10 pages par jour. C’est la production quotidienne de J.R. dos Santos. Le journaliste est un auteur discipliné et très prolixe de 18 romans. Loin du mythe de l’écrivain bohème, il travaille ses sujets dans le détail et avec une rigueur toute scientifique. Passionné d’histoire et de langues anciennes, l’homme est fan de technologies et de sciences mais aussi de mystères religieux. Ce cocktail détonnant a accouché d’un auteur hybride, un écrivain du 3ème type.

 

Présentateur vedette du 20 heures sur la 1ère chaine portugaise RTP depuis 27 ans, le journaliste a plus d’un atout dans sa manche. Reporter de guerre, enseignant en journalisme à l’université de Lisbonne durant 25 ans, il mène une seconde vie. Il est aussi un écrivain à succès, auteur de page turner à l’américaine. Ses ouvrages du genre « mystère réel » tels qu’il les qualifie lui-même, se vendent par millions à travers le monde. Dans son dernier ouvrage Signe de vie, son héros et alter ego fictionnel Tomás Noronha, historien et cryptologue, quitte le plancher des vaches. Il va contribuer à résoudre l’un des grands mystères scientifiques et humains : Sommes-nous seuls dans l’univers ?

Hyperactif

« Je n’écris que lorsque j’en ai envie, le problème c’est que j’ai toujoursenvie de prendre la plume ! » témoigne un grand sourire aux lèvres J.R. dos Santos. On comprend mieux comment il a pu publier 18 romans depuis 2002 tandis que 3 autres sont déjà prêts à passer sous presse ! Sa philosophie d’écrivain lui a été inspirée par Bouddha « Une façon de vivre sans travailler, c’est de faire ce que l’on aime ».

Et le journaliste, longtemps reporter de guerre, aime beaucoup de choses. C’est un passionné d’histoire, de langues anciennes, de mystères religieux, de sciences, de technologies … Fils d’expatriés dans les anciennes colonies portugaises, J.R. dos Santos est né au Mozambique. Il découvre sa vocation de journaliste à 15 ans à Macao. « Dans le système scolaire portugais nous passons des tests pour découvrir quel métier est fait pour nous. J’avais le choix entre architecte, pilote de chasse ou journaliste 🙂 A l’époque les maths n’étaient pas mon truc, j’ai opté pour la dernière solution. Et j’ai commencé à travailler dans une radio en parallèle de mes études. »

Réconcilier sciences et littérature

L’écrivain réussit à réconcilier sciences et littérature. Sa recette ? Un style dual mêlant imagination et production romanesque avec contenu riche et fouillé. C’est ce qu’il appelle le mystère réel. « J’imagine un mystère et mon héros le résout sur la base d’une analyse scientifique réelle. » La partie fictionnelle use des codes habituels qui font le succès des page turner : espionnage, polar, amour. « Le mystère est toujours issu du réel, et étayé par les apports de la science. Durant mon doctorat en communication et journalisme, j’ai pris l’habitude mener des recherches, de consulter de la documentation scientifique » raconte le docteur Dos Santos. Son insatiable curiosité intellectuelle a fait le reste.

Il mène ses recherches tel un scientifique et fait valider ses théories et explications par des chercheurs. « C’est important que mes romans soient plausibles au plan scientifique mais pour autant j’écris toujours finalement ce que je veux ! Si un scientifique ne valide pas mes explications, si j’y tiens je les maintiens. »

Au service de la vérité

« L’enjeu derrière mes romans est toujours la connaissance. » J.R. dos Santos tient à transmettre de l’information, du contenu, tel un journaliste. « Lire n’est pas seulement un passe-temps, un moment de détente et d’amusement. Mes lecteurs apprennent autant que moi durant mes recherches préliminaires. » J.R. dos Santos aime plus que tout les films basés sur des faits réels. « Tout le monde est comme moi, partir de la réalité interpelle. Mes histoires sont donc au service de la vérité. »

