Dans un monde qui se divise, entre Brexit et conflits diplomatiques, les diplômés en sciences politiques ont toute leur place dans notre société contemporaine. Comment ces citoyens engagés et humanistes accompagnent-ils le monde et les entreprises ? Nos experts répondent !

 

Gabriel Eckert (c) Catherine Schroder – Unistra Strasbourg

Pour répondre aux enjeux diplomatiques d’un monde qui se divise et devient conservateur, les écoles en sciences politiques misent avant tout sur l’humanisme. L’objectif est de former les acteurs d’un monde meilleur en s’attachant à transmettre des valeurs de solidarité, comme l’explique Gabriel Eckert, Directeur de Sciences Po Strasbourg et Président du Réseau ScPo. « Nos diplômés sont à l’écoute du monde et observent le retrait de plus en plus important de l’État dans la société et l’économie. Ils y sont sensibles et souhaitent apporter leur pierre à l’édifice. Leur capacité à penser de manière globale et leur agilité d’esprit leur permettent de pouvoir répondre aux problématiques que rencontre le monde actuel. »

Au secours d’une société divisée…

Gabriel Eckert (c) Catherine Schroder – Unistra Strasbourg

Parce que les États et les organisations ont souvent tendance à répéter les erreurs du passé, les écoles en sciences politiques entendent diplômer des étudiants engagés, citoyens, qui ne perdent pas de vue les enjeux sociétaux. Ainsi, les établissements s’appuient sur l’apprentissage de l’histoire pour former des individus responsables. « Cet enseignement est important, car il permet de comprendre comment le monde change et comment ils peuvent influencer ces changements. Il prévient également les étudiants sur l’intérêt de rester unis pour mener à bien ces transformations. Face aux forces qui poussent au déchirement, nos diplômés sont des militants de la citoyenneté et du collectif », affirme Olivier Brossard, Directeur de Sciences Po Toulouse.

Claire Bourgeois (c) ILERI

Pour Claire Bourgeois Directrice de l’ILERI, l’école des relations internationales, le rôle des experts en sciences politiques est plus important que jamais. « Ce sont des humanistes qui œuvrent pour la construction d’un monde meilleur. Peu de gens savent décrypter l’information et l’analyser comme le font nos diplômés. Leurs qualités de discernement, d’esprit critique et synthèse ainsi que leurs connaissances en géopolitique font qu’ils ont un rôle décisif à jouer dans la société. Ils sont capables de comprendre l’actualité et d’aller au-delà des simples faits. »

… et des entreprises !

P. LE FLOCH (c) IEP Rennes

Au sein des organismes privés, les jeunes experts en sciences politiques sont plébiscités et admirés pour leur agilité intellectuelle et leur capacité à prendre du recul. Grâce à la méthodologie unique de leurs écoles, leur adaptabilité fait de ces diplômés des recrues que toutes les entreprises s’arrachent ! « Avec leur ouverture sur l’international, nos étudiants ont un regard différent d’un manager ou d’un financier. L’environnement économique et sociétal autour duquel gravite l’entreprise est de plus en plus complexe. Grâce à son recul critique, un diplômé de Sciences Po a toute sa place. Il est capable de saisir les freins et les réticences de la population par rapport au déploiement d’une technologie sur un territoire par exemple  », commente Patrick Le Floch, Directeur de Sciences Po Rennes.

Des experts tournés vers l’humain

Les diplômés des écoles en sciences politiques sont donc les acteurs du changement sociétal qui se battent pour réduire les inégalités. Pour inculquer ces valeurs, Sciences Po Toulouse propose des cursus orientés vers la lutte contre les discriminations. « Nous disposons d’un master PDG, pour Politique Discrimination Genre qui permet aux étudiants de s’orienter vers des métiers de conseil ou de chargé de mission dans la lutte contre les discriminations. Nous proposons aussi le programme Risque, Environnement, Sciences Santé qui prépare à des métiers altruistes pour les diplômés qui veulent être utiles à la société. Nos autres cursus forment également les futurs cadres de grandes ONG », nous indique Olivier Brossard.

