Business fait le plein de nouveautés : recrutement via ECRICOME à partir de la rentrée 2020, création de nouveaux espaces pédagogiques, nouvelles méthodes d’apprentissage via des pop-up courses ou des crash courses, enrichissement du corps professoral avec la création d’une nouvelle fonction Associate Dean for Learning and Teaching…

Ainsi, l’école se donne les moyens de son ambition. Un pari payant ? Rendez-vous pris en 2023 !