Gilles Normand, (EDHEC 86), Directeur des opérations région Asie Pacifique, a engagé le Groupe Renault dans une opération séduction vers l’une des régions clé du marché mondial automobile. Rencontre.

Gilles Normand, (EDHEC 86), Directeur des opérations région Asie Pacifique du Groupe Renault

Gilles Normand, (EDHEC 86), Directeur des opérations région Asie Pacifique du Groupe Renault

En quoi consistent vos missions ?
Je gère l’ensemble des activités sur la zone Asie Pacifique qui rassemble les pays depuis le Moyen-Orient jusqu’à l’ensemble de la façade pacifique. Je suis responsable du chiffre d’affaires, de la part de marché, de la profitabilité et de l’image de marque du Groupe. Je suis localisé à Hong Kong où je dispose d’un état-major régional.

 

Quels sont les marchés à conquérir ?
La région représente environ 50 % du marché mondial automobile, pourtant Renault n’y réalise que 10 % de son chiffre d’affaires. Notre objectif est de parvenir à 20 % d’ici 2018. Nous sommes présents en Chine de manière marginale avec des véhicules importés. Nous attendons d’ici à la fin de l’année, l’accord du gouvernement chinois pour, avec notre partenaire DongFeng, deuxième acteur du marché automobile, pouvoir implanter un outil industriel en Chine. En Indonésie, nous avons un partenariat avec Indomobil, le deuxième acteur automobile du pays. Nous y commercialisons notre cross-over Duster en moteur Diesel qui sera assemblé localement avant la fin de l’année. Nous avons aussi annoncé la commercialisation de la Mégane RS (Renault Sport) et de Koleos qui représentent les valeurs de la marque en termes de sportivité (notre héritage en Formule 1), de confort de conduite et d’expérience du voyage. Notre ambition avant l’année 2016 : devenir la première marque européenne en Indonésie. Enfin, en Inde, nous avons conquis plus de 2 % du marché en deux ans.

 

« En intégrant une entreprise, il faut
avoir une grande capacité d’écoute
et être ouvert aux messages de ceux qui ont de l’expérience »

En quoi votre formation a l’EDHEC a-t-elle été déterminante dans votre parcours professionnel ?
Durant mes études, j’avais pris deux majeurs : chef de zone export et chef de produits industriels. J’avais déjà la volonté ferme de partir à l’international et de voir de nouveaux horizons. En maximisant ces deux majeurs, je me suis retrouvé chez Renault à la Direction Produit. Le produit automobile est très complexe et très riche. J’ai beaucoup appris en France avant de partir à l’étranger pour Renault dans un premier temps et ensuite dans le cadre de l’alliance Renault Nissan.

 

L’international est-il un passage obligé ?
Le monde économique est en pleine mutation et la croissance se fait clairement en dehors de l’Europe. Certes, l’Europe reste une puissance économique de premier plan, mais le business se situe davantage sur un scénario de défense. J’ai eu l’occasion d’être patron de Nissan en Espagne où il fallait lire les attentes des clients et les actions de la concurrence sur un marché saturé. À l’inverse, dans les pays émergents, il faut séduire les nouveaux clients qui accèdent à l’automobile. C’est un scénario de conquête et offensif. J’ai pris beaucoup de plaisir à aller à l’international. d’aller chercher des expériences à l’étranger.

 

QUELS CONSEILS
donneriez-vous aux diplômés ? Je suis entré chez Renault en 1988 et je ne me suis pas ennuyé une seule minute ! J’ai changé de poste régulièrement tous les deux à quatre ans. En intégrant le Groupe, je me suis rendu disponible pour régler des problèmes et contribuer le plus rapidement possible au développement de l’entreprise. Outre l’enthousiasme, un bon état d’esprit et la motivation, il est primordial d’avoir une grande capacité d’écoute et d’être ouvert aux messages de ceux qui ont de l’expérience. beaucoup respecté les cheveux gris à mon arrivée dans le Groupe Renault.

 

F.B.

 

Contact :
dominique.dumoulin@renault.com Directeur des RH Asie Pacifique • gilles.normand@renault.com