Après un deuxième tirage au sort sur Admission Post-Bac, 117 000 bacheliers se trouvent encore sans perspective d’avenir. Pourtant le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se veut rassurant. Nous avons recueilli le témoignage de deux bachelières, Lucie B. et Méline C. déçues d’APB.

 

Injustice, incompréhension. Voici ce que ressentent les deux lycéennes face au tirage au sort d’Admission Post-Bac. Lucie explique : « quand j’ai vu que je n’étais prise nulle part, je me suis dit que cela ne pouvait être vrai. Je ne comprends pas   comment on peut laisser des jeunes sans formation à la rentrée, tout ça à cause d’un algorithme ? »

 

« Les pastilles vertes garantissent une place à l’université »

Les deux étudiantes étaient pourtant prévenues : il faut mettre des vœux à pastille verte sur APB. Les choix qui portent cette vignette sont ceux où les élèves « sont garantis d’avoir une place » leur indique-t-on.

 

Manque de chance, Lucie a mis 3 vœux à pastille verte et n’a été prise dans aucune filière au premier tour d’APB. « J’étais sereine. J’étais censée être prise dans tous mes vœux. Dans l’une des licences dans lesquelles je me suis inscrite, on m’a dit aux journées portes ouvertes qu’il y aurait largement assez de place. Par conséquent je n’ai pas essayé de chercher ailleurs. »

 

Des résultats qui tombent à pic

Car oui, les résultats APB tombent une fois que les concours sont terminés et que les élèves ont fini leur année. « Les concours sont en mai et j’ai su qu’il fallait que je cherche autre chose le 8 juin. Il faudrait un délai entre les résultats sur APB et les dates de concours. », regrette Lucie.

 

Autre timing malheureux, les premiers résultats sont dévoilés pendant les révisions du Bac. Méline commente : « j’ai eu mes résultats avant de passer les épreuves du Bac et cela m’a dégoûté. Je n’avais plus envie de réviser mon bac ni de me réinscrire dans une nouvelle école. »

Lucie complète : « le 8 juin, j’étais déjà en révision de Bac, je ne voyais donc plus mes professeurs. Je devais me débrouiller seule. »

 

« Qu’on se rassure, il y aura de la place pour tout le monde »

Du côté du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, on se veut rassurant : « nous ne sommes qu’au 2e tour d’APB, il reste un 3e tour ainsi qu’une procédure complémentaire. Les chiffres sont donc à prendre avec précaution. Le ministère est au travail (…) pour permettre à chaque étudiant de trouver une place dans une des filières de ses choix. Par ailleurs, un travail a été mené sur les filières en tension (17 000). Le problème a été réglé pour 9 000. Les candidatures de ces lycéens feront l’objet d’une ventilation lors des prochains tours d’APB, puis avec les résultats du Bac. »

 

Lucie a réussi à obtenir son premier vœu au 2e tour d’APB. De son côté, Méline n’est pas rassurée et n’a toujours pas de formation pour la rentrée : « je vais essayer de trouver une autre école qui me permettra d’exercer le métier que je souhaite faire ou alors je m’orienterai dans un autre domaine pour l’année prochaine avant de revenir vers mon premier vœu. J’espère être acceptée dans une des écoles sinon je n’aurai aucun recours. »

 

Nous espérons donc que les 117 000 lycées en flottement après ce 2e tour trouveront vite une formation ! Pour découvrir des cursus où il est encore possible de postuler :

Recalés d’APB : où postuler ?