3 questions à Frédéric Thivet, directeur adjoint et directeur de la recherche d’IMT Mines Albi

 

IMT Mines Albi promeut une recherche orientée, de quoi s’agit-il ?

Notre recherche est orientée au niveau scientifique vers les meilleurs standards internationaux. Mais surtout, elle vise des objectifs socio-économiques. Dès le départ nous identifions des partenaires pour nos projets de manière à ce qu’ils soient in fine utiles à la société et à l’industrie, répondent aux usages. IMT Mines Albi est attachée à aller au-delà de la production d’idées et de connaissances, en les concrétisant dans la société et dans les entreprises. Pour cela nous travaillons main dans la main avec des industriels, nos territoires, la société.

Est-ce difficile de faire entendre la contribution de la science au profit de la société ?

Il y a 30 ans c’était une évidence que la science est vectrice de progrès pour la société. Aujourd’hui, c’est moins le cas et chez certains l’évidence est même inverse ! Cela est en contradiction avec le fait que nous sommes tous utilisateurs d’objets développés grâce à la science fondamentale, aux technologies. En tant qu’établissement supérieur d’enseignement et de recherche, nous avons un rôle à jouer dans la prise de conscience de cela dans la société. Notre démarche tient aussi compte de l’interpénétration des sujets éthiques et scientifiques, par exemple cruciaux lorsque l’on parle santé et technologie, climat, agroalimentaire, etc. La dimension éthique et de diffusion de l’information scientifique et technique au plus grand nombre sont d’ailleurs des critères des candidatures aux appels d’offre européens.

Comment IMT Mines Albi diffuse-t-elle la culture scientifique ?

Au travers de manifestations qui engagent tant nos personnels que nos étudiants : Fête de la science, accueil de 1 000 lycéens par an dans nos laboratoires, Nuit européenne des chercheurs (speed dating avec des chercheurs, mini-conférences, pitch de thèses, expériences avec les enfants…, 2 000 visiteurs), Cordées de la réussite (depuis 7 ans 100 élèves engagés auprès de lycéens), conférences de grands noms de la science ouvertes au grand public, actions vis-à-vis des politiques. Ces contacts sont très riches. Les gens démystifient la science et s’avèrent bien souvent fascinés par ce que nous faisons. En montrant à quoi sert la science, nous contribuons à ouvrir les esprits de nos concitoyens, à l’évolution de la perception dans la société de ce qu’est la science. Ces échanges poussent nos chercheurs à la prise de recul, à s’ouvrir à d’autres points de vue sur leurs travaux, à garder contact avec le réel.

 

[SELFIE] La bonne note à tout prix !

Tuteur Privé, c’est LA plateforme qui démocratise le soutien scolaire d’excellence. Découvrez le portrait de son fondateur, François Fourmentin.

[selfie] Traqueur d’odeur

Doctorant à MINES ParisTech, Pedro Affonso Nobrega soutient une thèse sur l’élimination des mauvaises odeurs industrielles grâce au plasma. Explications.

Aux urnes, jeunes citoyens !

Audran Demierre, 17 ans, lycéen et fondateur de la plateforme citoyenne Le French Débat : la politique par et pour les jeunes.

[NOËL] Mes belles startups, reines de Noël

Vous n’avez pas d’idée de cadeau pour Noël ? Suivez le guide pour découvrir des jeunes pousses innovantes et promouvez le made in France ! Food, lifestyle, mode ou loisirs, retrouvez notre sélection

[SELFIE] Siham Meftahi, portrait d’une femme pour les femmes

Safe Eat est une entreprise sociale féminine initiée par Siham Meftahi, élève-ingénieure à Arts et Métiers Casablanca, et lauréate d’Ingénieuses 2018

Silence, cette jeune pousse !

En 3ème année à l’ISEP à Paris, cette étudiante a lancé sa ferme connectée au Cameroun début 2018. Rencontre avec une entrepreneure, la main sur le cœur.

Ma thèse en 180 secondes : doublé gagnant pour Grenoble en finale internationale

Philippe Le Bouteiller a remporté le 2ème prix du jury et le prix du public le 27 septembre dernier à Lausanne pour la finale internationale du concours Ma thèse en 180 secondes

Réfugié-entrepreneur

Réfugié soudanais de 28 ans, Motawakil Ali a pu se lancer dans l’entrepreneuriat grâce au programme Tremplin de l’université Paris-Dauphine.

Pour que les sportifs ne soient pas en RADS !

RADS, c’est le capteur connecté qui mesure les performances des sportifs de haut niveau (ou pas !). Romain Laurent présente l’innovation.

Rigg it !

Edgard Cros, étudiant en animation 3D à l’ESMA Montpellier, rigger hors pair : un profil qui a séduit le studio Illumination Mac Guff qui l’a pris en stage.