Communiqué de presse :

D’octobre à décembre 2016, plus de 10 500 étudiant.e.s ont répondu à la Consultation nationale étudiante (CNE) du REFEDD via le questionnaire «donnetonavis.refedd.org». Aujourd’hui, le REFEDD en publie le rapport détaillé.

 

 

Pourquoi une Consultation nationale étudiante ?

Elle a pour objectif de déterminer les rapports et pratiques entretenus par les étudiant.e.s de France en matière de développement durable et de comprendre leurs envies, besoins et attentes sur ces thématiques afin de porter haut leur voix auprès des acteurs.rices de l’enseignement supérieur.

Les recommandations et les avis des étudiant.e.s présentés dans ce rapport permettent enfin au REFEDD de développer les outils nécessaires au déploiement de projets associatifs étudiants.

 

Des étudiant.e.s conscient.e.s des enjeux climatiques actuels

Pour une grande majorité des personnes interrogées, le développement durable est considéré comme « une opportunité pour trouver des alternatives et des solutions aux crises actuelles ». Ces étudiant.e.s témoignent ainsi d’un intérêt pour les questions environnementales qu’ils intègrent au quotidien (tri et/ou réduction de leurs déchets, attrait marqué pour une consommation bio, locale et de saison) de même qu’une volonté à être formé.e.s pour consolider les bases de leurs savoirs sur la question du développement durable.

Cet intérêt est étroitement lié au sentiment d’urgence environnementale. Les étudiant.e.s ont en effet conscience des dangers de la situation climatique actuelle et apparaissent inquièt.e.s face aux conséquences que le changement climatique pourrait avoir sur leur avenir.

 

Le campus comme lieu d’apprentissage pour devenir acteur.rice du développement durable

Les résultats de cette Consultation font apparaître 2 tendances : d’une part, que les étudiant.e.s perçoivent le campus comme le lieu de formation qui leur permettra de devenir un.e acteur.rice du développement durable et, d’autre part, qu’une forte majorité souhaite intégrer les enjeux du développement durable dans leur futur métier.

Ceci dit, la vision qu’ont les étudiant.e.s de leur formation et de l’intégration du développement durable dans celle-ci, montre que plus de la moitié des répondant.e.s pensent qu’il n’est pas pris en compte, démontrant ainsi qu’il existe un décalage entre les envies des sondé.e.s et la réalité dans les campus.
C’est pourquoi le REFEDD propose plusieurs recommandations, disponibles en intégralité en deuxième partie du rapport et dans la synthèse.

REFEDD