Dix-sept ans et toujours la flamme. Direct eur Génér al d’HEC Paris depu is 1995, Bernard Ramanantsoa est profondément attaché à cette école qui a vu devenir l’étudiant brill ant qu’il était, se transformer en un enseignant passionné puis en un Directeur Général fasciné par une école en permanente effervescence. Mais quels sont les secrets de la longévité de «Rama» ? Portrait.

 

Bernard Ramanantsoa est Directeur Général d’HEC Paris

Bernard Ramanantsoa est Directeur Général d’HEC Paris

Apprendre à oser
Et si la réputation d’HEC est évidemment liée au rayonnement de ses représentants à travers le monde, la capacité de son Directeur à mettre en oeuvre des décisions audacieuses, prises en concertation avec la CCIP, n’y est pas non plus étrangère. Porté par la devise de l’établissement invitant ses étudiants à «Apprendre à oser», il compte en effet parmi ses plus belles réussites le renforcement de la recherche et le lancement de programmes inédits comme la majeure Alter Management. « Je suis également fier d’avoir pu accompagner la mise en place de la campagne de fundraising en 2008, en concertation avec la Fondation HEC. Lancer une telle campagne juste après la faillite de Lehman Brothers, il fallait le faire : la Fondation et son Président, Daniel Bernard, en ont eu le cran ! »

 

J’aime les élèves
d’HEC qui sont résolument «gifted» : multi facettes et toujours à 100
à l’heure, ils savent
tout faire !

L’incarnation d’HEC ?
A en croire cet ingénieur de formation sorti major de Supaéro puis de son MBA à HEC, la recette de son succès à la tête de l’école appartient à ceux qui l’ont nommé, la CCI de Paris aujourd’hui CCIR Paris Ile-de-France (organisme tutélaire de l’établissement) en tête. « Elle m’a laissé la chance d’avoir le temps de comprendre cette industrie que sont les business schools, d’appréhender le marché sur lequel elle évolue, ses concurrents et ses règles du jeu. Je ne suis pas sûr d’être le vétéran des Directeurs de business schools, mais une chose est certaine, je ne m’ennuie toujours pas dans ce boulot ! » Ainsi, malgré un CV impressionnant, un mandat d’une rare longévité et de beaux succès à la tête de l’école, Bernard Ramanantsoa ne se voit pas pour autant comme l’incarnation d’HEC. « Ses meilleurs vecteurs d’image sont ses professeurs et ses étudiants. Heureux, performants et brillants, ce sont eux qui font la réputation de notre école. »

 

Pour toujours un ancien
Directeur proactif et plein d’ambitions pour son école, Bernard Ramanantsoa n’en oublie pas pour autant qu’il en est aussi un ancien. Pour preuve, il suffit de voir la façon avec laquelle il n’hésite pas, non sans autodérision, à participer aux projets étudiants les plus drôles, dont ce fameux happening vidéo de la remise des diplômes 2012 où il jouait dans un remake du Roi Lion made in Disney. « J’aime ces élèves, résolument «gifted» : multi facettes et toujours à 100 à l’heure, ils savent tout faire ! Passer par HEC leur ouvre tous les champs des possibles : ils doivent avoir conscience de leur chance et capitaliser dessus. C’est même un devoir.» Est-ce à dire que l’un d’entre eux prendra le relais de Rama ?

 

HEC vu par Bernard Ramanantsoa…
L’étudiant.
« Ingénieur de formation, j’étais fasciné par cette école et ses professeurs. J’y ai découvert une pédagogie résolument axée sur les réalités de l’entreprise et ancrée sur un substrat théorique extraordinaire. »
L’enseignant.
« J’ai tout de suite été emballé par mes étudiants. Astucieux, dotés d’une réflexion rapide et d’un impressionnant sens du concret, ils sont formidables quel que soit leur programme. C’est d’autant plus saisissant lorsqu’on voit qu’en plus, ils savent ne pas se prendre au sérieux. »
Le Directeur Général.
« J’ai d’abord eu la confirmation que mes collègues professeurs sont définitivement bons. Capables de captiver des auditoires hétéroclites et de publier dans les meilleurs revues, ils mêlent recherche et pédagogie avectalent. J’ai aussi découvert cet attachement profond que les anciens ont pour leur école et la puissance extraordinaire que cela confère à HEC. »

 

La passion du sport
« Le sport, on n’en fait jamais assez : ce n’est pas pour rien si c’est une discipline obligatoirepour tous les étudiants de 1ère année. Passionné de voile et d’équitation, je suis plus qu’heureux de voir que j’ai transmis le virus à mes enfants. »

 

CW.

 

CONTACT : www.hec.edu