Créé en janvier 2011, Pro Bono Lab a 4 grandes missions : sensibiliser les étudiants et professionnels au pro bono, accompagner gratuitement les associations grâce à des projets de conseil réalisés par des équipes de volontaires qualifiés, conseiller les entreprises, et partager le savoirfaire ! Une ambition : évoluer vers un monde où les citoyens, les entreprises et les associations oeuvrent main dans la main pour la progression de l’intérêt général. (www.probonolab.org )

Yoann Kassi-Vivier

Yoann Kassi-Vivier

Vous faites partie des 3 co-fondateurs de Pro Bono Lab, comment vous est venue l’idée ? Quelle a été votre démarche ?
« Lorsqu’Emilie Vuillequez, Antoine Colonna d’Istria et moi-même étions étudiants à HEC Paris, nous étions tous les trois très engagés dans la vie associative de notre école, et particulièrement au sein des bureaux de solidarité. Le potentiel de développement du mécénat de compétences nous a toujours semblé important. C’est suite à un voyage de six mois aux Etats-Unis, pendant lequel Antoine et moi avons travaillé comme bénévoles, que nous avons découvert le concept de marathon : plusieurs heures de travail intense, en groupe, dont l’objectif est de répondre à une problématique de l’entreprise, développer un projet… Nous avons donc choisi d’importer le concept en France. De là sont nés les Marathons Probono. Aujourd’hui nous travaillons avec de grandes entreprises à qui nous vendons le concept de Marathons Probono. »

 

Si vous deviez déterminer dans quoi réside précisément l’innovation de Pro Bono Lab (le concept, les méthodes, les moyens, les intervenants…) ?
« C’est avant tout une innovation de méthodes qui réside dans l’application du concept de Marathon. Ce qui est novateur, c’est cet engagement au sein d’une équipe dans un temps très court, pour participer à un projet de conseil faisant appel à un coeur de métier et des compétences très spécifiques. Nous avons créé un évènement qui s’articule autour du projet créatif ou entrepreneurial. Aujourd’hui on tend vers une industrialisation du monde de l’intérêt général. »

 

Pouvez-vous illustrez votre démarche à l’aide d’un cas concret ?
« Il y a environ un an et demi, nous avons été contactés par le Mouvement de Réinsertion Sociale, une association qui a pour vocation d’accompagner les sortants de prison, à un moment où deux antennes de leur association allaient devoir fermer faute de bénévoles. C’est le groupe Accenture (avec qui nous avons établi un partenariat) qui nous a accompagné dans cette aventure. Pendant deux jours, des membres d’Accenture ont présidé le Marathon que Pro Bono Lab avait mis en place pour le Mouvement de Réinsertion Sociale, et ensemble nous avons élaboré un plan de recrutement de bénévoles afin que l’association puisse perdurer et se développer. Plus tard nous nous sommes également penchés sur leur plan de communication, leur modèle économique, et aujourd’hui nous repensons leur site internet. Chaque intervention a été faite dans le respect du cahier des charges de l’association, et ces mesures ont permis la consolidation du MRS. »

 

Focus sur Campus Probono : une double mission !
Du 25 avril au 31 mai, 6 Marathons Probono se sont successivement organisés à : HEC, Grenoble Ecole de Management, EMLyon Business School, ESSE C, ES CP Europe et Sciences Po Paris. Cet événement a rassemblé 200 étudiants, 100 salariés, et 50 responsables associatifs. Les heures de conseils gratuits (en communication, marketing, RH ou web…) ont profité à 30 associations d’intérêt général. L’enjeu de Campus Probono était également de permettre une mise en relation entre le monde étudiant, celui de l’entreprise et des associations. Ces Marathons ont également été propices au rapprochement et au partage des compétences de chacun et au développement de leur réseau respectif. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur le site de l’événement : www.campus-probono.fr

 

Anne-Sophie Mathieu