Pour charger les colis de leurs clients sur 400 vols chaque jour à Roissy, les collaborateurs de SoDExI doivent gérer les données liées aux mouvements de ces appareils en temps réel. Cela  représente 25 000 messages par jour ! L’informatique est la seule réponse possible à la performance de ce business. Entretien avec le commandant de bord de l’IT, Fabrice Noël. Par Alexandra Montfort

 

Les SI, une composante de la performance de l’activité de SoDExI ?

On n’imagine pas le nombre de mouvements que constitue le balai incessant des avions à Roissy. Nous nous appuyons sur ces vols passagers pour transporter les colis de nos clients. Autant dire
qu’ils ne sont pas prêts à nous attendre. Afin de savoir où ils seront garés et à quelle heure, nous sommes informés via une plate-forme de chacun de leurs déplacements. Nous avons donc  développé une application permettant de gérer et présenter ce flot de données de la manière la plus simple possible pour nos collaborateurs. C’est ainsi que l’informatique créé de la valeur.

Plus qu’un support, une force d’innovation produit ?

Toutes les applications et les outils que nous avons élaborés pour nos propres besoins, rencontrent un grand succès auprès de nos partenaires. Au lieu de leur vendre le simple transport de colis,  nous leur fournissons désormais des services informatiques.  A l’instar de solutions de  » track & trace  » permettant à nos clients de savoir en temps réel où en est la livraison, mais aussi une  plate-forme de dématérialisation des opérations douanières. Aujourd’hui la moitié des effectifs de la DSI est dédiée à ces nouveaux services digitaux.

On ne peut pas être DSI sans connaître l’entreprise sur le bout des ongles

Des solutions qui impactent les rapports humains ?

Il me semble qu’elles permettent de mieux faire collaborer toutes les strates de l’entreprise. Prenons l’exemple de notre outil de gestion de projet. Grâce à lui, nous pouvons être plus nombreux à interagir via des écrans interposés sans avoir besoin de passer par des réunions interminables en prenant en compte les agendas compliqués de chacun. Nous incluons plus facilement nos agents dont l’avis terrain est primordial sur des projets opérationnels, car la prise de parole est plus libre que lorsque nous les réunissions autour d’une table en présence de cadres voire d’autres directeurs. L’outil informatique dans ce cas précis rassemble et fluidifie les échanges.

Les valeurs du DSI de demain ?

Aujourd’hui tout tourne autour du système d’information de l’entreprise. Le risque N°1 lié à la cybercriminalité, à la sécurité, à l’obsolescence du système, c’est qu’il s’arrête. Le premier des engagements du DSI reste donc celui de la continuité de service. Il doit faire également faire preuve d’agilité et de souplesse, puisque toutes les décisions prises dans l’entreprise affectent le système d’information à petite, moyenne ou grande échelle. Il faut savoir répondre vite aux nouveaux besoins du métier en réduisant au maximum le  » time to market « .

Il a donc sa place au Comité de Direction ?

Absolument ! C’est même essentiel. La position du DSI entre en ligne de compte dans chaque décision stratégique. Rien ne sert au commercial de développer une idée si les SI ne peuvent pas  suivre. Et dans notre métier, le digital et la technologie font partie intégrante du business et de nos produits. C’est d’ailleurs ce qui le rend passionnant !

Contact : fnoel@sodexi.fr