Cliffhanger & story telling

Le style catchy, les techniques d’auteur à succès, sont les outils pour capter et ferrer ses lecteurs. L’homme est un fan d’Hergé. « Ses premières BD étaient publiées dans un hebdomadaire. Pour garder le lecteur en alerte et le conduire à attendre impatiemment la revue de la semaine suivante, il terminait ses planches par un suspense, une question. C’est la technique que les américains appellent le cliffhanger. » C’est aussi une technique qu’il utilise en tant que présentateur vedette du 20 heures. Il raconte une histoire. « Lorsque nous sommes en direct, je scénarise mes lancements, prévenant que dans 15 minutes tel invité sera présent, telle info tombera. » Alors qu’il travaillait pour la BBC à Londres, J.R. dos Santos a suivi un  cours de scénariste. « Nous avions obligation de suivre un cours sur un domaine qui nous était étranger. Cela a été très instructif. »

Des essais déguisés en romans

L’agent littéraire américain de dos Santos lui a dit un jour « On peut penser ce que l’on veut des auteurs à succès, mais chacun a apporté quelque chose de nouveau ». Le plus de l’écrivain portugais, « ma voix personnelle », c’est de produire des essais déguisés en romans. Il passe la science, les découvertes, la philosophie, le religieux avec beaucoup d’intensité grâce à l’habillage fictionnel et romanesque. Le mélange fiction/réalité/sciences cartonne. Les lecteurs de dos Santos, les critiques littéraires, vont même jusqu’à googleliser ses dires pour vérifier ses démonstrations scientifiques !

Retour vers le futur

Nous vous parlerons peu de son dernier roman, Signe de vie. Car il faut le lire ! Thriller scientifique, avec son double littéraire aux manettes, dos Santos nous emmène sur la piste d’une vie extra-terrestre. Tomás Noronha embarque avec une équipe d’astronautes pour une aventure plus scientifique que future.

L’auteur a décrypté les technologies et rêves fous des transhumanistes. « Aux débuts de l’Humanité les progrès étaient très lents. Au moment où la civilisation arrive à un certain niveau de développement, les choses s’emballent. Le transhumanisme est déjà là et dans 500 ans, l’Humain sera autre chose qu’un simple Humain. Un jour nous pallierons à la dégénérescence des neurones en uploadant nos souvenirs et connaissances. »

En lisant Signe de vie, vous apprendrez de nouveaux concepts tels que l’écophagie et la vie post biologique. Car selon dos Santos, « l’avenir de la vie est dans la technologie ! »

Il a teinté son analyse de son admiration pour les travaux de Stephen Hawking, et notamment sa mise en garde « de ne pas attirer l’attention, car s’il y a plus puissant que nous dans l’univers, dans ce cas nous serions annihilés… ».

Métaphysique

Il analyse aussi les conséquences philosophiques de la science. « On en revient au grand débat sur ce qu’est la vie : un hasard ou une nécessité ? Si notre vie est un accident, elle n’a aucun sens. En revanche, si elle est une nécessité cela change tout. La vie s’inscrit alors dans les lois de la Nature. S’il y a une intention derrière la vie, de qui en est-ce l’intention ? »

L’auteur tire sa conviction de l’existence d’une vie extra-terrestre d’une expérience menée sur mars en 1970. « Ils ont trouvé de la méthanisation, c’est-à-dire un signe de vie. Cela n’a pas été annoncé alors. En juin 2018, les rovers américains Curiosity attestaient aussi de la présence sur Mars de molécules organiques complexes, autre signe de vie ! La vie microbienne est partout, nous en avons désormais la preuve au-delà de la Terre. »

Sommes-nous vraiment seuls dans l’univers ? J.R. dos Santos promet de dévoiler ce que nous cache la science…

Signe de vie chez HC Editions, mai 2018, 22€

Signe de vie chez HC Editions, mai 2018, 22€

Auteur à succès

J.R. dos Santos est traduit dans 18 langues

En France, il a vendu plus d’un million de livres en six ouvrages de la saga de son héros Tomás Noronha

Son dernier opus Signe de vie clôt une trilogie autour de l’approche scientifique des questions métaphysiques avec la Formule de Dieu et La Clé de Salomon