Pour aller plus loin dans l’ouverture de leurs diplômés, les établissements misent sur l’apprentissage des langues, mais aussi le droit, l’économie, la gestion, l’histoire contemporaine et les sciences politiques. Fort de ces compétences, les étudiants travaillent leur capacité à convaincre au travers de cours de débat et de nombreux oraux. « Il ne faut pas les former uniquement sur le savoir-faire, mais également sur leur savoir-être. Ils sont amenés à devenir des ambassadeurs et ils doivent apprendre comment se comporter et échanger.  Pour cela, ils rencontrent des conférenciers, ils réalisent des simulations comme aux Nations-Unies. Ils apprennent très rapidement à devenir professionnels dans leur démarche. Dotés de cette culture du débat, nous leur expliquons que toutes les opinions sont possibles dès lors qu’elles sont argumentées », précise Claire Bourgeois.

Plébiscités par les entreprises, comme par les ministères, les associations et les institutions publiques, les experts en sciences politiques sont une des clés pour rassembler un monde divisé.

 

Maîtrisez les 8 essentiels du communicant

Découvrez les conseils d’Assaël Adary, président d’Occurrence et coauteur du Communicator, pour réveiller le communicant qui est en vous !

norelem : l’industrie 4.0 n’attend que vous !

« Laissez-vous gagner par l’usine du futur 4.0 et découvrez un monde d’opportunités » assure Coskun Duman, Directeur Général du groupe norelem.

L’enseignement privé lucratif, premier responsable de la crise de la dette étudiante américaine

La croissance rapide de la dette étudiante américaine inquiète de nombreux observateurs qui craignent l’éclatement d’une crise financière systémique analogue à celle des subprimes.

À quelles carrières rêvent les jeunes étudiantes avant d’être influencées par leur formation et leurs stages ?

L’EDHEC NewGen Talent centre a étudié les aspirations des jeunes étudiantes en les comparant à celles de leurs collègues masculins… Quels secteurs, fonctions, entreprises, pays les attirent ? Quels sont leurs objectifs de carrière ? Quel sens donnent-elles au travail ? Qu’attendent-elles de l’entreprise ? Telles sont les principales thématiques de cette étude.

Le Directeur marketing 2019, un marketer disrupté ?

Fin du marketing de masse, ère des réseaux sociaux, big data et intelligence artificielle, nouvelles compétences et nouveaux métiers… Le département marketing s’est complètement transformé ces dernières années. Nos experts reviennent sur les nouveaux défis...

[TRIBUNE LIBRE] L’industrie et ses métiers changent, faisons-le savoir !

L’industrie recrute massivement, pourtant les entreprises rencontrent d’importantes difficultés de recrutement dans une vingtaine de métiers, maintenant exacerbées par le redémarrage de l’industrie dont la presse se fait écho. Ces tensions sont dues à une image obsolète de l’usine et à une méconnaissance des métiers.

IoT : la révolution de la data est en marche !

Les compétences que les ingénieurs doivent développer pour répondre aux attentes d’un marché des IoT qui s’élèvera à 1 100 milliards $ à l’horizon 2025

GBH : cultivons l’envie d’entreprendre

Si Michel Lapeyre est un DG épanoui, c’est parce que le Groupe Bernard Hayot est un acteur 100 % familial qui offre de réelles opportunités dans un contexte international challengeant !

Total tête de proue du projet Amiral

Avec le Projet Amiral, Total accélère son développement au Moyen-Orient. Son directeur, Jean-Jacques Mosconi (ENS 77), dévoile les contours de ce nouveau complexe pétrochimique et les challenges qui attendent les jeunes diplômés.   Après avoir...

Les chercheurs de l’ISAE-SUPAERO travaillent à mieux comprendre le fonctionnement cérébral

Saviez-vous que l’ISAE-SUPAERO, leader mondial en ingénierie aérospatiale et aéronautique, disposait d’une équipe de recherche de pointe dédiée à la neuro-ergonomie ?