Copyright AMIES

Le premier rapport consacré aux mathématiques en France confirme leur forte contribution à l’économie nationale et révèle/considère qu’elles joueront un rôle majeur pour relever les défis industriels et sociétaux de demain.

Une étude pour mesurer l’impact socio-économique des mathématiques en France a été commanditée par l’Agence pour les Mathématiques en Interaction avec l’Entreprise et la Société (AMIES), en partenariat avec la Fondation Sciences Mathématiques de Paris (FSMP) et la Fondation Mathématique Jacques Hadamard (FMJH), et en association avec les Labex de mathématiques. Réalisée par le cabinet de conseil en stratégie CMI, cette étude réalisée pour la première fois en France, visait trois principaux objectifs :

– Mesurer l’impact socio-économique des mathématiques en France
– Eclairer les responsables des programmes de recherche et du management dans les entreprises sur l’importance accrue des mathématiques
– Préciser les domaines thématiques ainsi que les outils qui devraient être développés pour une meilleure synergie entre mathématiques et entreprises

Parmi les éléments mis en évidence dans ce rapport, il est intéressant de noter que :

D’un point de vue économique

– La valeur ajoutée apportée par les mathématiques en France représente 285 milliards d’euros, soit 15% de la valeur ajoutée française

– Le nombre d’emplois impactés par les mathématiques en France s’élève à 2,4 millions, soit 9% du nombre total d’emplois en 2012, tous secteurs d’activités confondus.

– On estime que 30% des emplois mobilisant des mathématiques résultent de l’application directe des résultats de la recherche et des outils mathématiques.

D’un point de vue scientifique

– La recherche française en mathématiques est reconnue mondialement. Avec 8,5% des publications en mathématiques les plus citées à 2 ans dans le monde, elle se place derrière les Etats-Unis (27,3%) et la Chine (20,5%) mais devant l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni avec un poids comparable (entre 5,8% et 7,6%).

– 6,2% des publications en mathématiques dans le monde ont été rédigées par des chercheurs français.

– Les mathématiques interagissent fortement avec les autres disciplines : en 2010, un mathématicien sur cinq (périmètre INSMI) interagit avec des chercheurs d’une autre discipline.

– Les mathématiques en tant que telles ne sont pas représentées au sein des programmes européens et nationaux, elles ne le sont qu’indirectement.

D’un point de vue éducatif

– Les effectifs étudiants (Master et Doctorat) en mathématiques sont stables pour une discipline de formation qui pèse relativement peu : on estime à 2,1% la proportion des étudiants de niveau master à l’université formés en mathématiques.

– Les mathématiques ont en revanche un poids important dans d’autres formations des niveaux Bac+2 à Bac+8 : dans 41 écoles doctorales, les mathématiques interviennent en tant que discipline secondaire. Par ailleurs, 56% des effectifs en DUT, 10,4% des effectifs en BTS et 1,2% des effectifs en Licence Professionnelle sont formés par les mathématiques.

– 3 diplômés sur 4 d’un master en mathématiques travaillent dans le secteur privé.

Contact :

Laurence Le Masle – Green Lemon Communication
06 13 56 23 98 – l.lemasle@greenlemoncommunication.com